Les Français plutôt satisfaits de leur alimentation

Le 21 mai 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Un sondage réalisé en mars 2012 par l’institut CSA pour l’ANIA (Association Nationale des Industries Alimentaires) a mis en évidence les points de satisfaction et d’insatisfaction des Français en ce qui concerne leur alimentation. Principaux enseignements…

1. Satisfaction globale des Français hormis le prix

Sur tous les items proposés, les Français sont majoritairement satisfaits de leur alimentation sauf en matière de prix.

Les Français et leur alimentation Perception globale

La variété des produits est particulièrement appréciée par les catégories sociales plus aisées qui peuvent profiter de l’ensemble de l’offre.

De même, le goût des produits est moins bien perçu au fur et à mesure que l’âge des répondants augmente.

Les Français sont en attente de transparence et d’informations pour une consommation plus réfléchie.

En ce qui concerne le prix, le pouvoir d’achat pèse sur les perceptions. Les Français ont le sentiment que le rapport qualité/prix s’est beaucoup dégradé ces dernières années (+15 points par rapport à 2008). 59% déclarent choisir le plus souvent le produit le moins cher lors de leurs achats.

 2. Sécurité alimentaire et santé

Les Français sont 72% à faire confiance aux entreprises agro-alimentaires françaises pour garantir la sécurité des produits alimentaires. Ils considèrent à 44% qu’elles maîtrisent mieux les risques qu’il y a une dizaine d’années.

La production d’OGM en France continue de faire débat. Si 54% considèrent qu’il est important de poursuivre la recherche sur les OGM, 71% pensent que ceux-ci présentent un risque important pour la sécurité alimentaire.

 3.  Equilibre nutritionnel

Bien avant l’aspect nutritionnel des produits alimentaires ou la publicité qui leur est faite, les Français mettent en avant l’inactivité, l’éducation et la modification des habitudes alimentaires comme facteurs explicatifs de l’obésité infantile.

ANIA Causes d'obésité

Les Français restent, par contre, dubitatifs sur les actions préconisées pour favoriser une alimentation saine et équilibrée.

ANIA Mesure correctives Equilibre Alimentaire

Les campagnes de sensibilisation dans les medias (publicités, TV, presse, radio…) paraissent efficaces à seulement 51% des répondants. Par contre, la mise en place de taxes nutritionnelles semble plutôt inefficace à une grande majorité de Français.

 4. Soutien à l’industrie agro-alimentaire française

Les Français mettent en avant le rôle des pouvoirs publics pour soutenir les IAA. 35% pensent qu’il est primordial et 55% qu’il est important de soutenir les exportations de produits alimentaires français en les aidant à vendre des produits et à s’implanter à l’étranger.

ANIA Label FranceEnfin, pour mettre en valeur la production française, les Français sont quasi unanimement favorables à la création d’un label France pour indiquer aux consommateurs l’origine de la production.

A lire également

Compléments alimentaires et galénique : réinventer la façon de consommer les vitamines.

Le 15/05/2018

Les compléments alimentaires sortent de leur traditionnelle galénique pour conquérir de nouvelles cibles et rendre leur usage plus en adéquation avec les tendances actuelles. Gélules, sirop, poudres sont délaissés au profit de solutions s'intégrant en cœur de repas (topping), de propositions nomades, de formules personnalisables…

OPCALIM  Programme Mut'Eco

Transition numérique des IAA : un coup de pouce sur les fonds de formation

Le 15/05/2018

Du 1er mars au 31 octobre 2018, OPCALIM mobilise 2.4 millions, dont 1.9 millions pour Bretagne et Pays de la Loire, pour financer les formations des entreprises agro-alimentaires < 250 salariés.

Substituts de viande : vers des appellations misant sur les caractéristiques propres au végétal ?

Le 14/05/2018

Alors que Le Boucher Vert vient de changer son nom pour Hari&Co, la marque va peut-être devoir réaliser une seconde refonte de ses packs… Un amendement adopté le 19 avril 2018 compte interdire aux acteurs du végétal d’utiliser les noms propres à l’univers de la viande.