La place du vélo « utilitaire » amenée à se renforcer dans la mobilité de demain

Le 27 novembre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Malgré un contexte économique dégradé et un marché global du cycle qui a chuté de 6,5% au premier semestre 2012, le vélo "utilitaire" est une tendance qui se confirme. Le récent élargissement du spectre des mesures de soutien à la sphère privée et celle de l'Etat vient renforcer cette idée d'autant que le potentiel de croissance apparait important.

Le marché du cycle au premier semestre 2012 a baissé de 6,5% après une année 2011 très prometteuse. Pour autant, si l’on observe ces chiffres dans le détail, on note des différences significatives en fonction de l’usage. L’observatoire du cycle nous apprend ainsi que sur les 6 premiers mois de 2012, le vélo « utilitaire », en opposition au vélo « loisir » a progressé de 3,5%. Le vélo à assistance électrique (VAE), qui s’inscrit pleinement dans cette logique utilitaire, a progressé de 16% en 2011 et a vu en 5 ans ses ventes se multiplier par 5,5.

En milieu urbain, la démocratisation du vélo en libre-service, les mesures de subventions locales aux VAE, les campagnes d’incitation à l’activité physique, l’accentuation des difficultés de circulation, couplées à l’augmentation du prix du carburant favorisent l’émergence d’une tendance au déplacement « utilitaire » en vélo.

Si la plupart des mesures de soutien ont jusqu’alors principalement été menées suite à l’implication des collectivités locales, les dernières initiatives en date voient l’Etat mais aussi le secteur privé s’impliquer, preuve sans doute que la place du vélo est amenée à s’inscrire durablement dans une logique « utilitaire » et en tant que vraie alternative à la voiture.

Le vélo présent dans le projet de loi de finance 2013

Le 10 novembre dernier, le Ministre des Transports Frédéric CUVILLIER a annoncé que le troisième appel à projets « mobilité durable » qui sera lancé en 2013 inclura le vélo. Selon le Club des villes et territoires cyclables, « ces engagements constituent une avancée importante dans la prise en compte du vélo comme un véritable outil au service de la mobilité et du développement durable de nos territoires et non comme un seul adjuvant de la mobilité locale ».

Dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2013, plusieurs amendements ont également été proposés et visent à encourager la pratique du vélo via les mesures suivantes :

  • Affectation de 10% du budget des routes à la réalisation d’aménagements cyclables (amendement rejeté le 9 novembre 2012)
  • Réduction des cotisations sociales pour les employeurs mettant à disposition de leurs salariés une flotte de vélo pour les déplacements domicile/travail (montant de la réduction limité à 25% du prix d’achat de la flotte)
  • Extension du régime des indemnités kilométriques aux vélos : prise en charge par l’employeur des frais engagés par le salarié effectuant le déplacement domicile/travail en vélo. Le montant de l’indemnité kilométrique sera fixé par décret.
  • Réduction d’impôt pour l’achat d’un vélo à assistance électrique


Pour l’heure, et suite au rejet du PLFSS par le Sénat, difficile de savoir lesquelles de ces mesures seront adoptées. Mais leur simple présence dans le texte montre que la place du vélo dans la société est en train d’évoluer avec un traitement législatif qui se rapproche de la voiture. Les mesures concernent en effet la tendance au vélo « utilitaire » que nous évoquions plus haut, à savoir le vélo utilisé dans le cadre des déplacements professionnels en opposition à une pratique longtemps tournée vers le loisir.

Le vélo récompensé par des initiatives privées

Partant du principe que culpabiliser la population était contre-productif en matière de communication environnementale, la startup Citégreen, lancée en février 2012, a décidé de récompenser les éco-gestes liés aux pratiques d’éco-mobilité, d’économies d'énergie et de tri des déchets. La pratique régulière du « vélib » à Paris est ainsi récompensée par des points qui ensuite aboutissent à des réductions pour l’achat de produits équitables ou pour la location de vélos à assistance électrique. A chaque fois, la récompense obtenue est fonction de la quantité de CO2 économisée. Le modèle économique de Citégreen est basé sur la rémunération de ses partenaires en échange de la fidélisation de la clientèle et comprend aussi une commission sur les récompenses dont bénéficient ses utilisateurs. Cette incitation à l’usage, dans une équation économique viable et innovante contribue ainsi à faire évoluer les pratiques en modifiant durablement les mentalités.


Longtemps limité aux initiatives des collectivités, le spectre des mesures de soutien et autres incitations à la pratique du vélo est en passe de s’élargir à la sphère de l’Etat ainsi qu’à la sphère privée. Cette tendance au vélo « utilitaire » devrait donc se confirmer d’autant que le potentiel apparait important et traduit le retard français en la matière sur des pays comme l’Allemagne ou les Pays-Bas. En effet, en France, plus de 50% des déplacements urbains font moins de 5 kilomètres et 42% mois de 3 kilomètres. Pour autant, seulement 4% des français déclarent se servir régulièrement d’un vélo pour se déplacer.

 
Crédit photo : © SVLuma - Fotolia.com

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 16 décembre 2014

Le 17/12/2014

Ile-de-France : la RATP va tester des bus électriques commandés à Bolloré - Electrique contre thermique : quelle voiture émet le plus ? - Renault lance l'acte II de son offensive dans le low cost - La SNCF lance le covoiturage courte distance pour les Franciliens

Nouvelles mobilités et répartition de l’espace public en zone urbaine : quelles solutions ?

Le 25/11/2014

La mobilité urbaine du futur sera partagée ou ne sera pas et modifie de fait l’utilisation de l’espace public. Mais concrètement, comment l’organiser? Voici quelques exemples français, européens et américains qui permettront d'avoir une première idée du champ des possibles.

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 5 novembre 2014

Le 06/11/2014

L’auto cherche son régime minceur - Renault et le groupe La Poste renforcent leur coopération sur les nouvelles mobilités - Le groupe Volkswagen prévoit de lancer plus de 20 modèles à énergies alternatives en Chine d’ici à 2018 - Dorénavant, votre voiture surveillera aussi l’état des pneus - Helsinki, ville sans voitures ?