Grandes manœuvres chez les prestataires médico-techniques à domicile : des ambitions fortes en santé et télésanté

Le 27 septembre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La prestation médico-technique à domicile (800.000 patients en France) est en plein développement et attire la convoitise de grands groupes comme Air Liquide. Cette activité, mal connue, vise un rôle majeur dans la télésanté et constitue un moyen d'accès au marché diffus des patients à domicile.

Les prestataires de santé à domicile : qui sont-ils ?

Les prestataires de santé à domicile (PSAD), ou services médico-techniques, interviennent au domicile de personnes dépendantes ou handicapées ou malades, pour la "mise à disposition des dispositifs médicaux et des services nécessaires à leur prise en charge médicale ou paramédicale à domicile". Ceci inclut "à la fois des équipements destinés au maintien à domicile des patients (lits médicalisés, matelas d’aide à la prévention des escarres, fauteuils roulants, aides techniques diverses), ainsi que des technologies qui facilitent la mise en oeuvre en traitements ambulatoires" (perfusion, nutrition, assistance respiratoire, insulinothérapie par pompe externe, etc.). (Source : livre blanc Synalam 2010)

Les pathologies prises en charge sont notamment des maladies chroniques, telles que la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive), l’apnée du sommeil, le diabète, Parkinson...

Ce marché du service médico-technique, qui était largement occupé en France par le secteur associatif, est désormais occupé essentiellement par le secteur marchand. Parmi les principaux acteurs en France, nous pouvons citer :

  • des filiales de fournisseurs de gaz : Orkyn (1200 collaborateurs) et Vitalaire (tous 2 du groupe Air Liquide), Air Products Healthcare France (filiale de Linde)…
  • des spécialistes de ce domaine : LVL Médical (en cours de rachat par Air Liquide), Homeperf, Présence Médicale…
  • des prestataires issus de la vente-location de matériel médical ou du maintien à domicile, comme Bastide Le Confort Médical, Locapharm, Proximed...
  • des associations passées sous statut commercial : Aliséo, Air à domicile, Sadir Assistance…
  • (Source : étude Xerfi)

Ces prestataires sont à distinguer à la fois :

  • des services de soins infirmiers à domicile (SSIAD), qui font en général moins appel à des équipements techniques,
  • des prestataires d’hospitalisation à domicile (HAD), qui sont davantage médicalisés et liés à des établissements de soin

 

Des grands groupes très actifs sur un marché porteur

Le groupe Air Liquide, numéro 1 mondial des gaz industriels, se revendique 1er acteur européen et 3e mondial dans la santé à domicile, avec 700 000 patients à domicile à travers le monde, et l’objectif d’atteindre 1 million en 2015.

Le groupe a lancé cet été le rachat de 2 sociétés spécialisées dans la santé à domicile : le français LVL Médical (50.000 patients à domicile, CA 104M€, 750 collaborateurs) et l’espagnol Gasmedi (125.000 patients).

Déjà, en 2011, Air Liquide avait acquis ADEP Assistance, spécialisé dans l’assistance respiratoire,  et Licher Medical Therapy, leader en Allemagne de la prise en charge médico-technique de patients atteints de la maladie de Parkinson.

(source : rapport annuel Air Liquide)

Son principal concurrent gazier, le groupe allemand Linde a lancé le rachat de l'américain Lincare, spécialiste de l'assistance respiratoire à domicile et qui revendique une part de marché de près de 30 % aux Etats-Unis. Le montant du rachat, de 3,6 milliards d’euros, est significatif du potentiel de ce marché.

D'autres groupes comme Nestlé, Groupama ou la famille Mulliez sont également très actifs.

Cet intérêt des grands groupes s’explique par la croissance de ce marché, de 7 à 10% par an (chiffres annoncés par Air Liquide et Linde), porté par le vieillissement de la population, la croissance des maladies chroniques, l’élargissement des pathologies pouvant être prises en charge à domicile, et la volonté des pouvoirs publics de favoriser les soins à domicile, solution beaucoup moins coûteuse que l’hospitalisation.

De plus, cette activité est très rentable pour les groupes privés, avec un résultat opérationnel de l’ordre de 20% du CA.

 

La e-santé comme levier de croissance

Ces prestataires, axés historiquement sur la mise en oeuvre de moyens techniques, cherchent à élargir leur domaine d'intervention dans la prise en charge des patients, notamment à travers un rôle de coordination des soins.

Cette volonté vise aussi à faire face à la montée en puissance des  prestataires d'hospitalisation à domicile (HAD).

L'un des leviers de ce renforcement est de densifier leurs réseaux de prescripteurs.

Ces prestataires médico-techniques cherchent aussi à s'appuyer sur l'essor de la e-santé. Ils souhaitent se positionner sur la mise à disposition et la maintenance, au domicile, d'équipements de télésanté (mesure et transmission de paramètres médicaux), voire collecter et traiter eux-mêmes les données et les mettre à disposition des professionnels de santé (via plateformes web sécurisées...).

Pour mettre en oeuvre leurs ambitions, ces prestataires vont donc avoir besoin de technologies numériques  : collecte, traitement et transmission de données, plateformes d'accès et de partage de données...

Ces acteurs cherchent également à diversifier leurs activités, et disposent à la fois de réseaux de prescription et de moyens et organisations pour intervenir au domicile. Dans certains cas, ils pourraient être des relais (techniques et/ou commerciaux) pour déployer des technologies non-médicales au domicile.

A lire également

Des outils numériques au service de la relation pharmacien-patient

Le 06/08/2014

A la fois professionnel de santé et commerçant, le pharmacien d'officine est souvent le point d'entrée dans le parcours de soins. Son rôle de conseil a été renforcé par les récentes évolutions réglementaires. Dossier pharmaceutique, applications pour smartphones... : de nouvelles solutions servent de support à la relation pharmacien - patient.

La m-santé à la recherche d'un modèle économique

Le 14/05/2014

Les applications et dispositifs de M-santé se multiplient de façon exponentielle, notamment avec l'essor des objets connectés. Pourtant peu de services ont trouvé un modèle économique viable. Des récentes études du BCG et des exemples de services M-Santé déployés permettent d'esquisser des recommandations sur les business models à tester.

Contrat de Filière Silver Eco

Contrat de filière Silver Economie : analyse et recensement des actions engagées

Le 20/03/2014

Le Contrat de filière de la Silver Économie a été signé le jeudi 12 décembre dernier en présence d’acteurs privés et publics du secteur par Arnaud MONTEBOURG, Michèle DELAUNAY et Gilles SCHNEPP, président de la FIEEC et PDG de LEGRAND. 3 mois après son lancement, les premières actions sont lancées parmi les 60 propositions de ce contrat.