Journées Aliments Santé : la santé par la naturalité.

Le 03 juillet 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les 20 et 21 juin s’est tenue la 9ème édition des Journées Aliments et Santé (JAS) de La Rochelle, journées destinée aux professionnels souhaitant intégrer la nutrition santé dans leurs innovations. La naturalité, mise à l'honneur par les cabinets XTC et Nutrimarketing, est une tendance forte dans l’univers de l’alimentation santé.

Deux des quatres tendances de "l’Espace Tendances et Innovations Produits" portent sur la sphère naturalité.

Cet Espace, imaginé en collaboration avec le cabinet Nutrimarketing, est dédié aux tendances en matière de nutrition santé.

 

La tendance "Free From" met en avant des produits comportant de moins en moins de nuisibles, tels les allergènes, les additifs, le sirop de glucose-fructose, les acide gras trans, l’huile de palme ou l’aspartame…

Le "Back to Basics" correspond à la recherche de produits à connotation nostalgique. "C’était mieux avant", quand tout était plus simple, moins transformé… Cette quête passe par des packagings plus épurés, par des promesses plus crédibles, par des recettes plus authentiques…

 

Panorama européen des nouveaux produits à visée nutrition-santé : la naturalité à l’honneur.

En s’appuyant sur les informations de la base de données mondiale en innovations alimentaires XTCscan, Xavier Terlet livre son observation de l’axe santé, dans ses récentes phases de développement.

 

Le naturel qui sécurise : 4 manières de réassurer le consommateur selon XTC.

 

Travailler la simplicité et la responsabilité, face à un nouveau consommateur qui veut être acteur de ses choix alimentaires. Jusqu’ici l’alimentation était souvent pointée du doigt et les industries de l’agroalimentaire rendues seules coupables des problématiques telles le surpoids… Selon Xavier Terlet, il y a aujourd’hui une certaine prise de conscience de la part les consommateurs quant à leur responsabilité dans leurs pathologies. Face à cette nouvelle responsabilisation, les industriels doivent adapter leurs discours en les simplifiant et en dé-complexifiant les arguments santé. Les promesses marketing passent donc par plus d’émotionnel et moins de fonctionnel, "une majorité de consommateurs ne comprenant pas les allégations et ne connaissant pas les ingrédients", d'après Pascal Lebras d'Expansion Consulteam. Les packaging mettent alors en avant des notions évocatrices telles la pureté, l’innocence… Les listes d’ingrédients sont réduites. La présence de chacun de ces ingrédients, de préférence naturels, est justifiée sur le pack.

jas 1

Ne pas aller à l’encontre de la logique de la vie : respecter le produit notamment au niveau du process, respecter les saisons, respecter  le bien-être animal... Aujourd’hui "laissons le temps au temps" observe-ton chez XTC. Les traitements doux type vapeur ou cuisson lente rassurent, au contraire de l’UHT qui sécurisait il y a quelques années et qui est jugé comme trop violent aujourd'hui.

JAS 2

Jouer la proximité, à la fois géographique et humaine, véritable gage de réassurance pour le consommateur. Ce dernier comprend alors le produit, sait d’où il vient voire comment il est fabriqué. Xavier Terlet oppose ce locavorisme aux OCNI (Objets Comestibles Non Identifiés) de Fischler qui effraient le consommateur.

JAS 3

Lutter contre le côté anxiogène de l’alimentation, apporter de la confiance : face à une forme de cacophonie (la surinformation égalant la non-information) et aux nombreuses attaques dont est victime l’industrie alimentaire, le consommateur a besoin de garanties. Il veut être informé. Il est rassuré quand une marque fait preuve de cohérence. "Donnons des éléments de compréhension au consommateur qui cherche les moyens de contrôler ce qu’il mange", affirme Xavier Terlet et "rappelons que 60 % des gens ont des difficultés à comprendre les étiquettes" selon le baromètre Nielsen. Autre phénomène anxiogène : la diabolisation de certains ingrédients qui focalisent toute l'attention. S’il y a 5 ans il semblait inconcevable de fabriquer des biscuits sans huile de palme, de nombreux acteurs ont su aujourd'hui sortir cet "indésirable" de leurs recettes. De la même manière Malongo revendique fabriquer son café décaféiné sans solvant. Le consommateur réclamera désormais son "déca sans solvant", Malongo faisant figure d’initiateur.

JAS 4

 

A l'heure où les progrès technologiques permettent de fabriquer de la viande de synthèse ou des fromages sans lait, comment ces consommateurs en quête de naturalité vont-ils percevoir l'alimentation du futur ? La prochaine édition des JAS en 2014 apportera peut-être des éléments de réponse...

A lire également

Les nouvelles recommandations Anses, des impacts en IAA ?

Le 27/04/2017

L'Anses a publié les nouvelles recommandations nutritionnelles en terme de santé publique. De nouvelles catégories d’aliments, des contaminants alimentaires repérés et des habitudes alimentaires observées déterminent des objectifs de fréquence et de portions de consommation. Ces nouveaux repères ne seront pas sans conséquence pour le foodservice.

L’innovation dope le marché de la 4ème gamme : vers de nouveaux territoires et de nouveaux usages.

Le 25/04/2017

L'été approche et, face à la concurrence des produits frais non emballés ou des barquettes en flow pack, les marques de la 4ème gamme déploient leurs innovations. Entre saveur, présentation ou usage, les promesses marketing se multiplient pour une offre en mode séduction. En smoothie ou sur les barbecues, le segment élargit le champ des possibles.

Eaux de bouleau, d'érable, de bambou... Les stars des eaux santé !

Le 20/04/2017

Après l'eau de coco, de nouvelles eaux surfent sur la vague naturelle voire élémentaire. Utilisées depuis des millénaires à des fins médicinales, les eaux de bouleau, d'érable et de bambou apparaissent en grande consommation. Sur quelles promesses marketing s'appuient les marques pour investir le secteur boisson ?