IAA. Chiffres clefs 2011

Le 27 août 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Données structurelles essentielles à retenir, publiées dans son « rapport d'activité 2011 par l'ANIA » : chiffre d'affaires, effectifs, importations, exportations, investissement... + Focus sur l’agroalimentaire breton en 2011.

IAA :  Les prévisions 2012 ne sont pas au beau fixe.

  • Avec 16,8% de revenu disponible brut, le taux d’épargne des ménages est à son plus haut niveau depuis 30 ans. Par conséquence, les dépenses des ménages n’ont progressé que de 0.3% en 2011. Les arbitrages budgétaires des ménages se font au détriment de l’alimentaire. Les courses deviennent plus réfléchies et l’achat d’impulsion pour les plaisirs alimentaires se réduit.
  • Les cours des matières premières sont aussi un facteur d’inquiétude. Ils se sont accrus de 31 % en 2011 et restent sur des valeurs élevées. Les IAA ne peuvent répercuter la totalité des hausses sur les prix de vente et leurs marges sont en baisse tendancielles depuis plusieurs années. C’est le cas, en particulier, des PME dont les investissements sont ainsi bloqués.

 

 

2011

2010

2009

2008

Commentaires

Chiffre d'affaires

157,5 Mds €

143,6 Mds €

 

139    Mds €

 

151    Mds €

 

Le secteur agroalimentaire résiste mieux à la crise que les autres industries françaises et affiche une progression notable de son CA sur l’année 2011. A noter, cependant, que cette hausse tient particulièrement à la hausse des prix des matières premières en amont (le cours du blé à grimpé de 22% et celui du maïs de 59%).

Effectifs

≈ 500000

(-0.2%)

≈ 500000

(-0.6%)

≈ 500000

(-0.9%)

≈ 500000

0.6%

Les effectifs sont stabilisés alors que l’ensemble de l’industrie française enregistre un recul de 16%. Par ce fait, les IAA représentent 2,8% des actifs français et deviennent le premier employeur français. A noter, que près de 10000 postes restent non pourvus dans ce secteur.

Exportations

40,8 Mds €

36,1 Mds €

 

 

 

La France conserve sa  4ème place d’exportateur mondial de produits agroalimentaires derrière les Etats-Unis, les Pays Bas et l’Allemagne. 40% des exportations françaises  se font à destination de l’Allemagne, de la Belgique et de l’Italie. A noter que, avec l’aéronautique, la défense et le secteur du luxe, l’agroalimentaire est l’un des rares postes excédentaires du commerce extérieur français.

Il convient de nuancer ces résultats par le fait que la bonne performance des exportations est essentiellement liée aux vins, aux spiritueux et aux produits laitiers. En dehors de ces produits, le secteur est déficitaire de 4 milliards d’euros. Seules 20% des entreprises agroalimentaires exportent.

Importations

33,8 Mds €

30,4 Mds €

29,2 Mds €

 

76 % de ces importations proviennent de l’union européenne.

Investissements

+ 7 %

 (- 2%)

 (- 10 %)

 

Les prévisions de redémarrage de l’investissement se sont confirmées en 2011. Cependant, ce taux reste faible au regard des 2 années passées en baisse.

Défaillances

d'entreprises

165 cas

261 cas 

409 cas 

 

Bonne résistance du secteur avec une diminution des défaillances par rapport à 2010.

Source : Rapport d'activité ANIA 2011.

De grands enjeux impactent la filière

  • La sécurité des aliments reste une préoccupation permanente de la filière et des consommateurs. Aspartame, bisphénol A, phtalates … autant d’additifs, de composantes rejetées par les consommateurs et que les industries doivent progressivement retirer de leurs denrées alimentaires. L’enjeu est fort au regard  de la complexité de substitution et du temps nécessaires pour trouver les bonnes solutions.
  • L’information nutritionnelle des consommateurs est devenue une obligation très encadrée par le règlement INCO. En 2011, 88% des produits présentent un étiquetage nutritionnel. 5 nouvelles chartes d’engagement de progrès  nutritionnels PNNS ont été signées en 2011.
  • L’innovation reste l’axe majeur de développement de la filière. Emballages, nutrition santé, Développement durable sont des thèmes porteurs d’innovations. En 2011, 61% des IAA de 10 salariés ou plus ont innové.
  • Le développement durable prend une place grandissante dans les préoccupations des consommateurs. Réchauffement, climatique, gaspillage alimentaire, préservation de la biodiversité et des ressources naturelles, … sont au cœur des réflexions de la filière. Les investissements des IAA en faveur de l’environnement ont augmenté de 20% entre 2009 et 2010 et 2/3 des innovations ont un impact positif sur l’environnement.

Focus sur l’industrie Agro-alimentaire bretonne.

IAA en Bretagne

 

Après s’être redressée en 2010, la situation s’est stabilisée en 2011 avec un niveau d’activité très correct. Tiré par l’export, le chiffre d’affaires est en hausse de 7,3% en 2011 par rapport à 2010.

Exportations IAA 2011Avec environ 15% du CA total des IAA bretonnes, les exportations sont en augmentation de 15% en 2011. Viande de porc, volailles et produits laitiers progressent fortement en valeur. La filière fruits et légumes subit plus difficilement l’impact de la bactérie E.coli qui a fait chuter les ventes de légumes frais à l’export.

Les IAA bretonnes représentent 39% des effectifs de l’industrie bretonne soit :

  • 6% de l’emploi salarié breton
  • 12% des effectifs salariés de l’ensemble des IAA françaises.

Après de fortes baisses en 2008 et 2009, les effectifs se sont stabilisés en 2010 ainsi qu’en 2011 aux alentours de 60 000 postes.

Les investissements ont tendance à se contracter avec une prévision 2012 de -3,9%,  en lien direct avec une rentabilité d’exploitation que 47% des chefs d’entreprises estiment avoir vu se dégrader en 2011.

TOP 30 en CA des Industries Agro-alimentaires en Bretagne

(Source Bretagne Economique, Palmarès 2011 – 2012)

 

Dpt

Effectif

2008
CA M€

2009
CA M€

      2010        CA M€

% CA
Export

Groupe Bigard

29

13300

2628

3856

4120

17

Groupe Triskalia

29

4794

 

1535

1814

5

Groupe Even

29

4920

1132

1356

1767

 

Cooperl Arc Atlantique

22

4304

1297,1

1538,9

1714

16

SAS Socopa Viandes

29

6000

 

1437

1702

18

Groupe Glon

56

3599

1652,8

1440,1

1478

13

Groupe Doux

29

9800

1558

1369

1406

60

Invivo NSA

56

5250

1081,9

1190,9

1340

 

Cecab Groupe

56

5200

1350

1146

1279

20

Laita (groupe Even)

29

3100

 

 

1087

35

Groupe SVA Jean Roze

35

3123

695,1

701,8

731,6

13

Kermene

22

 

595

630,1

665,3

5

Coopérative Agricole Le Gouessant

22

730

548

511

564

 

GAD SAS

29

1886

495

446

437

20

Groupe Floc’h & Marchand

56

1533

453

419

434

35

NNA (groupeTriskalia)

56

472

 

 

411

 

Sanders Bretagne

56

233

515,2

399,7

402,3

2

Panavi SAS

35

1500

281

325

374

12

Diana Ingrédients

56

1450

318

330

368

76

Bernard SAS

56

820

379

349

353

35

Groupe Coralis

35

580

285

266

319

 

Groupe Sill

29

762

308

288

298

16

Groupe Michel – JYM Nutrition

35

250

 

202

257

 

SNC Saviel France

35

775

215,9

236,9

236

 

Groupe Stalaven

22

1340

 

 

235

 

Ets Paul PAULET

29

310

 

212.2

227,3

 

Tendriade COLLET

35

646

 

220

220

10

Bridor

35

1058

 

197

209

40

Triballat Noyal SAS

35

844

 

200

209

16

Sanders Ouest

35

236

 

184,6

188,8

 

Ste Laitière de Vitré

35

392

 

188,2

188,1

11

Groupe Le Graet

22

669

 

160

165

15

Gatine Viandes

35

448

 

158,1

163,2

3

A lire également

Etude "Food 360" : Vertige de l'assiette - Les nouveaux paradigmes des consommateurs

Le 26/09/2016

Réalisée tous les deux ans pour le SIAL par Kantar TNS en synergie avec le cahier des tendances alimentaires Futur Food de XTC Worl Innovation, cette troisième édition nous transmet un éclairage sur les nouveaux comportements alimentaires dans le monde.

Les chiffres clés de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire en Bretagne - Edition 2016

Le 21/09/2016

Le document "ABC Agriculture et Agroalimentaire de Bretagne en Clair - les chiffres", édition 2016, vient d'être publié. Synthèse des principales informations.

DSM analyse les attentes santé pour chaque âge : des pistes pour faire les bons choix dans la stratégie d'innovation en alimentation santé.

Le 21/07/2016

Une étude de DSM révèle les préoccupations des consommateurs en matière de santé, par tranche d'âge. 7000 personnes ont ainsi été interrogées, en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Une analyse essentielle pour développer des produits adaptés à chaque âge, et, pour DSM une opportunité de faire des propositions proactives à leur clients...