Réseaux sociaux : vers de nouvelles relations entre patients et professionnels de santé

Le 03 juillet 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les questions de santé font partie des sujets qui intéressent les usagers des réseaux sociaux. Ils viennent y rechercher informations, conseils, soutiens et témoignages. Pour répondre à leurs attentes, de nouveaux services voient le jour sur Internet. Ils mettent en relation patients et professionnels de santé.

Une étude de PricewaterhouseCoopers explique comment les réseaux sociaux sont en train de modifier la nature et le rythme des interactions entre les patients et le monde de la santé : médecins, hôpitaux, laboratoires, organismes publics sont tous concernés par l'audience croissante des réseaux sociaux. Dans la mesure où les patients sont de plus en plus utilisateurs de ces réseaux, qui contribuent à orienter leurs choix, les professionnels de santé ne peuvent en être absents.

Dans son étude menée aux Etats-Unis, PwC montre que le secteur de la santé peut retirer un vrai bénéfice de cette nouvelle forme de communication.

 

 

Réseaux sociaux de santé : nombreuses initiatives outre Atlantique

  • L'Hôpital pour enfants de Boston, en plus de son site Internet et de son blog, a ouvert une page facebook où les patients et leur entourage échangent sur la maladie et sur l'établissement. La page comptait en juin 2012 environ 715.000 "like". L'enjeu pour l'hôpital est d'enrichir sa relation avec les clients de l'établissement et les familles. Une recherche sur Google montre qu'il est difficile de trouver en France une initiative comparable.
  • La société OneHealth Solutions a créé une plateforme d'échange sur la thématique des addictions. Baptisée OneHealth, cette communauté virtuelle est accessible uniquement sur invitation. Les membres sont actuellement 40.000. Ils ont à leur disposition des supports virtuels qui viennent compléter leur traitement, consultables en permanence. Professionnels de santé et industriels ont accès aux informations des membres uniquement sur autorisation de ces derniers.
  • Sermo est une communauté en ligne de 130.000 membres réservée au corps médical, conçue par des entreprises souhaitant améliorer leur connaissance des pratiques des médecins. Leur objectif : améliorer la recherche médicale et la qualité des thérapies.
  • Health Care Service Corporation utilise facebook et Twitter pour élargir les possibilités d'interaction avec sa clientèle. HCSC souhaite ainsi jouer un rôle de prévention. Son but est de modifier la perception que le public a d'une assurance santé, généralement associée à l'idée de maladie mais plus rarement à la notion de prévention. L'entreprise considère en effet qu'en établissant une relation avec les consommateurs en bonne santé elle parviendra à maintenir un lien avec ces mêmes consommateurs lorsqu'ils seront confrontés à la maladie.
  • Patientslikeme est un site communautaire créé en 2004, qui réunit 140.000 utilisateurs. Patientslikeme travaille avec des laboratoires pharmaceutiques et des organismes de recherche qui accèdent aux résultats des traitements administrés aux personnes inscrites sur le site, avec leur accord. Patientslikeme vend ces informations aux industriels mais exclut la publicité.
  • CML Earth est un réseau social mondial qui permet la mise en relation de membres de la communauté LMC : patients, associations de patients, médecins... La leucémie myéloïde chronique (CML en anglais) représente en France 600 malades diagnostiqués chaque année.

 

Entrepatients.net : réseau social lancé au printemps 2012 

EntrepatientsEn France, le site Entrepatients lancé au printemps 2012 offre aux patients et à leur entourage un ensemble de contenus en relation avec la maladie et les traitements. Le site intègre le partage d'expériences via une rubrique "Communauté" ainsi qu'un annuaire des professionnels de santé.

Président de la société EntrePatients, Denis Granger est aussi créateur de l'agence de communication santé Axense Conseil. A ce titre il était interrogé par le magazine CB Santé en juin 2010 dans un dossier consacré à la communication des laboratoires pharmaceutiques. Denis Granger y soulignait alors que les laboratoires français investissent encore peu dans les réseaux sociaux, à la différence de leurs concurrents américains. En effet la législation interdit en France la publicité pour les médicaments et encadre très strictement la communication grand public des laboratoires.

A noter aussi que les réseaux sociaux sont aujourd'hui utilisés par toutes les catégories de la population, y compris les seniors. Ainsi en France facebook compterait 25 millions d'utilisateurs dont 10% de seniors selon semply social.

Face à cette contrainte réglementaire, Axense a développé pour la société Novartis une approche originale qui consiste à créer des communautés virtuelles de patients atteints de maladies rares. Partant du constat que ces patients et leurs proches expriment un fort besoin d'échanges, Novartis leur propose de rejoindre des communautés où les patients peuvent identifier d'autres personnes souffrant de la même affection.

Selon Denis Granger, l'essor du web 2.0 contraint les laboratoires pharmaceutiques à revoir profondément leur approche marketing en ciblant très précisément les différentes clientèles auxquelles ils s'adressent : patients, médecins, autorités de santé, responsables politiques...Le dirigeant d'EntrePatients ajoute qu'en matière de communication santé, la priorité pour les laboratoires doit être la pertinence des contenus et des réponses apportées en fonction des cibles, le web 2.0 restant un outil.

A lire également

Des outils numériques au service de la relation pharmacien-patient

Le 06/08/2014

A la fois professionnel de santé et commerçant, le pharmacien d'officine est souvent le point d'entrée dans le parcours de soins. Son rôle de conseil a été renforcé par les récentes évolutions réglementaires. Dossier pharmaceutique, applications pour smartphones... : de nouvelles solutions servent de support à la relation pharmacien - patient.

La m-santé à la recherche d'un modèle économique

Le 14/05/2014

Les applications et dispositifs de M-santé se multiplient de façon exponentielle, notamment avec l'essor des objets connectés. Pourtant peu de services ont trouvé un modèle économique viable. Des récentes études du BCG et des exemples de services M-Santé déployés permettent d'esquisser des recommandations sur les business models à tester.

Contrat de Filière Silver Eco

Contrat de filière Silver Economie : analyse et recensement des actions engagées

Le 20/03/2014

Le Contrat de filière de la Silver Économie a été signé le jeudi 12 décembre dernier en présence d’acteurs privés et publics du secteur par Arnaud MONTEBOURG, Michèle DELAUNAY et Gilles SCHNEPP, président de la FIEEC et PDG de LEGRAND. 3 mois après son lancement, les premières actions sont lancées parmi les 60 propositions de ce contrat.