Renault intéressé par les services connectés et les TIC pour la mobilité

Le 10 juillet 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Renault, à travers l’incubateur « Mobilité Connectée », qui a lancé un premier appel à candidatures début 2012, entend développer et soutenir les projets et initiatives de mobilité connectée.

Cette structure, portée par Paris Incubateurs (un programme de Paris Region Innovation Lab) et le Groupe Renault, vise à participer au développement d’entreprises et de projets liés « aux services connectés, et TIC pour la Mobilité ». Une manière pour Renault de créer des liens et des synergies avec des start-ups innovantes, et ainsi élargir ses offres et services liées à la mobilité. Par exemple, ce sont cinq premiers projets incubés qui pourront être intégrés à l’automne à la tablette numérique R-Link de Renault qui sera déployée dans ses modèles Zoé et Clio :

  • Apila développe une application mobile qui permet de trouver en temps réel des places de stationnement disponibles, et ce en comptant sur sa communauté d’usagers.
  • Telepark est un service qui permet de payer son stationnement sur les voies publiques grâce à votre téléphone mobile. De plus, Telepark va également proposer une solution d’automatisation et de gestion du stationnement pour les collectivités et les automobilistes complémentaire à l’offre d’Apila.
  • SoCloz, est un moteur de recherche de shopping géolocalisé pour que les automobilistes puissent accéder aux magasins les plus proches en fonction de leur localisation et de leurs besoins.
  • I-Dispo est application mobile de « conciergerie » virtuelle qui suggère à son utilisateur des activités pour le week end, des restaurants, permet d’organiser son prochain voyage etc.
  • Enfin, Mobiquithings, qui développe des services de connectivité machine-to-machine. C'est un opérateur mobile qui cible divers marchés industriels comme l'automobile et le transport, la logistique, l'énergie, la santé etc. exploitant des flottes de machines communicantes. Leur compétence va permettre à Renault d'améliorer le taux de couverture du réseau qui peut poser problème en mobilité, et ce notamment grâce à une SIM multi-opérateurs.

 

Si l’incubateur offre à ces start-ups un accompagnement et des financements « classiques » à nombres d’incubateurs, le partenariat avec Renault leur permet de bénéficier de l’aide d’un « Mentor » Renault ainsi que l’accès à des ressources telles que des plateformes de validation, un support technique etc. Du côté du constructeur, il s’agit de bénéficier d’innovations de service et produits en s’ouvrant à des compétences non détenues en interne (système d’innovation partagée ou open innovation), et ainsi de minimiser les coûts de développement et également de réduire le time-to-market. A termes, ce seraient 50 applications qui seraient intégrées à la tablette R-Link Renault.

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 17/02/17

Le 17/02/2017

Bus électrique, Voiture autonome, Vente automobile en ligne, PSA / Opel, Micro-usines, Renault

Fabrication additive métal : l'automobile en phase de jauger son potentiel !

Le 10/02/2017

La fabrication additive métallique est en quelques années sortie de son usage réservé au prototypage rapide et aux prothèses médicales. La technologie est désormais utilisée pour la fabrication de pièces séries, notamment volantes dans l’aéronautique. L'automobile est elle dans une phase d'exploration de la technologie.

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 10/02/17

Le 10/02/2017

Rennes, Bus électrique, Peugeot, Intermodalité, Renault, Utilitaires électriques, Bornes de recharge, Assurance, Allianz, Voiture autonome, Expérimentation