De l’hyper techno au très traditionnel, avec de gros moyens ou un budget limité, en restauration, de nombreux concepts sont possibles.

Le 24 mai 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Au « Touch’ In Paris », des tablettes tactiles avec des applications interactives originales et fun pour ses clients. A l’enseigne « Si bon … Tellement frais… », un plat unique traditionnel fait maison à emporter chaque jour.

Touch’ In Paris 

Situé dans le 9ème arrondissement à Paris, Touch in Paris est un nouveau concept new techno. La cuisine proposée relève de la bistronomie revisitée : des produits frais traités de manière originale avec des saveurs venues d’ailleurs. A la carte, 5 entrées, 3 poissons et 3 viandes et 5 desserts. Des formules sont proposées pour un ticket moyen compris entre 20 et 25 € le midi.

Dans le bar en sous-sol, le design est épuré et contemporain. 7 tablettes tactiles ont été installées pour un coût unitaire de 16000 € incluant l’application  resto-touch développée pour ce concept. Le consommateur peut ainsi commander son cocktail préféré, consulter le menu, trouver un endroit pour sortir… Des capteurs dans la table permettent de reconnaître le cocktail choisi et d’en donner la composition…

Touch’In Paris est ouvert tous les jours du lundi au samedi de 11h à 2h du matin.

Touch in Paris Intérieur

 

Si bon tellement fraisSi bon… Tellement frais…

A Boulogne, une alternative à la restauration rapide habituelle vient de voir le jour. L’objectif de son créateur est de permettre de se restaurer le midi avec un plat frais, préparé du jour, avec des ingrédients locaux et des recettes traditionnelles ou régionales pour le même tarif qu’un sandwich/kebab/wrap/…

Le plat du jour seul est à 5,50€ (composé de viande ou poisson en sauce ou non, accompagnements du jour, pain). Un menu boisson ou dessert est possible à 6,5€ et la formule complète (plat, boisson, dessert) est à 7,50€.

Quelques exemples de plats :

  • Mercredi 2 mai, un poulet au curry avec son petit riz,
  • Jeudi 3 mai, rôti de porc, pomme sautée, haricot vert.
  • Vendredi 4 mai, salade du pêcheur,
  • Samedi 5 mai, hachis Parmentier.

Les plats sont proposés dans un emballage micro-ondable pour être réchauffé à domicile ou au bureau.

Issu de l’agro-alimentaire et de la restauration, après une période de chômage, sans soutien financier des banques, le « Chef » a choisi le statut d'auto-entrepreneur avec seulement les 3000€ d’aide de Pôle Emploi pour la création d’entreprise.

Situé rue Coquelin à Boulogne sur Mer, la boutique est ouverte du mardi au vendredi de 09:30 à 14:30 et de 17:00 à 19:30 ainsi que le lundi matin et le samedi matin.

Un consommateur caméléon

Les deux concepts décrits ci-dessus sont à l’opposé tant dans l’approche culinaire que dans l’espace d’accueil ou le service au client. Les investissements de lancement n’ont rien en commun. Le parcours des créateurs non plus.

Pourtant, chaque concept trouve sa clientèle. Différente ? Peut-être…

Le consommateur d’aujourd’hui est aussi un caméléon qui appréciera de sortir le soir dans un bar « branché » et rempli de nouvelles technologies et qui  s’arrêtera le midi acheter un plat bon et sain pour un prix abordable.

Ce côté multi-facettes du consommateur d’aujourd’hui est une opportunité pour des entrepreneurs qui peuvent, chacun avec leurs savoir-faire, leurs expériences, leurs envies, leurs moyens,… innover et proposer des alternatives en restauration.

Seul incontournable : se pencher avec attention sur les usages liés aux évolutions des modes de vie. Dans les 2 exemples ci-dessus, du fun, ludique, techno, expérienciel, …. pour l’un et de l’authenticité, du terroir, du bon, du nostalgique… pour l’autre. Autant de tendances qui traversent actuellement la consommation hors domicile.

A lire également

Restauration collective : les derniers chiffres clés 2016 et les tendances à venir

Le 09/05/2017

La restauration collective représente 23.8 % de la RHD, avec 20 milliards d'euros de CA. Population scolaire en augmentation, vieillissement de la population, durées de séjour diminuées, dynamique du trafic aérien, mais aussi évolution des habitudes de consommation offrent de nouvelles perspectives à la restauration collective.

Les nouvelles recommandations Anses, des impacts en IAA ?

Le 27/04/2017

L'Anses a publié les nouvelles recommandations nutritionnelles en terme de santé publique. De nouvelles catégories d’aliments, des contaminants alimentaires repérés et des habitudes alimentaires observées déterminent des objectifs de fréquence et de portions de consommation. Ces nouveaux repères ne seront pas sans conséquence pour le foodservice.

Restauration hospitalière en mutation ? Une offre différente pour l'ambulatoire de l'Institut Gustave Roussy

Le 18/04/2017

L’institut Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe, s’est associé à Alexandre Bourdas, chef doublement étoilé du SaQuaNa, et à Elior, le numéro 1 français de la restauration collective, pour proposer une offre différente en service ambulatoire : plats froids, quantité réduite, goût du produit brut.