Le consommateur adopte les outils numériques

Le 30 août 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La consommateur dispose sur Internet d'une offre abondante de sites qui l'aident à dépenser moins. La pratique de ces sites, combinée à un usage d'Internet qui se généralise, modifie rapidement les comportements de consommation.

"Consommer malin" : cette expression résume à elle seule l'état d'esprit du consommateur des années 2010. Objectif : maîtriser ses dépenses et acheter intelligemment, comme nous y invite le créateur de ce blog :
consommer-malin.fr. Aux Etats-Unis l'enseigne Walmart en a fait son slogan : "Save money, live better" (économisez et vivez mieux). Difficile de résister.

Pour atteindre cet objectif le consommateur bénéficie d'un large choix de sites Internet et d'applications mobiles qui l'aident à repérer les bonnes affaires : leguide.com (5,4 millions de visiteurs en mai selon Médiamétrie), mais aussi prixmoinschers.com ou cherchons.com.

 

Vivre "au pays où la vie est moins chère", pour reprendre la formule rendue célèbre par Conforama, semble une aspiration largement partagée par les consommateurs, notamment en période de rentrée où les dépenses sont nombreuses. On peut y voir tout de même un risque : celui de faire perdre leurs repères aux consommateurs, qui au bout du compte ne savent plus quelle est la véritable valeur d'un bien.

Autres sites qui rencontrent aujourd'hui un succès considérable, les comparateurs de prix. Une catégorie dans laquelle on trouve quelques géants : Google ou Yahoo. Selon le cabinet d'études ComScore, un Internaute sur quatre a consulté un comparateur au mois de mai.

Equipé de son smartphone et d'une application du type Géocompare, le client d'un magasin a aussi la possibilité de comparer aisément les prix d'un produit vendu dans plusieurs commerces de sa ville. Citons encore les nombreuses applications permettant de repérer les stations d'essence les moins chères.

Autre comportement de consommation directement lié à l'essor d'Internet : la consultation des avis de consommateurs. Dans une série parue cet été dans Le Monde sous le titre "La vie en web", le journal a recueilli les témoignages de consommateurs qui n'envisagent plus d'acheter sans se référer aux avis des Internautes. Vacances, matériel de bricolage, décoration, appareils photo... On trouve sur Internet des avis sur tout. On sait pourtant qu'il convient de lire ces avis avec précaution, certains étant tout simplement de faux avis, comme le signale en août 2012 le quotidien La Tribune. Il n'en reste pas moins que les avis de consommateurs publiés sur Internet influencent fortement les comportements de consommation.

Bonnes affaires, avis d'Internautes, comparateurs de prix : équipé de son smartphone, le consommateur devient expert dans l'usage des nouveaux outils lui permettant d'économiser et de maîtriser ses dépenses. Une tendance qui ne concerne pas tous les types de biens ou de services, ou à des degrés divers, mais une tendance marquante à laquelle les commerçants sont aujourd'hui confrontés.

A lire également

Transformation numérique des TPE en Bretagne.

Le 18/11/2016

La Région Bretagne lance un appel à projets expérimental qui a pour but d'accompagner les TPE dans leur transformation numérique. L’objectif est de valider si ce type de programme peut réellement constituer un effet de levier sur les petites entreprises et de promouvoir le caractère transformant par les outils numériques.

Passion Commerce : Les commerces du Pays de Rennes à l’honneur.

Le 30/09/2016

Quel commerce pour demain ? Renaud Sore-Larregain a apporté des clés de compréhension sur les évolutions des offres aux consom’acteurs. La dernière édition de Passion Commerce à la CCI Rennes mettait le focal sur ces nouveaux commerçants qui anticipent les exigences des consommateurs.

L'aide Stop essuyage

Risques professionnels en restauration : aide financière sèche-verres

Le 06/09/2016

Suite à une étude qui a été réalisée sur les TPE en 2013, il s’est avéré que le métier de la restauration était un métier à risque (chute dans les escaliers, chute en cuisine et en salle, des coupures avec des couteaux, des coupures avec du verre cassé).