C’était mieux avant : l’alimentaire met à l’honneur la société des Trente Glorieuses.

Le 18 juin 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les consommateurs sont gagnés par la nostalgie, comme si le passé était devenu un refuge. La société des années cinquante au début des années quatre-vingt marque le retour à la prospérité et le développement de la consommation. Cette période est parée de toutes les vertus et les produits y faisant référence bénéficient d’un franc succès.

 

Les Français, insatisfaits par la période actuelle et inquiets face à ce que le futur leur réserve, préféreraient vivre dans le passé récent : 36 % opteraient pour les années cinquante-soixante et 50 % pour les années soixante-dix ou quatre-vingt.

 

 

 

Le style rétro gagne tous les secteurs 

Les industriels exploitent cet engouement pour le passé : de l’électroménager à l’automobile en passant par l’agro-alimentaire, nombre de secteurs sont concernés.

Ainsi, les lancements de produits alimentaires à connotation nostalgique se multiplient. La touche rétro peut apparaître :

- Dans le packaging : 

  • le noir et blanc, largement exploité, notamment chez Tyrrell’s ou Albert Lhuissier.
  • les typographies deviennent manuelles comme chez Bonne Maman, Brossard ou Jacquet.
  • l’utilisation de matériaux authentiques : Delpeyrat et son foie gras vendu dans des petits sacs de toile évoquant la cuisson au torchon, La Belle-iloise et ses boîtes de conserve au look rétro.
  • les graphismes évoquant la nostalgie, telles les boîtes aux couvercles Vichy de Bonne Maman ou le Vichy rose et blanc de Paul Prédault.

packaging vintage 1

Icone vintage 1

 

- Via des personnages symboliques :

  • La pin-up à l’instar de Perrier qui s’est associé à la célèbre reine du burlesque Dita Von Teese.
  • La ménagère qui est mise en avant sur les préparations pour riz au lait de Quai Sud.

 

recette vintage

 

- Dans la recette :

  • "Saveur d'autrefois", "à l'ancienne", façon "grand-mère", "moulé à la louche"… Autant de termes évoquant les recettes d’autrefois, tellement meilleures et plus naturelles aux yeux des consommateurs.
  • La réhabilitation des graines et légumes oubliés : épeautre, rutabaga ou topinambours.

 

 

 

- Ou encore dans l’ambiance du point de vente qui recréerait une atmosphère d'antan.

 

décot vintage

 

Selon de nombreux spécialistes, les valeurs refuges ont ainsi de beaux jours devant elles... Le marketing serait-il un éternel recommencement ?

A lire également

Agrilait confirme son ancrage local et personnalise la relation entre le consommateur et SA région.

Le 18/01/2018

Sur un marché du lait longue conservation à la peine, le local est l’une des valeurs refuge. Pour preuve, "Le Lait d’Ici", "En direct des Éleveurs" ou "C’est qui le Patron" remportent les faveurs des consommateurs. Agrial, via sa filiale Agrilait, va plus loin dans sa communication en tissant un lien fort entre le consommateur et sa région…

Le "gender marketing" en alimentaire ne mise pas que sur la taille de la portion.

Le 19/12/2017

A l'heure où le "gender marketing" bat son plein dans les rayons jouets, certaines initiatives se démarquent en alimentaire. Non sans rappeler Charal et sa gamme "petit Appétit", les burgers genrés de Spar en Autriche misent sur le format pour créer des besoins différenciés entre hommes et femmes et donc multiplier les intentions d’achat.

Si le végétal gagne du terrain, les Français restent attachés à la consommation de produits carnés. Les chiffres en faveur du flexitarisme…

Le 14/12/2017

En 2016, le Petit Robert intégrait dans ses pages le mot "vegan". En 2017, c'est le mot "flexitarisme" qui a fait son arrivée dans les dictionnaires de la langue française. Ce terme bénéficie ce jour d’une forte notoriété auprès des médias, sur les réseaux sociaux et, par conséquent, dans la stratégie des marques.