RFID : traçabilité et application logistique dans l'agroalimentaire

Le 06 juillet 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La RFID (ou Identification par RadioFréquence) est une technologie mature permettant aux industries agro-alimentaires de réaliser des gains de compétitivité au niveau de la production mais aussi de la logistique. Quels sont les principaux enjeux de son application dans ce secteur ?

Le secteur agroalimentaire a été l'un des premiers à utiliser la technologie RFID et des radio-étiquettes pour accroître sa productivité et se conformer aux normes en matière d'identification et de traçabilité.

 

Mise en conformité

A partir de 1992, plusieurs réglementations européennes instaurant une obligation de traçabilité ont accéléré les cas d'applications RFID dans les Industries AgroAlimentaires (IAA). Les deux principales sont les directives 1992/59/CEE du 29 juin 1992 et 178/2002 CEE. Désormais, les autorités compétentes doivent pouvoir être informées rapidement en cas de crise sanitaire et remonter jusqu'à la source du problème.

 

Sécurité alimentaire

Pour ne pas être prise en défaut, l'industrie agroalimentaire s'est progressivement équipée de systèmes d'information pour la gestion de ses produits. De nombreux projets RFID ont ainsi vu  le jour, l'étiquette RFID enregistrant les informations relatives à la traçabilité alimentaire, données traitées ensuite par les systèmes d'informations. Couplée à un capteur de température, la RFID permet aussi de suivre et de réagir en cas de rupture de la chaîne du froid.

Ainsi, en 2009, la SVA Jean Rozé a lancé un pilote RFID concernant la traçabilité de ses contenants de viande en gros : le projet ID Viandes. Retenu lors de l'Appel à Projets IPER (Innovation dans les Processus d'Entreprises par la RFID), le pilote est actuellement terminé et un déploiement est en cours de réflexion.

 

Productivité 

Sans intervention manuelle et en temps réel, la RFID permet aux entreprises d'optimiser au maximum leurs process logistiques, tout en assurant les contrôles règlementaires de manière fluide et automatisée. Ces gains sont encore plus mesurables dans le cas d'une gestion de contenants en circuit fermé ou semi-fermé.

Toutefois, même dans le cas d'une gestion de contenants en circuit ouvert, où l'entreprise ne récupère pas le contenant distribué à ses clients, la RFID peut présenter de nombreux avantages. C'est le cas du projet GENESIS lancé en 2011, qui a pour objectif d'améliorer les échanges d'information et de fluidifier les processus industriels et logistiques au sein de la filière fruits et légumes frais. Ce projet collaboratif, qui couvre l'ensemble de la chaîne de valeur, est l'un des 10 lauréats de l'appel à projet "TIC&PME2015".

Dans le même secteur, Auchan vient de déployer un projet RFID de suivi de contenants de fruits & légumes, en collaboration avec Orange Business Services. Finalisé en 2013, il concerne 400 fournisseurs, 130 magasins et 7 entrepôts. Les principaux bénéfices attendus sont :

  • une diminution de pertes de produits,
  • une meilleure présentation en magasin,
  • une meilleure productivité de la supply chain,
  • une meilleure gestion du parc de contenants.

 

Pour en savoir plus, n'hésitez pas à contacter l'association RFID Bretagne Développement : expertise neutre et objective pour votre projet RFID, cas d'applications RFID dans les IAA, mise en relation avec différents prestataires RFID.
Contact : Antoine POUPELIN - apoupelin@rennes.cci.fr - 02.99.33.63.39

  

En savoir plus

A lire également

Sans-gluten et objets connectés : rencontre de deux tendances porteuses.

Le 30/11/2015

L'internet des objets séduit les Français qui envisagent, pour 50 % d'entre eux, d’acheter un objet connecté prochainement (étude IFOP). En parallèle une prise de conscience s'opère quant aux intolérances ou allergies alimentaires. Une opportunité pour des outils qui sauraient se rendre indispensables dans le cadre du "quantified food" ?

Chasser les gaspillages en dessinant vos flux

Le 16/11/2015

Votre entreprise n’a de raison d’exister que pour apporter un produit/un service à un client. Pour le réaliser, de nombreux flux (biens, personnes, informations, argent) sont nécessaires. Mais tous ces flux, créent-ils vraiment de la valeur pour le client ? Ne seraient-ils pas plutôt une source de gaspillages ?

L'offre fibre aux entreprises : trois questions à François Jam

Le 25/09/2015

François JAM est responsable de la commercialisation de l'offre fibre auprès des opérateurs Télécom, au sein de Rennes Métropole Télécom. Pour Themavision, il fait un tour d'horizon des enjeux liés à l'adoption de la fibre par les entreprises.