Retour sur la rencontre "On en parle"

Le 15 mai 2012 par Lauriane BOURBAO, WTC Rennes Bretagne

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le 14 mai dernier, une seconde rencontre "On en parle" a été organisée par le WTC Rennes Bretagne en partenariat avec Rennes Atalante.

Tout au long de la soirée, une vingtaine de participants ont échangé en toute convivialité autour du thème : "Faire du business dans les pays anglo-saxons".

Cette rencontre a été animée par deux chefs d'entreprise qui ont témoigné de leurs expériences dans ces pays :

  • Laurent Bouillot de Siradel
  • François Peaucelle de Biotrial


Selon eux, les relations d'affaires aux Etats-Unis et au Royaume-Uni sont totalement différentes.

"Au Royaume-Uni, le business est assez simple ; les anglais sont très pragmatiques, notamment dans l'administration." selon François Peaucelle. "Les Britanniques sont plus formels au premier abord que les américains, ils sont réputés pour leur courtoisie et leur politesse. Attention cependant à ne pas se fier aux apparences.", indique Laurent Bouillot.

Les américains sont directs en affaires, ils n'aiment pas perdre leur temps puisqu'ils considèrent que "le temps c'est de l'argent". Or, l'argent est une priorité aux USA. A plusieurs reprises, Laurent Bouillot a comparé les américains à des "enfants" : ils ont une vision instantanée des choses et ils sont assez joueurs. Ils aiment les challenges, les innovations, le risque. Il est important de leur présenter rapidement le retour sur investissement que le produit peut apporter. Ils n'hésitent pas à expérimenter et l'échec est toujours synonyme d'une amélioration possible. 
L'administration américaine est compliquée, les règles de fonctionnement changent d'un état à une autre. Il est donc important de s'entourer de bons avocats américains, qui sont présents y compris dans les RDV d'affaires.

Afin de mettre toutes les chances de son côté pour réussir dans ces pays, François Peaucelle préconise de suivre trois grandes étapes :

1) Recruter des effectifs d'origines étrangères dans les équipes françaises pour avoir une plus grande ouverture d'esprit
2) Exister à l'étranger : soit en ayant un bureau dans le pays que l'on cible, soit en envoyant une équipe sur place. L'important est d'être présent à l'international et d'être vu
3) Surveiller sa "base-arrière" c'est-à-dire savoir s'entourer de personnes compétentes et en qui l'on peut avoir confiance (avocats, sociétés de conseils, etc.)

 

La rencontre en images

 

Les participants à la réunion

Les participants à la rencontre

L'après réunion

Moment convivial à la fin de la rencontre

A lire également

Retour sur l'afterwork du 6 juillet

Le 07/07/2017

Un moment de convivialité au Piccadilly entre membres.

Retour sur l'Open de l'international à St Brieuc

Le 07/07/2017

L'Open de l'international, organisé par Bretagne Commerce International a accueilli 1000 participants cette année.

Quizz de l'international au Domaine des Ormes

Le 19/06/2017

Diner annuel du Club World Trade Center Rennes Bretagne.