L'ADEME lance un fonds de 150 millions d’euros pour les technologies vertes : la mobilité de demain directement concernée

Le 09 juillet 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Un fonds destiné aux PME innovantes et non cotées

Le 5 juillet dernier, l’ADEME a annoncé le déblocage du fonds « Ecotechnologies », fonds d’investissement d’un montant de 150 millions d’euros destiné à soutenir des projets liés aux technologies vertes et géré par une filiale de la Caisse des Dépôts et Consignation.

Le fonds Ecotechnologies, qui s’inscrit dans le cadre du programme des Investissement d’Avenir, a pour vocation de soutenir les projets d’innovation des PME. Les montants investis seront compris entre 1 à 10 millions d’euros « en recherchant systématiquement un co-investissement à parts égales avec des acteurs du privés » (ADEME).

Dans son communiqué, l'ADEME précise l’objectif de ce fonds : « [il] répond à une problématique constatée dans le domaine des technologies vertes : malgré un fort besoin d'innovation, de nombreuses petites et moyennes entreprises ne parviennent pas à financer leur croissance et à accroître leurs fonds propres pour se développer, en particulier lors de passages aux phases industrielles ».

La mobilité de demain directement concernée

L’évaluation et la sélection des projets candidats seront gérées par l’ADEME et s’inscriront dans les 4 programmes d’investissements d’avenir déjà existants :

- Energies renouvelables décarbonées et chimie verte : énergies renouvelables, bioressources, ainsi que les thématiques liées aux enjeux énergétiques : bâtiments, stockage de l’énergie, hydrogène, CO2 et production.


- Réseaux électriques intelligents ou smart grid.


- Economie circulaire, à savoir la valorisation des déchets, la dépollution des sites et des sédiments, l’éco-conception et l’écologie industrielle.


- Véhicule du futur : véhicules routiers, ferroviaires, maritimes et fluviaux ainsi que mobilité des personnes et des marchandises.

Ces programmes d’investissements d’avenir s’inscrivent dans le cadre des différentes AMI (Appel à Manifestation d'Intérêt) d’ores et déjà lancés par l’ADEME et, qui, pour certains, ont déjà donné lieu à des initiatives en faveur du véhicule et de la mobilité de demain :

-    AMI Véhicules décarbonés
-    AMI Mobilité quotidienne et acheminement final des marchandises
-    AMI Réseaux électriques intelligents
-    AMI Déploiement des infrastructures de recharge pour les véhicules électriques et hybrides rechargeables

 
En englobant à la fois les projets de véhicules du futur, les infrastructures pouvant en découler et les services associés, ce nouveau fonds constitue une vraie opportunité pour les PME ayant des initiatives dans ce secteur d’activité.

A lire également

Concours Crisalide Numérique : les mobilités bien représentées !

Le 13/10/2017

Le concours Crisalide Numérique a pour objectif d’identifier des entreprises bretonnes qui ont su se développer ou se différencier en intégrant des usages innovants du numérique dans leur organisation et sur leurs marchés; et de valoriser ces usages exemplaires auprès des entreprises bretonnes et des acteurs du territoire.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.