Cocorette se lance aujourd’hui dans le snacking avec des œufs durs au goût préservé.

Le 09 octobre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le snacking est devenu un mode d’alimentation quotidien pour beaucoup de Français et conquiert toujours davantage de consommateurs. Nombre d’industriels se lancent dans l’aventure en proposant, à leur tour, des produits nomades. Ce sont aujourd’hui les producteurs d’œufs qui s’engouffrent dans la brèche…

 

 

Les œufs : un marché en croissance

Le marché des œufs se porte bien. L’année 2011 a enregistré une croissance de 2,4 % en valeur et cette croissance ne semble pas faiblir sur 2012. Ce marché est largement dominé par les MDD (part de marché : 48.8 % en valeur) et les premiers prix (part de marché : 12.3 % en valeur). Les marques doivent donc se différencier, faire preuve d’inventivité pour s’ouvrir à de nouveaux segments.

 

 

L’œuf en version snacking à destination de la restauration hors foyer et de la grande distribution

oeufs snackingLe snacking occupe aujourd’hui une place centrale au sein de l'offre alimentaire. Si le marché du sandwich n’a progressé que de 0,8% en 2011, les offres alternatives progressent et gagnent tous les univers. C’est aujourd’hui le segment des œufs qui s’y intéresse de plus en plus. oeuf snacking2Alors que Le Gaulois a élargi son offre d’œufs de cailles cuits et écalés avec un mini pot nomade de 7 œufs, fourchette incluse, Cocorette se lance aussi dans l’aventure. Ce nouveau concept offre deux œufs durs avec leur coquille, accompagnés de deux sticks de mayonnaise et d’un couteau-cuillère. Ces œufs sont issus de poules élevées en plein air et constituent une vraie alternative aux œufs durs en saumure ou sous vide.

La PME d’Arras a développé ce produit avec la collaboration du centre technique Adrianor et le soutien financier d’OSEO. Grâce à une technique de cuisson à la vapeur, l’entreprise annonce un rendu « mieux qu’à la maison » en termes de qualités nutritionnelles, offrant « des œufs tendres et moelleux », faciles à écaler. A noter que la coquille permet une date limite de consommation de 25 jours.

 

Jusqu’où ira l’offre snacking ?

Si le sandwich faisait autrefois figure de solitaire sur le segment du snacking, il est aujourd’hui largement concurrencé. « Ce ne sont pas moins de 27 compétiteurs sur ce segment », déclarait Bernard Boutboul lors de la présentation de l’Indice Jambon-Beurre sur le salon Sandwich & Snack Show. Une majorité de produits, même les plus simples à préparer, ont aujourd’hui leur version nomade. Un œuf dur, c’est 10 minutes dans l’eau bouillante, donc à la portée de tout un chacun. Et pourtant, à l’heure de l’hyper-choix, le consommateur s’attend aujourd’hui à trouver tout, partout et tout le temps… Et pourquoi pas un oeuf dur si j'en ai envie ?

A lire également

Le petit-déjeuner : un moment de consommation propice à l'innovation...

Le 23/05/2017

Depuis quelques temps, les pays anglo-saxons revisitent l'offre de produits dédiés au petit-déjeuner. Exit les tartines au beurre, les plats considérés comme cœur de repas ont trouvé un relai de croissance au travers d'un nouvel instant de consommation : pizzas, wraps et burgers s'invitent sur le petit-déjeuner pour réveiller nos papilles…

Les solutions repas Feed "all in one" ou l'apologie de la pause déjeuner au format XS

Le 17/05/2017

Repas simplifiés, raccourcis, grignotés en solo, abandon de la table au profit de produits nomades, à manger sur le pouce... L’arrivée remarquée de Feed, smart food "all in one" en réponse à ces nouveaux rythmes interpelle à l’heure où une récente enquête du CREDOC annonce qu’en France,en 2016, la désinstitutionnalisation des repas s’essouffle… [...]

L'art de découper les légumes : un atout pour des innovations de rupture ?

Le 15/05/2017

Le consommateur recherche la facilité et privilégie le prêt à cuisiner voire le prêt à manger. Si l'art de la découpe est mis à l'honneur au rayon boucherie et est source d'innovation, il est peu valorisé sur les fruits et légumes. Et si ré-enchanter la consommation de légumes passait par la manière de les découper à la façon "vegetable butcher" ?