Industries Agroalimentaires : Emplois et Main d’œuvre, chiffres clefs

Le 08 novembre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
En partenariat avec la DIRECCTE, l’INSEE Bretagne vient de publier le Dossier d'Octant n° 55 - Octobre 2012, un dossier sur l’Emploi et la main d’œuvre dans les industries agroalimentaires en Bretagne. Principaux enseignements…

La Bretagne : Première région agroalimentaire

La part des IAA bretonnes dans l’emploi a progressé de 3,5 % en 1968 à 5,7 % en 2008. La Bretagne est ainsi devenue la première région pour les industries agroalimentaires, tant en nombre d’emplois qu’en part du secteur dans l’emploi régional. Elle représente 12,1 % de l’emploi dans les industries agroalimentaires en France métropolitaine, loin devant Rhône-Alpes (8,8 %) et l’Île-de-France (8,4 %).

La Bretagne : L’emploi marque le pas depuis 2003 

En Bretagne, l’emploi dans les IAA a progressé régulièrement jusqu’à la fin des années quatre-vingt- dix. L’emploi a continué de croître plus faiblement en volume jusqu’au début des années 2000, avant de s’orienter à la baisse. Depuis fin 2003, quelques 4 000 emplois salariés (hors intérim), soit 5,9 % de l’emploi, ont été perdus dans les industries agroalimentaires. Ce mouvement d’érosion reflète la tertiarisation de l’économie, mais aussi le ralentissement du secteur.

Octant Emploi

Pourtant, jusqu’à la fin 2011, les évolutions de l’emploi dans les industries agroalimentaires font apparaître une bonne résistance de ce secteur, même après l’entrée dans la crise économique en 2008. Cette diminution est un peu moins importante en Bretagne qu’au niveau national (6,9 %). Parallèlement, l’activité intérimaire s’est maintenue malgré la crise.

La Bretagne : Une multitude de spécialisations agroalimentaires.

La Bretagne est présente dans l’ensemble des activités du secteur des industries agroalimentaires à l’exception de celle des industries du tabac et des boissons (et ce, malgré la présence d’usines de production de cidre...). Arrivent en tête les industries de transformation des viandes, des poissons, de fabrication de beurre et d’aliments pour animaux. On trouve ensuite la transformation des légumes.

La Bretagne : Plutôt présente sur des activités à faible valeur ajoutée.

Octant VA
 

La Bretagne : Une emprise marquée des grands établissements et des groupes

  • La Bretagne compte 904 établissements employeurs en IAA, employant près de 60 000 salariés fin 2010 (15 % des emplois hexagonaux).
  • L’emploi est concentré dans les établissements de tailles moyenne ou grande. 70% des établissements ont moins de 50 salariés, mais ils ne représentent que 14 % des effectifs salariés du secteur. Le poids des plus  de 500 salariés  est plus important en Bretagne qu’au niveau national.
  • Le poids des groupes (ensemble des sociétés détenues directement ou indirectement à plus de 50 % par une société mère) est plus important en Bretagne : Gad Sas , Coperl Arc Atlantique,  Kermené, la Société Vitréenne d’Abattage, encore le groupe Bigard…
  • Seuls 10 % des effectifs en Bretagne ne dépendent pas d’une entreprise détenue par un groupe contre 16 % en France métropolitaine.

La Bretagne : Des femmes et des ouvriers dans des PME

  • La Bretagne se distingue des autres régions par un fort taux de féminisation des emplois, 41 % de la main-d’oeuvre permanente est féminine.
  • Les ouvriers représentent 73% de l’emploi

 Octant Femmes Ouvriers

  • 4 salariés sur 10 travaillent dans des PME de 50 à 249 salariés

 Octant PME

La Bretagne : Un territoire agroalimentaire globalement équilibré

L’ensemble du territoire breton bénéficie d’une activité agroalimentaire qui a évité une désertification de certaines zones en maintenant des commerces et services de proximité. A noter cependant une présence particulièrement forte dans les zones d’emploi de Vitré, Loudéac et Pontivy. Dans ces zones d’emploi, elles représentent près d’un emploi sur sept.


Les territoires évoluent différemment en nombre d’emplois  (2004-2010): Rennes (+ 1 750 emplois), Saint-Brieuc (+ 450), Vitré (+ 300) et Loudéac (+ 200). A l’inverse, Vannes (– 700), Morlaix (– 400), Guingamp (– 350) et Lorient (– 300).


Les activités évoluent différemment en nombre d’emplois (2004-2010) : transformation et conservation de la viande de boucherie (+ 1 350), fabrication de plats préparés (+ 800), d’autres produits alimentaires (+ 500), de fromage (+ 300) et d’autres produits laitiers (+ 250). A l’inverse : transformation et conservation de la viande de volaille (– 1 700), préparation industrielle de produits à base de viande (– 1 150), fabrication de biscuits, biscottes et pâtisseries de conservation (– 300), fabrication de beurre (– 250).

 

Pour en savoir plus, télécharger le Dossier Octant complet

INSEE 2012 Emploi et MO dans les IAA Bretagne

A lire également

Etude "Food 360" : Vertige de l'assiette - Les nouveaux paradigmes des consommateurs

Le 26/09/2016

Réalisée tous les deux ans pour le SIAL par Kantar TNS en synergie avec le cahier des tendances alimentaires Futur Food de XTC Worl Innovation, cette troisième édition nous transmet un éclairage sur les nouveaux comportements alimentaires dans le monde.

Les chiffres clés de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire en Bretagne - Edition 2016

Le 21/09/2016

Le document "ABC Agriculture et Agroalimentaire de Bretagne en Clair - les chiffres", édition 2016, vient d'être publié. Synthèse des principales informations.

Ania : les résultats de la consultation citoyenne sur l’alimentation pour un futur pacte alimentaire.

Le 12/07/2016

Sur fond de scandales sanitaires et de foodbashing, il devient incontournable de rétablir la confiance entre producteurs et consommateurs. Afin de savoir ce que pensent les Français de leur alimentation, de connaitre leurs attentes, l'ANIA a mené l'enquête auprès de plus de 8 800 consommateurs dans le but d'établir un nouveau Pacte Alimentaire.