Innovation tendance en pâtisserie : Whoopie, le gâteau fashion !

Le 21 septembre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Après le cupcake, voici le Whoopie, un petit gâteau/sandwich, venu tout droit des Etats-Unis et élu « gourmandise de l’année 2010 » par le New York Times.

A l'origine du Whoopie

Né en terre amish, entre la Pennsylvanie et le Maine, ce gâteau est composé de deux ronds de génoise, à l’origine au chocolat, enserrant une garniture de crème à base de fromage frais. Selon la légende, les femmes d’ouvriers et de fermiers concoctaient ces douceurs à leurs maris qui se seraient écriés «  Whoopie !!! » en découvrant le contenu de leur Lunch Box.

A l’origine, le Whoopies arborait une taille maxi : le Whoopie pie. Le biscuit était au chocolat et la garniture de couleur blanche rappelant le fameux biscuit Oreo. Aujourd’hui, il a évolué, répondant aux nouvelles tendances. En version « individuelle », cette pâtisserie est devenue plus pratique à grignoter, de toutes les couleurs, pour plus de pep’s et avec des ganaches, fourrages et glaçages en tous genres. Le Whoopie envahit toutes les pâtisseries branchées des Etats-Unis pour arriver jusqu’en Angleterre avec un gros succès chez Marks & Spencer et Harrods.

Le Whoopie arrive en France

Encore peu connu en France, le Whoopie pourrait rapidement émerger grâce à son côté ludique, customisable, et pratique à déguster.

La Grande Epicerie de Paris, précurseur dans la distribution de Whoopies, se trouve désormais concurrencée face au succès de ces gâteaux.

Whoopies ThirietQuick à lancé une opération éphémère « Whoopie » juste avant l’été avec un approvisionnement confié à une petite entreprise du Limousin, Fabié, spécialisée dans la fabrication industrielle de pain et de pâtisserie

Thiriet, propose sous sa marque distributeur, une boite de 6 whoopies surgelés.

Mode ou tendance ?

Face à cette nouvelle ambiance sucrée made in USA, reste à savoir si les Whoopies réussiront à s’implanter en France au même titre que brownies et cookies.

Proche des macarons bien ancrés dans notre gastronomie française, le Whoopie va-t-il trouver une place ou se contenter de quelques Whoopies Shops parisiens à l’instar des cupcakes dont la vague déferlante de l’année passée semble quelque peu s’essouffler ?

A noter cependant que le domaine du plaisir sucré semble être un réservoir inépuisable de nouveautés plus ou moins pérennes mais qui permettent aux industriels, sous condition d’être très réactifs, de profiter de ces modes venues de tous les coins du monde.

A lire également

Boisson "anti-énergétique" : le design inspirant de la boisson relaxante Slow Down

Le 15/01/2018

Le temps n’a jamais été une denrée si rare et si précieuse. Le design packaging de la boisson “anti-énergétique” SLOW-DOWN affiche un couple produit/pack percutant, des marqueurs forts d’un retour à une "slow-attitude" pour renforcer un positionnement "No-Stress"…



Marché du sushi : la GMS se différencie par une offre version DIY.

Le 18/12/2017

La France est devenue le plus gros consommateur de sushis en Europe… Depuis quelques années, ce mets japonais a pris son envol. Et l'offre ne se résume plus aux chaines de restaurants. La GMS a su se positionner avec des corners dédiés tandis que les industriels proposent des solutions pour réaliser ses propres sushis de façon simple et esthétique.

Nouveaux instants de consommation : y’aura-t-il du cochon à Noël ?

Le 05/12/2017

Créée en 1954 à Mordelles en Bretagne, la charcuterie Brient lance un jambon de Noël avec un sachet d’épices. Alors qu’il était considéré comme un met d’exception à l’époque de l’empire romain, servir du cochon pour les grandes occasions était passé de mode ! Une initiative qui fait remonter le temps et décloisonne le jambon du quotidien...