Le "Serious Game" ou le jeu vidéo au service de l’entreprise

Le 25 juin 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les Serious Games, jeux vidéo à finalité utilitaire, encore principalement l’apanage de l’Etat et de grands groupes, s'ouvrent progressivement aux PME.
D'où de nouveaux outils pour communiquer différemment avec ses clients et/ou collaborateurs (diffusion de message, formation, collecte de données, …).

Le Serious Game, un outil bientôt accessible aux PME ?

Développer des Serious Games coûte encore relativement cher.

Les principaux clients ont été ces dernières années l’Etat via la commande publique (RATP, SNCF, le Ministère de la Défense, …) et de grands groupes (Renault, Orange, BNP-Paribas,Thalès, Auchan ...).

 

Néanmoins, à côté du modèle « sur mesure » relativement coûteux, apparaissent aujourd'hui de nouveaux modèles économiques

  • des modules de bases mutualisés sur plusieurs commanditaires avec certaines parties personnalisables
  • des produits génériques accessibles par abonnement
  • des modèles sponsorisés via des bannières publicitaires ou des placements de marque
  • des mises à disposition de l’outil gratuites avec facturation de services connexes comme l’animation réalisée par un formateur
  •  …

L'objectif étant de réduire sensiblement les coûts et de bénéficier au plus grand nombre d’entreprises.

 

Quelques secteurs pouvant tirer profit des "jeux sérieux"

 

Les organismes de formation ont ainsi la possibilité d' étendre leur offre en proposant des solutions personnalisées à leurs clients : e-learning, présentiel, serious games, ….

A l'instar de la Cegos qui a lancé son 1er serious game destiné aux équipes commerciales et intitulé « Mission to sell ».

Les sociétés de recrutement peuvent également se différencier par le serious game dans la phase amont d’un recrutement ou pour expliciter les différents métiers de leur client aux futurs candidats.

Plus largement, toute PME, qu’elle soit industrielle ou de services, si la solution devenait accessible financièrement, pourrait tirer profit des Serious Games, en interne pour former, recruter, sensibiliser ses collaborateurs ou en externe pour communiquer avec ses clients.

A titre d’exemple, une entreprise proposant des solutions techniques et/ou complexes à des clients  ciblés « digital natives », c'est-à-dire  ancrés culturellement dans le jeu vidéo, ne pourrait-elle pas envisager de mettre en place un Serious Game pour faciliter la prise en main de ses produits, pour instaurer une relation particulière, mais aussi pour se différencier de ses concurrents ?

Ce marché devrait encore se développer et devenir plus accessible ce qui laisserait la voie libre pour imaginer de nouvelles applications !

Serious Games : un marché en devenir

Ce marché estimé en 2010 à 1,5 milliard d’euros dont 40 millions d'euros pour la France pourrait représenter 10 milliards d’euros en 2015 selon une étude de l'Idate.

Le développement du marché français bénéficie :
- d’impulsion au niveau national (Appel à projets Serious Game lancé par Nathalie Kosciusko-Morizet en 2009) et de stratégies régionales fortes (par exemple le pôle de compétitivité Imaginove en Rhône-Alpes)
- de la structuration et la professionnalisation de ce secteur par la mise en place de la formation avec des modules dédiés et le regroupement en réseau des acteurs

Pour en savoir plus  ou visionner des exemples de Serious Games (liste non exhaustive) :

Note de synthèse de l’Oten « Le Serious Game, levier du développement économique territorial » , Ludoscience , Seriousgameblog , Serious-game.frDaesign , KTM Advance , ... 

 
Crédit Photo : © Minerva Studio fotolia

A lire également

« Mes courses pour la planète » édition 2015, l'observatoire de la consommation responsable

Le 21/10/2015

A l'initiative de l’agence d’information Graines de Changement, cet observatoire de la consommation responsable 2015 fait un état des lieux sur cette consommation responsable en France avec mise en exergue des chiffres clés, tendances et évolutions...

La consommation alternative se cherche

Le 12/10/2015

Les usages alternatifs à la consommation courante semblent séduire les français, mais le nombre des utilisateurs tend a augmenter modérément depuis cinq ans.

Vente en ligne : poids économique et stratégies des acteurs

Le 10/06/2015

L'Insee a mené une enquête auprès des entreprises de plus de 10 personnes proposant la vente de produits ou de services via Internet. Les résultats montrent à la fois l'importance croissante de cette activité en France et les principales tendances de l'offre proposée par les acteurs de la vente en ligne.