Le commerce de proximité séduit le consommateur

Le 30 octobre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
En France le commerce de proximité voit son chiffre d'affaires progresser. Plus de 60% des ménages en sont clients. Une étude de l'IFLS présente les chiffres-clés et les facteurs de succès de ce type de commerce, et une enquête de l'institut CSA pour Monoprix confirme son attrait pour les citadins.

Le commerce de proximité désigne les établissements de moins de 1.000 m2. L'IFLS (Institut français du libre service) en dénombre 23.000 dans son étude sur "Le nouveau commerce de proximité en 2012". Dans le détail, on distingue les petits magasins (moins de 100 m2), les supérettes (100 à 400 m2), les supermarchés de 400 à 1.000 m2 et les magasins populaires (essentiellement Monoprix).

Le chiffre d'affaires de ce circuit en 2011 est proche de 20 milliards d'euros (+3,6% sur un an) : c'est loin derrière les hypermarchés et les grands supermarchés dépassant les 1.000 m2, mais c'est plus que le hard discount.

Dans son étude l'IFLS montre le dynamisme de ce commerce fréquenté par 60% des ménages français (+3% en un an). Depuis 2009 le commerce de proximité a séduit deux millions de foyers supplémentaires. La clientèle du commerce de proximité compte 37% de célibataires (contre 20% en moyenne dans l'ensemble des circuits de distribution) et 26,5% de familles (43,4% en moyenne). Le rayon crèmerie est l'un de ceux qui fonctionnent bien en proximité. En revanche l'hygiène-beauté et l'entretien sont moins performants.

A la demande de Monoprix, l'institut CSA a mené une enquête qui confirme l'attrait de la proximité pour le consommateur - en tout cas dans les zones urbaines. Réalisée au printemps 2012 auprès de 1.000 personnes âgées de 18 et plus, résidant dans des communes de 50.000 habitants et plus, cette enquête s'intéresse aux Citadins : leur vie en ville et le commerce de proximité.

L'enquête CSA nous apprend que 67% des personnes interrogées se rendent au moins une fois par semaine chez un détaillant (boulanger, boucher, fromager...) et 49% fréquentent au moins une fois par semaine un supermarché de quartier (ce chiffre atteint même 75% pour les Parisiens).

Autre chiffre à souligner : 83% des personnes interrogées affirment éprouver du plaisir à se rendre dans un commerce de détail, 65% dans un commerce de quartier et 48% dans un supermarché de proximité.

Reste une question : pourquoi le commerce de proximité est-il apprécié des consommateurs ? Précisément en raison de sa proximité géographique mais aussi de son rapport qualité-prix. Les clients aimeraient y trouver encore plus de services (restauration, produits d'occasion), un engagement plus marqué pour les producteurs locaux et davantage d'information sur l'aspect environnemental des produits.

A lire également

Transformation numérique des TPE en Bretagne.

Le 18/11/2016

La Région Bretagne lance un appel à projets expérimental qui a pour but d'accompagner les TPE dans leur transformation numérique. L’objectif est de valider si ce type de programme peut réellement constituer un effet de levier sur les petites entreprises et de promouvoir le caractère transformant par les outils numériques.

Challenge du Commerce : promouvoir et récompenser les commerçants dynamiques.

Le 18/11/2016

Le Challenge du Commerce et des Services est une occasion de mettre en lumière l’activité des commerçants, des prestataires de services, et des unions commerciales.

Passion Commerce : Les commerces du Pays de Rennes à l’honneur.

Le 30/09/2016

Quel commerce pour demain ? Renaud Sore-Larregain a apporté des clés de compréhension sur les évolutions des offres aux consom’acteurs. La dernière édition de Passion Commerce à la CCI Rennes mettait le focal sur ces nouveaux commerçants qui anticipent les exigences des consommateurs.