Mr Goodfish : un programme pour une pêche locale, saisonnière et raisonnée

Le 11 mai 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Au delà des obligations liées aux certifications classiques, le programme Mr Goodfish se veut incitatif par l'information, les conseils et les solutions qu'il préconise.

Présentation du programme Mr Goodfish par Gaël ORIEUX, chef du restaurant Auguste à Paris

Le programme trouve son origine dans le rapprochement de 3 grands Aquariums : Nausicaa en France, l’Acquario di Genova en Italie et l’Aquarium Finisterrae en Espagne. Ces professionnels de la mer sont partis du constat que les stocks de poissons et de produits de la mer ne sont pas illimités. Certaines espèces comme le thon rouge, le saumon et le cabillaud sont surexploitées, alors que d’autres ne sont que très peu proposées à la consommation : sardine, maquereau, merlan bleu, thon blanc, congre…

Le programme se veut pédagogue et simple à appliquer.

Sur le site www.mrgoofish.com est publiée, à peu près tous les 3 mois, une liste des espèces  qui peuvent être pêchées. Celle-ci tient compte de la saisonnalité ; informe sur la taille de consommation des poissons ; signale les ports locaux spécialisés selon les espèces en fonction du littoral concerné et propose des recettes de chefs étoilés pour cuisiner des poissons peu connus.

Pour pouvoir apposer le logo, un poissonnier devra disposer d’un minimum de cinq «bons poissons » sur son étal, et un restaurateur en proposer au moins deux sur sa carte.

Aujourd’hui de nombreux organismes ont rejoint le mouvement, ainsi que le Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche. Restaurateurs et distributeurs sont appelés à adhérer au programme, comme cela a été le cas, le 3 mai 2012, de Metro Cash&Carry qui mettra en avant les produits Mr Goodfish dans ses magasins. Le principal objectif  est de convaincre les professionnels de métiers de bouche pour qu’ils relayent ensuite le message auprès de leur propre clientèle.

Extrait du site Mr Goodfish

Un programme volontariste qui s’inscrit dans des tendances de consommation actuelles


Plutôt que de travailler sur une interdiction alarmiste, le programme se positionne sur le plaisir de pouvoir consommer du poisson toute l’année, sans nuire à la préservation des espèces.

Au-delà de cette approche développement durable, l’angle choisi par le programme Mr Goodfish rejoint des attentes identifiées autour

  • du local et de la proximité,
  • des produits de saison,
  • de la recherche de nouveaux goûts,
  • de la remise en avant de produits « oubliés ».

Il s’agit plus d’un mouvement complémentaire à la certification MSC (Marine, Stewardship Council).Si cette dernière assure le consommateur de la durabilité de la pêche par rapport à la biodiversité, le programme Mr Goodfish rajoute des aspects humains et plaisirs qui sont très attendus dans la conjoncture actuelle économiquement difficile.

A voir si les flets, plies et chinchards deviendront aussi « branchés » que rutabagas, panais et topinambours.

A lire également

Si le végétal gagne du terrain, les Français restent attachés à la consommation de produits carnés. Les chiffres en faveur du flexitarisme…

Le 14/12/2017

En 2016, le Petit Robert intégrait dans ses pages le mot "vegan". En 2017, c'est le mot "flexitarisme" qui a fait son arrivée dans les dictionnaires de la langue française. Ce terme bénéficie ce jour d’une forte notoriété auprès des médias, sur les réseaux sociaux et, par conséquent, dans la stratégie des marques.

Consomm-acteurs : les entreprises qui mettent le bien-être animal au cœur de leur projet d'innovation.

Le 11/12/2017

Biodiversité, sauvegarde des espèces menacées, bien-être animal… Les exigences des consommateurs vont en faveur des produits "animal friendly"… Entre 2011 et 2017, les innovations positionnées "éthique - animal" ont été multipliées par 4 en Europe. Point sur ces innovations qui axent leur communication sur l'éthique.

A quel bio se fier ?... Vers un nouveau label bio plus crédible prenant en considération la segmentation du marché ?

Le 20/11/2017

En 2016, le marché du bio a bondi de 20%, atteignant 7 milliards d’euros, témoin d’une véritable confiance des Français envers l'AB... Néanmoins, les labels actuels ignorent la segmentation amorcée du niveau d’exigence des consommateurs et d’engagement des différents acteurs. Quel nouveau visage peut-il revêtir pour répondre à ces évolutions? [...]