Yoplait surfe sur la tendance simplicité.

Le 30 octobre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
« 100% naturel », « sans additif, sans conservateur » ou liste réduite d’ingrédients… Santé rime aujourd’hui avec naturalité.
Avec sa marque Simplait, appellation bien française pour suggérer le savoir-faire de l’hexagone en matière de laits fermentés, Yoplait évoque la naturalité par la simplicité.

Au lendemain du SIAL 2012, les tendances en lien avec la naturalité sont apparues comme l’un des pôles majeurs de l’offre d’innovations alimentaires. Ce thème suscite des niveaux d’intérêt élevés auprès des consommateurs, aiguisés par une crise renforçant les valeurs refuge.

Simplait de Yoplait rejoint l’univers des « listes réduites d’ingrédients »

SIMPLAIT2Simplifier la liste des aliments nécessaires à l’élaboration d’un produit rassure le consommateur; A l’instar d'Häagen-Dazs ou de Fleury Michon avec leurs 5 ingrédients, Yoplait choisit à son tour ce terrain de communication, avec, pour sa part, six ingrédients (*).

Cinq parfums sont proposés : vanille, fraise, pêche ou mûre. Côté packaging, Yoplait reprend les codes de la naturalité : dominante de blanc, symbole de pureté et typographie type manuelle pour le côté traditionnel.

(*) ingrédients : Milk (Grade A, Pasteurised, Cultured), White Sugar, Corn Starch, Natural Flavouring Substance (Natural), Lemon Juice Concentrate (Concentrate), Pectins

 

L’ère du « back to basics » prend de l’ampleur

La  naturalité s’est au départ traduite par les produits « sans », qui mettent en avant ce que le produit ne contient pas. Il s’agissait, à l’origine, d’éliminer les allergènes ou ingrédients source d’intolérance (gluten, lait, œufs, arachide, etc…). Puis cette tendance s’est étendue aux additifs, donnant naissance au courant clean label. Enfin, elle a gagné les éléments nutritionnels (acides gras trans, sucre ou sel) et environnementaux avec la chasse au OGM et aux pesticides.

SIMPLY

 

Selon l’enquête réalisée par TNS Sofres réalisée pour le SIAL 2012, « la simplicité pour être certain que les produits ne contiennent pas d’ingrédients suspects touche les consommateurs, quelque soit le pays ». Cet intérêt est particulièrement marqué en France (72 % des personnes interrogées) mais suscite aussi l’intérêt des américains (47 % des sondés aux Etats-Unis).

 

 

Ainsi, au-delà des produits « sans », il semble qu’aujourd’hui l’ultra-simplification et le « back to basics » soient de mise en matière d’innovation. Par souci de transparence et de désindustrialisation, cette tendance consiste à simplifier la liste d’éléments nécessaires à l’élaboration d’un produit pour rassurer le consommateur. Les ingrédients sont tous connus, chacun pourrait lui-même les cuisiner.

 Alors après les plats cuisinés, les crèmes glacées et les yaourts, quel sera le prochain produit à annoncer clairement un nombre réduit d’ingrédients ?

A lire également

La jacque : nouvel ingrédient "star" qui introduit des protéines sur de nouveaux instants de consommation !

Le 12/06/2017

Considérée comme le "fruit du pauvre" en Asie, d’où elle tient son origine, la jacque présente un profil nutritionnel qui fait d'elle une prouesse de la nature. Encore méconnue en France, elle connait un succès grandissant auprès des communautés "Veggies". Dégustée cru ou cuite, salée comme sucrée, elle diversifie les instants de consommation… [...]

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...

Les nouvelles recommandations Anses, des impacts en IAA ?

Le 27/04/2017

L'Anses a publié les nouvelles recommandations nutritionnelles en terme de santé publique. De nouvelles catégories d’aliments, des contaminants alimentaires repérés et des habitudes alimentaires observées déterminent des objectifs de fréquence et de portions de consommation. Ces nouveaux repères ne seront pas sans conséquence pour le foodservice.