Management de la performance : pensez aux Réseaux Sociaux d’Entreprise

Le 19 septembre 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Organisés sur le modèle des réseaux sociaux grand public tels que Facebook, Twitter ou encore LinkedIn, les Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE) font leur apparition dans les milieux professionnels. Utilisés en intra ou inter-entreprises, ils bousculent les organisations et les habitudes de travail boostant la créativité et l’efficacité des équipes.

Le réseau social d’entreprise : pour travailler autrement

Les RSE fonctionnent sur le principe des réseaux sociaux grand public. L’interface d’utilisation est conviviale et intuitive et l’on y dépose des messages, des « posts », dans des espaces de discussion.

Le RSE est livré clé en mains par le développeur à l’entreprise cliente qui ensuite va devoir maîtriser l’outil, l’animer et jouer un rôle de modérateur. L’accès au RSE est réservé aux collaborateurs de l’entreprise, voire à des équipes externes dans le cas de collaboration inter entreprises. Sa vocation est de permettre aux salariés de s’exprimer librement, de partager rapidement des informations, des idées, des documents sans restriction de taille, de mutualiser des compétences…

L’avantage de ce nouvel outil de communication est de pouvoir impliquer un grand nombre de personnes et de constituer des équipes pluridisciplinaires. Le RSE facilite le travail collaboratif en interne mais il peut aussi créer un lien direct et privilégié avec un client ou un fournisseur : dématérialisation des devis, des factures, des fichiers d’exécution pour un imprimeur… dans un environnement informatique totalement sécurisé. Il va aussi s’imposer dans les projets d’Open Innovation.

Les RSE, pour quelles entreprises ?

Selon une enquête menée mi-2012 par serdaLAB, 23 % des entreprises privées, publiques ou associations interrogées ont recours à un réseau social interne et 33 % l’envisagent. Cette étude nous éclaire aussi sur ce qui motive la mise en place d’un réseau social d'entreprise : le travail collaboratif (crowdsourcing), la fluidification des communications et le partage de la veille sont le plus souvent cités. Enfin, les principaux freins constatés à l’adoption d’un RSE sont : la culture de l’entreprise, le manque d'engagement des salariés et des dirigeants ainsi que la peur du "flicage".
L’intégration d’un RSE demande un minimum de culture numérique et un temps d’adaptation plus ou moins important qui est fonction de l’implication de la hiérarchie, des modes de management en place et des capacités à bien conduire le changement.

Avant de mettre en place ce type de réseau, il est conseillé de bien évaluer ses besoins, d’identifier les collaborateurs pionniers qui faciliteront son appropriation et surtout de laisser une grande liberté d’expression.

Le RSE est un outil puissant, permettant de fluidifier les organisations et de les rendre agiles. C’est le renouveau de l’intranet des entreprises ou encore des plateformes collaboratives telles que les wiki. Votre entreprise est prête à accueillir un RSE ? Alors, n’hésitez pas à vous faire accompagner dans votre démarche d’intégration et cela dès la genèse du projet.

Crédits photos: © rikilo - Fotolia.com

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?