Fairtrade et Bio : mariage obligé ?

Le 06 juillet 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

 

Malgré une image positive du commerce équitable, les Français ont du mal à passer à l’action lorsqu’il s’agit d’effectuer leurs achats. En 2010, 1 foyer sur 3 a effectué en moyenne 4 achats de produits équitables par an pour une dépense de 14,7 €. Ce qui, ramené sur l’ensemble des foyers français, représente une dépense par habitant assez faible.

 Les deux freins majoritairement cités sont :

  • le prix plus élevé : en période de crise, l’effort demandé peut paraître trop important  pour une démarche altruiste,
  • un doute quant à la réelle efficacité de la redistribution des gains aux petits producteurs.

 

Commerce Equitable Evolution CA

Pour rebooster le marché, l’explication et la pédagogie restent, encore et toujours, nécessaires.

 

Equitable et fier de l’être…

  • "Ce que je croque, ce que je défends".
  • "Ce que je bois, ce que je défends".
  • "Ce que je mange, ce que je défends".

Commerce Equitable Design Ethiquable

Afin de redonner de la visibilité à la démarche du commerce équitable, la charte visuelle de tous les produits Ethiquable a été revue pour clamer haut et fort les engagements solidaires de la marque. Au-delà de la mise en avant du produit, c’est le projet qui est détaillé pour rappeler l’enjeu des relations équitables Nord Sud avec les producteurs. Sortis à l’occasion de la Quinzaine du Commerce équitable en mai, l’ensemble des 100 produits en rayon aura son nouveau packging fin 2012.

Parallèlement à cet effort permanent de communication pour convaincre les consommateurs  de la démarche, l’adossement de l’équitable au bio peut redonner un élan au marché.

 

 

 

 

Bio et équitable, une double certification nécessaire pour l’avenir

Plus des 2/3 des ventes de produits équitables se font en grandes surfaces. En 2011, Le CA du commerce équitable en GMS s’est établi à 124 millions d’euros en légère hausse de 1,8% en valeur mais en recul de 3,8% en volume. Ce tassement entraîne, par conséquent, un espace dédié en magasin en baisse.

Les produits doublement certifiés Bio et équitables représentent 47% des ventes en hypermarchés et supermarchés. Après de nombreuses années de progression à 2 chiffres, les prévisions de croissance du Bio sont annoncées en baisse. Pourtant, les GMS continuent de miser sur le Bio, lui octroyant ainsi leur préférence sur les produits issus du commerce équitable.

Pour continuer de trouver sa place dans cet espace de consommation restreint, le commerce équitable doit profiter de cet enracinement du Bio en GMS. La double certification devient donc plus que nécessaire pour les fournisseurs de produits équitables.

 

 

Source : Site Max Havelaar, LSA Avril 2012, Le Figaro.fr Mai 2012, Ethiquable.fr.

A lire également

Biodéchets : des ressources alimentaires en or !

Le 26/07/2017

La valorisation des biodéchets, enjeu environnemental conséquent et reflet d'une prise de conscience sociétale, est devenue une tendance de fond aujourd'hui. Les déchets organiques représentent environ 40 % de la totalité des résidus. Des starts-up aux acteurs de la restauration, certains ont décidé de profiter de ce nouveau potentiel.

Le "sans traitements", une réponse alternative à mi-chemin entre le conventionnel et le bio. Démarche opportuniste ou durable ?

Le 24/05/2017

A mi chemin entre le bio et le conventionnel, l’arrivée d’une voie "sans traitement" semble représenter une réponse aux consommateurs alternatifs, pas encore bio-convertis… Cette nouvelle filière saura-t-elle néanmoins séduire durablement les influentes générations Y et Z, dites "sans concessions" à l'égard de leur responsabilité sociétale ?
[...]

Chiche! L'apéro, un nouvel usage pour les légumineuses

Le 05/05/2017

Des légumineuses à l’apéro : la marque Chiche! offre une nouvelle place aux légumineuses. Souvent positionnées sur l’axe santé, les légumineuses ne sont pas synonyme de plaisir. Et pourtant, une start-up incubée par l’Isara de Lyon, mise sur un instant de consommation inattendu et un marketing plutôt fun pour ces légumes secs.