Le groupe Leclerc dope la performance de ses plateformes logistiques dans l'ouest

Le 19 novembre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Disposant déjà de sites très automatisés en Bretagne - comme ceux de Kermené à Colinée (22) et Saint-Onen la Chapelle (35) dans le domaine de la viande - le groupe Leclerc poursuit ses investissements dans ses plateformes de l'ouest de la France.

Socamaine au Mans

D'une superficie de 45 000 m², l'entrepôt "Soca 3" approvisionne 35 magasins dans 6 départements en produits frais et ultra frais. Il est désormais équipé d'un parc de 13 chariots directionnels filoguidés à nacelle élevable, d'un système d'entreposage original pour les faibles rotations, ainsi que d'un contrôle centralisé des températures.

D'un coût de 2,5 M euros, l'installation des chariots et des rayonnages ad hoc a permis un gain de place de 20%. La mise en service d'un système pick to light et l'utilisation des nacelles élévatrices a apporté une meilleure fiabilité des préparations de commandes ainsi qu'un confort accru aux caristes.

SCA Normandie à Lisieux

Spécialisé dans la distribution de produits de grande consommation, ce site de 67 000 m², qui approvisionne 30 magasins en Normandie, vient également de bénéficier d'un programme d'investissements conséquent, qui s'est traduit par:

  • l'automatisation d'un nouveau magasin de stockage de grande hauteur (16 000 emplacements) équipé de 7 transstockeurs,
  • ainsi que l'installation d'un circuit de 23 balancelles automotrices, qui assurent le transfert des charges entre les différents postes.

Ces investissements ont permis à cette plateforme d'augmenter sa capacité de stockage (qui est passée de 12 600 à 29 200 palettes) et de réduire ses coûts logistiques. 

Auteur(s)

Edouard APPLE, Florian HURION, Quentin L'EILDE et Vincent MARTEAU (étudiants de l'ESLI)

A lire également

Chasser les gaspillages en dessinant vos flux

Le 16/11/2015

Votre entreprise n’a de raison d’exister que pour apporter un produit/un service à un client. Pour le réaliser, de nombreux flux (biens, personnes, informations, argent) sont nécessaires. Mais tous ces flux, créent-ils vraiment de la valeur pour le client ? Ne seraient-ils pas plutôt une source de gaspillages ?

L'usine du futur propulse la supply chain au premier plan

Le 18/09/2015

Dans la smart factory, l’usine 4.0 ou l’usine du futur, les opérateurs, les machines, les produits, les chaînes et les sites de production communiquent et interagissent entre eux. Et le chef d’orchestre de tous ces échanges n’est autre que la supply chain.

La logistique au cœur de la compétitivité française

Le 10/09/2015

Le gouvernement a décidé de prendre les choses en main en concertant les acteurs de la logistique pour nouer le lien et bâtir une politique commune et partagée pour que la logistique française de demain devienne un levier de compétitivité pour les entreprises françaises.