Le marché du serious game : une croissance attendue d'ici 2015 ?

Le 19 novembre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Au croisement du loisir, de la formation et de la communication, le serious game permet de faire passer des messages en mettant à profit l'interactivité, la convivialité et le caractère ludique du jeu video.

Afficher en taille réelle LudoMédic : un jeu créé par CCCP

Les serious games soutenus par l'Etat

Le secteur du jeu vidéo en France est représenté par de nombreuses PME innovantes et fortement exportatrices, pour un chiffre d’affaires de 2,7 milliards d’euros fin 2011 (source IDATE).

Le segment du serious game représente un relais de croissance pour cette industrie. Il a bénéficié d'un fort soutien de l'Etat en 2009, dans le cadre du plan de relance de l’économie. L’Etat français a ainsi lancé un appel à projets serious game doté de 20 millions d’euros. L’objectif était de renforcer le secteur et de favoriser les synergies avec d’autres activités.

 

Fin 2011 le Ministère de l'économie a organisé un colloque pour établir un bilan de cet appel à projets serious games.

 

Un marché dominé par l’offre

Intervenant lors de ce colloque, Laurent Michaud de l’institut IDATE a présenté l'état des lieux et les perspectives du marché du serious game : se référant au recensement des serious games établi par le laboratoire Ludoscience et disponible sur www.gameclassification.com, Laurent Michaud a constaté que le nombre de titres édités a diminué d’un tiers entre 2009 et 2010. Plusieurs raisons expliquent cette baisse selon le consultant :

  • la demande n’est pas aussi importante que l'IDATE le prévoyait dans une étude de 2010, en particulier tant que les PME ne se seront pas emparées du serious game
  • les investissements par projet augmentent, diminuant d’autant le nombre de projets
  • la maturité et la qualité des projets n’est peut-être pas toujours au rendez-vous
  • l’appel à projets français de 2009 a soutenu le secteur mais ses effets vont s’atténuer progressivement.

 

Serious games appliqués à la santé

Selon l’IDATE le marché français du serious game s’élevait à 47 millions d’euros fin 2011 et pourrait atteindre 84 millions d’euros fin 2015. A la différence du marché du jeu vidéo dans son ensemble, le marché du serious game est un marché essentiellement "business to business". Les secteurs d’activité les plus demandeurs sont l’enseignement et la formation, l’information et la communication, la défense et la sécurité civile ainsi que le secteur de la santé.

Laurent Michaud précise que le secteur de la santé est surreprésenté parmi les projets soumis dans le cadre de l’appel à projets serious games de 2009 : cette forte présence de la santé dans le serious game français constitue pour le consultant une particularité et un élément différenciant par rapport à la concurrence notamment européenne.


Toutefois Laurent Auneau, Pdg de Succubus Interactive, une société pionnière dans le domaine du serious game, s'est montré plus nuancé dans son analyse : également Président du cluster Atlangames, Laurent Auneau estime que les acteurs français véritablement positionnés sur le serious game santé sont encore peu nombreux, environ une dizaine.

A voir aussi l'article Le serious game en santé : des produits pour les patients et pour les professionnels

 

Le Nord-Pas de Calais en première ligne

Les collectivités et les acteurs économiques participent activement au soutien de l'industrie du jeu vidéo. Parmi les régions les plus en pointe figure le Nord-Pas de Calais :

  • la CCI de région Nord a créé en 2007 Supinfocomgroup qui réunit trois écoles spécialisées dans la création numérique : Supinfocom pour l’animation, Supinfogame pour le jeu vidéo et l’ISD pour le design industriel
  • La CCI du Grand-Hainaut (Valenciennes) a créé e-Virtuoses : un événement consacré au serious game et au e-learning
  • L'association Game IN (Game Industry North) réunit les entreprises de la filière du jeu vidéo ayant leur siège social dans la région Nord-Pas de Calais et dans l'Eurorégion
  • Eurasanté, agence pour le développement économique du secteur santé de Lille Nord-Pas de Calais, travaille avec les professionnels du jeu vidéo pour favoriser les interactions avec les établissements de santé.

D'autres régions sont très actives dans le soutien à l'industrie du jeu vidéo, du serious game et de l'informatique médicale : Rhône-Alpes, Provence Alpes Côte d'Azur, Languedoc-Roussillon, Aquitaine et la Région Ile-de-France en particulier.

 

Quelques rendez-vous annuels en Europe pour les serious games

A lire également

Des outils numériques au service de la relation pharmacien-patient

Le 06/08/2014

A la fois professionnel de santé et commerçant, le pharmacien d'officine est souvent le point d'entrée dans le parcours de soins. Son rôle de conseil a été renforcé par les récentes évolutions réglementaires. Dossier pharmaceutique, applications pour smartphones... : de nouvelles solutions servent de support à la relation pharmacien - patient.

La m-santé à la recherche d'un modèle économique

Le 14/05/2014

Les applications et dispositifs de M-santé se multiplient de façon exponentielle, notamment avec l'essor des objets connectés. Pourtant peu de services ont trouvé un modèle économique viable. Des récentes études du BCG et des exemples de services M-Santé déployés permettent d'esquisser des recommandations sur les business models à tester.

Contrat de Filière Silver Eco

Contrat de filière Silver Economie : analyse et recensement des actions engagées

Le 20/03/2014

Le Contrat de filière de la Silver Économie a été signé le jeudi 12 décembre dernier en présence d’acteurs privés et publics du secteur par Arnaud MONTEBOURG, Michèle DELAUNAY et Gilles SCHNEPP, président de la FIEEC et PDG de LEGRAND. 3 mois après son lancement, les premières actions sont lancées parmi les 60 propositions de ce contrat.