Les produits de notre enfance s’offrent une seconde jeunesse.

Le 29 mai 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La consommation alimentaire fait appel aux sens. Elle est donc propice à transporter les individus dans le passé. On sait en effet que 30 % des produits consommés durant l’enfance continueront d’être consommés à l’âge adulte. Certaines marques l’ont compris et cherchent à redynamiser ou relancer les produits de notre enfance.

 

 

Donné pour mort dans les années 80, le disque vinyle effectue un retour en force depuis quelques années. Barbapapa ou Maya l’Abeille font des émules sur le petit écran. Et du côté alimentaire, quelles sont ces marques qui nous ramènent quelques décennies plus tôt ?

 

 

 

Danette : la nostalgie du dessert à partager

danette

 

A l’occasion de ses 40 ans, Danette créait l’évènement en relançant sa barquette de 500 grammes, datant de 1970.

 

Eugène Blond : les gourmandises du passé

Gaufrette2Comptoir des Flandres nous fait redécouvrir la gaufrette de notre enfance avec ses Gaufrettes Amusantes : épaisses, moelleuses, croustillantes, elles sont constituées de trois couches de biscuits gravés d’une petite phrase humoristique.

 

Gaufrette

Cacolac : le réveil d’une marque née en 1954

Cacolac

Boisson préférée de la marionnette de Jean-Pierre Papin dans les années 90, Cacolac dispose d'une réelle valeur affective auprès des consommateurs. L’entreprise a aujourd’hui été rachetée par Trixaim Investissements qui compte bien doubler le chiffre d'affaires d'ici 4 ans.

Cacolac mise sur la sphère nostalgique des consommateurs qui y voient la boisson gourmande leur enfance. Mais, en parallèle, l’entreprise prévoit de rajeunir la marque :

  • packaging plus contemporain, en canette de 15 ou 25 cl, répondant au besoin de nomadisme,
  • redynamisation par le lancement de nouveautés : lait bio voire laits alternatifs type chèvre ou soja.

 

 

Chaque consommateur a sa « madeleine de Proust » qui fait resurgir ses souvenirs d’enfance

Les aliments de notre enfance occupent une place spéciale, leurs saveurs nous accompagnant à l'âge adulte. Chacun se souvient des plaisirs éprouvés grâce aux gourmandises de l'enfance et dont nous retrouvons les goûts intacts bien des années plus tard. Il y a, en effet, des émotions que l’on associe aux aliments et qui trouvent leur source dans notre enfance, période féérique d’insouciance, souvent idéalisée lorsque l’on atteint l’âge adulte.

Soupe de Floraline , goûters BN tartinés de beurre, Sirop Sport, chocolat Galak, Banga et bien d’autres ont marqué les enfants des années 70-80 et pourraient se jouer du temps qui passe grâce à leur pouvoir suggestif…

Faire du nouveau avec de l'ancien ?

La stratégie de puiser dans l’univers du passé intéresse donc les industriels. Cependant certaines tendances telles le nomadisme ou la quête de naturalité se sont imposées dans les modes de consommation actuels. L’une des conditions incontournables du succès ne serait-elle pas d’ajouter une dimension contemporaine à ces produits qui nous renvoient des images d'antan ?

A quand le retour du Tang en France mais en version 100 % naturel ?

A lire également

Désaisonnaliser et rajeunir l'image du gibier.

Le 19/01/2017

Au Québec, Canabec réenchante l'image du gibier… L'entreprise mise d'une part sur l'information en apposant des logos permettant facilement d'identifier l'intensité de goût. D'autre part, le fabricant joue la carte de l'usage avec le développement de gammes dédiées à des plats en vogue.

Royaume-Uni : les salades-traiteur prennent de nouveaux airs.

Le 19/12/2016

Pratiques, saines et savoureuses, les salades traiteur continuent de driver l'univers du libre-service. Nombre de marques surfent sur la tendance et l'offre s'enrichit au fil des innovations. Salades en bocal verre pour mettre les ingrédients en valeur ou salades servies sur pain plat, les industriels ne sont pas à court d'idées Outre-Manche…

Communication : et si les marques aidaient les consommateurs à se détendre ?

Le 19/12/2016

Le temps est une mesure fugitive. Tout se fait à allure effrénée, au niveau professionnel comme personnel. Ceci influence notre façon de consommer et, par voie de conséquence, notre bien-être. Certaines marques prennent le parti de nous faire ralentir… Aperçu de quelques communications axées sur la nécessité de se détendre ou de faire un break.