Fret maritime : ponctualité ou économies ?

Le 09 juillet 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La chute de la ponctualité des liaisons maritimes intercontinentales depuis 2009 (de 70 à 64%) a réouvert le débat sur l'utilité véritable de la baisse des prix dans le secteur. Ruptures de la supply-chain, retards de livraison..., les problèmes liés à la quête du prix le plus bas sont nombreux, comme le met en valeur un rapport dévoilé par Maersk.

Prix tirés vers le bas, l'ennemi de la ponctualité

La crise économique actuelle a entraîné une contraction importante du commerce mondial et, par voie de conséquence, du transport maritime. Pour tenter de relancer la demande, et sous la pression des chargeurs, les compagnies ont alors fait le choix de comprimer les prix au maximum, en réduisant leurs marges. Pour maintenir une certaine rentabilité et même survivre, beaucoup d'entre elles ont choisi de réduire la qualité de service. Ainsi, certaines n'hésitent pas à attendre que le navire soit suffisament plein, et donc que la traversée soit rentable, avant de quitter un port. D'autres ont recours au surbooking, avec parfois comme conséquence l'obligation de placer un container sur le bateau suivant - ce qui occasionne parfois un retard de plus d'une semaine. Et même quand un bateau est en retard sur un horaire, la pratique du slow-steaming (ralentissement volontaire pour économiser du carburant) reste en vigueur.

L'absence de ponctualité peut représenter un coût énorme

Les coûts inhérents aux retards engendrés par ces différentes décisions peuvent parfois être plus élevés que les économies réalisées en choisissant une compagnie comme Hanjin; moins chère que ses principales concurrentes, celle-ci n'affiche un taux de ponctualité aux ports que de 40%. Cette piètre performance peut être à l'origine de:

  • ruptures de stocks,
  • retards,
  • surcoûts éventuels; ainsi, si une marchandise arrive en retard, les autres déjà livrées doivent être stockées avant d'être assemblées,
  • chômage technique, si des pièces ne sont pas disponibles à temps,
  • perte de valeur de certains biens périssables,

 

Quels sont mes besoins? Le fil conducteur d'une réflexion sur sa supply-chain.

Privilégier le prix du fret maritime au détriment des autres critères peut constituer une stratégie intéressante pour un chargeur, mais uniquement s'il a au préalable évalué ses besoins et ses priorités. Ainsi, une entreprise travaillant en flux tendus n'a aucun intérêt à sacrifier la ponctualité du transport maritime. De même, les conséquences sont différentes selon que le bien transporté doit être vendu en l'état, ou intégré dans un processus de transformation. La rupture de la chaîne de livraison peut entraîner retards et ruptures de stocks en soi, mais également provoquer en aval une augmentation des frais de stockage, ainsi que du chômage technique, très onéreux.

Sans rechercher à stigmatiser les compagnies qui sacrifient la ponctualité pour casser les prix, ce rapport du groupe Maersk a le mérite d'ouvrir une véritable reflexion sur les besoins des entreprises.

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?