Premier semestre 2012 décevant pour le secteur de la logistique

Le 22 août 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Crise économique, ralentissement de la croissance, baisse de la consommation... Le contexte actuel ne laisse pas indifférent le secteur de la logistique et risque d'impacter durablement celui-ci. Mais des niches non saturées restent encore exploitables et promettent certaines opportunités.

 

Défaillance des entreprises


Le nombre de défaillances d’entreprises, tout secteur confondu, est revenu au deuxième trimestre, sous le seuil des 14 000 franchi en 2009, soit un recul de 4,7% par rapport à la même période en 2011. Dans ce contexte de baisse globale des défaillances, qui semble être positive à première vue, on remarque que le transport routier de marchandises figure parmi les quelques rares activités se situant dans le rouge, avec une hausse des défaillances de 8% sur le seul premier semestre 2012 (correspondant à 773 entreprises), et plus particulièrement le fret de proximité en hausse de 12,4%.

Les entreprises du TRM sont les plus touchées en raison à la fois d'un environnement économique peu porteur, mais aussi des cours élevés du pétrole et du ralentissement de l'activité en France, imputable notamment au repli de 2,2% du transport national affecté par le transport pour compte propre.
 

Evolution dans l'immobilier logistique

Ce repli de l'activité a naturellement un impact dans l'immobilier logistique, où la demande placée sur le marché des entrepôts de plus de 5 000 m² et 10 000 m² a diminué respectivement de 40% et de 18% au premier trimestre 2012. Une demande qui pourrait ne pas s'améliorer à court terme, compte tenu des perspectives économiques générales qui poussent les ménages à diminuer leurs dépenses de consommation et incitent les industriels à diminuer leur production; d'où une baisse des stocks de produits finis.

Selon le « baromètre de l'investissement immobilier français » d'IPD France et du Crédit immobilier français, la demande placée va continuer à ne concerner que les locaux neufs ou de très bonne qualité, gonflant toujours un peu plus le stock d’entrepôts de seconde main.

Le consensus estime que le loyer prime des entrepôts en région parisienne atteindra 50 €/m² fin 2012 et se maintiendra sur l’année 2013. Les mesures d’accompagnement restent importantes – de l’ordre de 10% – ce qui induit un loyer économique sur les meilleurs entrepôts franciliens de 45 €/m². 

Etat de la logistique internationale


Les données récentes issues du Forum international du Transport de l'OCDE soulignent l'impact des tensions économiques actuelles sur le fret en Europe, laissant de nombreuses parties du continent bien en-dessous des niveaux de demande rencontrés avant la crise.

Les statistiques montrent que :

  • le commerce extérieur maritime en Europe et aux Etats-Unis, notamment en France et au Royaume-Uni, continue de stagner en-dessous des niveaux antérieurs à la crise, contrairement à l'Allemagne dont le commerce maritime a augmenté durant cette période,
  • le commerce extérieur aérien, considéré comme un indicateur important de la performance économique globale, laisse présager un déclin à court terme en Europe,
  • les BRIICS (Brésil, Russie, Inde, Indonésie, Chine et Afrique du Sud) et l'Asie demeurent des vecteurs de croissance globale, même si les échanges avec l'Asie montrent des signes d'essoufflement (baisse des exportations de l'Europe vers la Chine).
  • la faible reprise du fret routier et ferroviaire, notamment en Europe, reflète une faible demande intérieure, contrairement à la Russie et aux Etats-Unis.

Opportunités logistiques malgré la crise

Néanmoins, des opportunités demeurent à travers des industries résistantes face à la récession telles que la santé, l'alimentaire et les boissons. De plus, le commerce maritime de l'Europe vers les BRIICS a augmenté de 52% en mars 2012 par rapport à son niveau antérieur à la crise, ce qui signale une possibilité de croissance des échanges vers ces pays.

L'Asie offre également des opportunités, notamment avec la Chine, qui a annoncé ses plans visant à faire du pays une économie sensiblement exportatrice; ce qui devrait bénéficier au secteur du transport et de la logistique.

Mais pour l'heure, malgré la résistance de l'Allemagne, le faible niveau des importations à travers l'Europe reflète la fragilité économique du continent. Si le ralentissement de la croissance des marchés émergents persiste, l'avenir du secteur de la logistique européenne risque d'être morose. Car comme dans toute mauvaise période économique, une consolidation est à prévoir, laissant de nombreux fournisseurs, frappés de plein fouet par la crise, en proie à des liquidations judiciaires ou à des acquisitions par des entreprises financièrement plus solides.

A lire également

Douanefrance.mobi : un service sur mesure pour votre logistique internationale

Le 22/05/2015

Afin de simplifier l’accès des usagers aux services douaniers, la Douane lance l'application mobile Douanefrance.mobi, disponible sur iOs et Androïd.

Exporter au Japon : comment s’y prendre ?

Le 25/06/2014

Marine, Mélanie et Keisuke, étudiants à l'Institut de Gestion de Rennes en Master Administration des Entreprises, Parcours Management des entreprises japonaises sont de retour pour nous aider à développer des affaires avec le Japon. Ils nous donnent quelques clés sur les modes de distribution, les modalités de transport et les exigences douanières.

La messagerie au quatrième trimestre 2013

Le 28/04/2014

En 2013, en moyenne annuelle, les évolutions des chiffres d’affaires, tonnages et nombres d’envois sont très contrastées sur tous les segments de la messagerie et de l’express.