La crise favorise le marché des produits d'occasion

Le 29 août 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Pouvoir d'achat en baisse, préoccupations écologiques en hausse : un nombre croissant de consommateurs pratiquent l'achat ou la revente de produits d'occasion. Une étude du Credoc décrypte cette tendance qui s'affirme d'année en année.

Le contexte économique de cette rentrée 2012 ne devrait pas inverser la tendance : face aux contraintes qui pèsent sur leur pouvoir d'achat, les consommateurs n'hésitent plus à acheter ou revendre d'occasion. Voitures, bicyclettes, meubles, électroménager, matériel de bricolage et de jardinage, vêtements, livres, DVD, jouets, articles de puériculture et de sport... L'offre de produits de seconde main s'élargit, bénéficiant de vitrines désormais incontournables sur Internet : eBay, Amazon et surtout Leboncoin (3 millions de visiteurs par jour selon Médiamétrie), pour ne citer que les leaders. Les magasins physiques sont aussi de plus en plus nombreux à proposer des produits d'occasion, sans oublier les brocantes et vide-greniers. C'est ce qui ressort de l'enquête du Credoc parue en début d'année sur ce thème : "La seconde vie des objets" (voir liens ci-dessous).

 

Le Centre de Recherche et d'Etude sur les Conditions de Vie, qui a enquêté auprès d'un échantillon de 1.000 personnes, précise son analyse en décrivant une grande diversité de comportements selon les produits : ainsi près d'une voiture achetée sur deux est un véhicule d'occasion, mais seulement un vélo sur cinq. Les biens culturels (livres et DVD) sont achetés d'occasion dans un tiers des cas, les vêtements dans 10% des cas seulement.

Le Credoc s'intéresse ensuite à la "seconde vie" de ces objets, parfois revendus, prêtés, donnés ou recyclés... quand ils ne sont pas oubliés au fond d'un tiroir comme nombre de téléphones portables.

Parmi les facteurs qui expliquent le succès de l'occasion, mais aussi du prêt, du troc et du don, un autre élément que le pouvoir d'achat est mis en avant par le Credoc : il s'agit de la "norme écologique" qui tend à se diffuser chez les consommateurs et qui joue en particulier dans la seconde vie des vêtements, rarement jetés, souvent donnés, surtout les vêtements pour enfants.

Parmi les hypothèses qui restent à valider par de prochaines enquêtes, le Credoc envisage des différences de comportements selon l'âge des consommateurs et leur lieu de résidence (densité urbaine plus ou moins grande).

Voir aussi sur Thémavision :
Le marché de l'occasion promis à un bel avenir (mars 2010)

A lire également

Passion Commerce : Les commerces du Pays de Rennes à l’honneur.

Le 30/09/2016

Quel commerce pour demain ? Renaud Sore-Larregain a apporté des clés de compréhension sur les évolutions des offres aux consom’acteurs. La dernière édition de Passion Commerce à la CCI Rennes mettait le focal sur ces nouveaux commerçants qui anticipent les exigences des consommateurs.

L'aide Stop essuyage

Risques professionnels en restauration : aide financière sèche-verres

Le 06/09/2016

Suite à une étude qui a été réalisée sur les TPE en 2013, il s’est avéré que le métier de la restauration était un métier à risque (chute dans les escaliers, chute en cuisine et en salle, des coupures avec des couteaux, des coupures avec du verre cassé).

Les français adeptes du commerce en ligne.

Le 26/08/2016

Le commerce en ligne des français ne cesse de progresser. Une étude de Journal du Net (JDN) fait ressortir une forte progression des commandes en ligne et de la valeur globale des achats.