La cuisson des viandes : entre praticité et respect du produit… Comment réassurer le consommateur ?

Le 21 août 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La naturalité représente une réelle attente de la part des consommateurs. Ingrédients 100 % naturels, simplicité des recettes ou des discours, innocuité, saisonnalité, local sont autant d’arguments évoquant cette tendance. Mais comment parler naturalité, comment rassurer lorsque l'on communique sur le process ?

Lors des Journées Aliments & Santé de la Rochelle, Xavier Terlet du cabinet XTC mettait à l’honneur la naturalité et insistait sur l’importance de "ne pas aller à l’encontre de la vie", de "respecter le produit par le process". Quelques industriels exploitent aujourd’hui ce créneau, qu’ils appliquent à la cuisson, en misant sur la "Juste Température". Version cuisson lente pour Cuisine Solutions et cuisson courte pour Marie

 

Cuisine Solutions développe sa gamme L’Authentique avec des brochettes micro-ondables.

Début 2011, Cuisine Solutions se faisait un nom dans les linéaires de la GMS avec l’Authentique, gamme de viandes déjà cuites, accompagnées d'un sachet de sauce. La particularité de ces produits ? "L’art de la cuisson à juste température" qui, selon la marque, garantit d’excellentes qualités gustatives avec un réchauffage au micro-onde.

juste cuisson 2

Après la côte de porc sauce moutarde, le pavé de bœuf sauce béarnaise ou le fondant de veau sauce aux poivres, la marque lance aujourd’hui trois références de brochettes de viande : brochettes d’onglet de bœuf sauce béarnaise, brochettes de gigot d’agneau au curry, brochettes de porc sauce barbecue. Conditionnées par deux pour une personne, soit 200 g de viande, elles sont pratiques et rapides à préparer : au micro-onde, en une minute pour la référence onglet de bœuf et une minute et dix secondes pour les brochettes de gigot d’agneau et celles de porc.

 

A son tour Marie s’appuie sur la "Juste Cuisson" pour booster le marché des plats cuisinés individuels.

juste cuisson1

 

Le principe de cette gamme de plats cuisinés réside dans une cuisson courte, permettant au consommateur de finir de cuire son plat au micro-onde. Ce dernier peut donc opter pour une version saignante ou à point et déguster une viande dont les qualités organoleptiques sont préservées. Quarante secondes sont nécessaires pour une viande saignante, cinquante pour une cuisson à point, tandis que l'accompagnement se trouve dans une barquette séparée pour être également placé au micro-onde.

Sur cette gamme, Marie propose cinq références, dont deux de viande : pièce de bœuf et filet de canard.

 

Le micro-onde, ami ou ennemi de la naturalité ?

Avec des packagings au look plutôt moderne et original (noir pour l’un, vertical pour l’autre) ces produits s’adressent à un public type jeunes actifs plutôt urbains. La praticité doit donc être au rendez-vous : produits en format individuel, qui se réchauffent au micro-onde en un temps record (1 minute environ).

Si l’industriel s’est appliqué à respecter le produit, ce type de réchauffage, suscitant encore quelques craintes, ne va-t-il pas à l'encontre de la promesse de départ, à savoir "respecter le produit" ?

A lire également

Le jambon-beurre, détrôné par le burger, souffre de la montée en gamme du snacking !

Le 16/04/2018

Le jambon-beurre a été consommé 1,2 milliards de fois en France en 2017. Fait historique : il est pour la première fois dépassé par le burger, star des fast-foods, selon l'indice jambon-beurre de Gira Conseil. Face à la montée en gamme du snacking, le jambon-beurre conforte sa place de produit d'appel d'entrée de gamme !

Anti-gaspi : les crackers Résurrection valorisent les drêches de brasserie

Le 13/04/2018

Transformer un déchet en ressource, telle est l'idée de Nathalie Golliet et Marie Kerouedan. Après avoir créé en 2015 Re(f)use, une structure visant à valoriser les déchets culinaires, ces deux passionnées lancent, dans un esprit de développement durable les crackers Résurrection issus des drêches de brasseries.

Une alimentation plus végétale ? Quels impacts nutritionnels ? Quels leviers de communication ?

Le 05/04/2018

Le consommateur tend à associer le "tout végétal" au "super sain", ce qui mène à des incohérences entre un positionnement "healthy" et des formulations qui ne le sont pas forcément. Ainsi, pour ne pas générer d'achat déceptif, l'industriel doit réfléchir son produit dans ce sens... Place aux ingrédients sains, simples et naturels.