L'automatisation des entrepôts va se développer en France

Le 08 octobre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

L'automatisation des entrepôts va se développer en FranceDe même que la France est en retard en termes de nombre de robots installés dans ses entreprises (35 000 contre 90 000 en Italie et 150 000 en Allemagne), il en est de même dans le domaine de l'automatisation des entrepôts. Plusieurs raisons permettent d'expliquer cette "exception culturelle" française :

  • la préférence relative des sociétés de l'Hexagone pour le "hand made" tandis que, dans le même temps, nos voisins européens misaient davantage sur les systèmes automatisés,
  • la brièveté de la durée des contrats conclus avec les prestataires logistiques, qui ne permet pas toujours de dégager un retour sur investissement correct eu égard aux investissements nécessaires,
  • la difficulté parfois à mettre en avant clairement les gains potentiels, en intégrant l'approche humaine, en face  des investissements correspondants,
  • la réticence de certaines administrations régionales à accorder des permis de construire pour des "cathédrales logistiques" de grade hauteur,
  • la complexité du circuit de décision dans certains grands groupes, alors que le marché demande souvent de la réactivité.

 

Automatiser permet de répondre à un certain nombre d'enjeux:

  • réduction de la pénibilité de certaines tâches et donc des TMS, amélioration des conditions de travail, fidélisation des salariés et baisse du recours à l'intérim...),
  • augmentation sensible de la productivité (avec même la possibilité de fonctionner en 24/24, 7/7),
  • amélioration du niveau de qualité (réduction du taux d'erreur en préparation de commandes, amélioration de la gestion de stocks...),
  • optimisation de l'utilisation du bâtiment, en diminuant la surface occupée au sol,
  • standardisation des processus...

 

Pourquoi cette automatisation va-t-elle se développer en France?

Particulièrement bien développée actuellement dans les univers du e-business, du secteur pharmacie / cosmétique, et des aéroports, l'automatisation va poursuivre son développement compte tenu de:

  • la simplification relative des systèmes automatisés, qui deviennent par ailleurs de plus en plus évolutifs,
  • l'importance de l'offre présentée par les acteurs sur le marché, soit de façon individuelle, soit au travers d'alliances permettant de proposer une solution globale, 
  • la possibilité de faire financer ces investissements productifs par des sociétés spécialisées.

A l'heure où le maître mot en France se veut être la compétitivité des entreprises, l'automatisation des entrepôts logistiques constitue une source non négligeable de productivité potentielle et d'opportunités de relocalisation d'activités en France.   

Synthèse libre des propos recueillis lors de la journée "automatisation des entrepôts" organisée le 4 octobre dernier à Paris par Stratégies Logistique. 

Crédit photo : © Moreno Soppelsa - Fotolia.com

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?