Est-ce un gage de santé que de manger Bio ? La question est une nouvelle fois posée.

Le 20 septembre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Selon une nouvelle étude de l’université américaine de Stanford, l’alimentation biologique, d’un point de vue nutritionnel, ne présenterait pas un avantage substantiel par rapport à une alimentation conventionnelle. Elle souligne cependant quelques différences…

Le sujet est récurrent et se trouve à nouveau relancé par cette étude. Le Bio est-il meilleur pour la santé ?  Pour arriver tenter de répondre à cette question, les chercheurs ont compilé 237 études (17 études sur l’homme et 223 études de laboratoire).

Principaux enseignements sur la nutrition :

Equivalence Bio/conventionnel

Avantages du Bio

 

En ce qui concerne la plupart des nutriments et des vitamines, les différences statistiques ne sont pas significatives entre le Bio et le non Bio

  • Confirmation d’une teneur plus élevée en omégas 3 dans la viande de poulet et les produits laitiers
  • Teneur supérieure en polyphénols (antioxydants)
  • Différence significative en ce qui concerne le phosphore

 

Au-delà des aspects nutritionnels, l’étude met en évidence une réduction de l’exposition aux pesticides de plus de 30% entre les produits bio et non bio. Cependant, elle estime que cette exposition sur les produits conventionnels n’est pas dangereuse pour la santé puisque les taux limites définis par les autorités de santé sont rarement dépassés. A noter que l’effet cocktail souvent évoqué n’est pas pris en compte.

Par contre, l’étude souligne l’intérêt du Bio en ce qui concerne la moindre présence de bactéries résistantes aux antibiotiques (un poulet ou un porc non bio présenterait un risque 33% plus élevé de contenir ces bactéries).

Pour en savoir plus : Télécharger l'étude complète

Au final, une confirmation plutôt qu’un désaveu

Présentée par de nombreux médias comme une étude en défaveur de l’alimentation Bio, les adeptes du bio y retrouveront  finalement de nombreux arguments pour défendre leur position. Claude Aubert (ingénieur agronome, cofondateur de Terre Vivante et pionnier de l’agriculture biologique) estime que cette étude est en fait, si on la lit en détail, un bon plaidoyer en faveur de l’alimentation biologique. Les seuls bénéfices nutritionnels cités suffisent à justifier l’intérêt de consommer Bio.

De plus, pour les défenseurs du Bio, l’agriculture biologique présente d’autres aspects positifs que la seule nutrition : l’intérêt pour l’environnement, la préservation des ressources, le bien être animal. Manger Bio présente un intérêt global et sociétal qui va au-delà d’un unique bien être personnel.

Le sujet n’a pas fini d’alimenter les discussions… jusqu’à une prochaine étude ?

Pour en savoir plus : Prochainement organisé à la CCI Rennes, un colloque aura lieu le 16 octobre 2012 sur le thème : « Produits transformés Bio » : Quelles stratégies de développement ? Quelles opportunités et tendances en nutrition santé ?
A cette occasion, le professeur Denis LAIRON, Directeur de recherche de l’INSERM, fera un point sur les dernières études portant sur le lien entre BIO et Nutrition/Santé.
Les inscriptions se font auprès d’Inter Bio Bretagne : Régine MARTIN - Tél. 02 99 54 03 23 - contact@interbiobretagne.asso.fr

colloque IBB

Colloque IBB inscriptions

A lire également

Eaux de bouleau, d'érable, de bambou... Les stars des eaux santé !

Le 20/04/2017

Après l'eau de coco, de nouvelles eaux surfent sur la vague naturelle voire élémentaire. Utilisées depuis des millénaires à des fins médicinales, les eaux de bouleau, d'érable et de bambou apparaissent en grande consommation. Sur quelles promesses marketing s'appuient les marques pour investir le secteur boisson ?

Restauration hospitalière en mutation ? Une offre différente pour l'ambulatoire de l'Institut Gustave Roussy

Le 18/04/2017

L’institut Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe, s’est associé à Alexandre Bourdas, chef doublement étoilé du SaQuaNa, et à Elior, le numéro 1 français de la restauration collective, pour proposer une offre différente en service ambulatoire : plats froids, quantité réduite, goût du produit brut.

Crème glacée et diététique ne sont plus antinomiques… La gourmandise sans culpabilité.

Le 27/03/2017

En Europe la décision est prise quant à l'étiquetage nutritionnel mais elle ne fait pas l'unanimité… Chez Halo Top pas de code couleur mais un nombre, occupant une place majeure sur le pack : celui de la valeur énergétique. Pas de complexes pour cette marque de crèmes glacées qui annonce fièrement, en front-pack, le nombre de calories par pot.