Concours Givaudan : les légumes anciens n’ont pas dit leur dernier mot !

Le 26 avril 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Moment fort de la licence DRACI, le concours Givaudan récompense les étudiants pour leur capacité à transférer leur expertise culinaire aux contraintes de l’industrie agroalimentaire. Quatre groupes d’étudiants concouraient à ce défi 2012, placé sous le thème des légumes oubliés.

 

 

Pour la 8ème  année consécutive, la société Givaudan (fabricant d’arômes alimentaires) organisait un concours culinaire avec la licence professionnelle DRACI (Développement Recherches en Arts Culinaires Industrialisés, Université de Rennes 1, en co-habilitation avec Agrocampus Ouest). Les lauréats ont été récompensés le 27 mars au lycée hôtelier de Dinard.

 

 

Le jury, composé de 33 professionnels dont une majorité d'industriels (Bonduelle, Tipiak, Fleury Michon, Campbells, Gélagri, Triballat, Daucy, Raynal & Roquelaure…), a évalué les quatre projets présentés. Les notes ont été attribuées selon deux critères :

Critère marketing

Critère R & D

  • concept,
  • packaging,
  • praticité,
  • adéquation prix/marché.
  • aspect général,
  • texture,
  • harmonie aromatique,
  • faisabilité industrielle.

 

Les quatre groupes d’étudiants ont conçu un plat complet, à la fois traditionnel et innovant, sur le thème des légumes oubliés. Leur objectif était de les réhabiliter pour leur gourmandise, leur variété de saveurs et de textures. Deux exigences s’imposaient :

  • les produits finis devaient subir une surgélation,
  • le coût des matières premières était fixé à un euro par portion.

 

Groupe « Les toques bretonnes » : la tatin salée aux légumes anciens, joue de bœuf accompagnée de sa glace à la moutarde

 

 

Givaudan 1bis


 

 Givaudan 3

  • Prix global du concours : alliance d’authenticité, de tradition avec une touche de modernité. 
  • Tatin revisitée version salée : biscuit au panais, effilochée de joue de bœuf, carottes jaunes et oranges, glace à la moutarde. 
  • Présentée dans une barquette unique micro-ondable avec 2 compartiments sécables (tarte et boule de glace).
  • Campagne de communication basée sur un teasing et un conditionnement éco-responsable. 
  • Prix de vente conseillé en GMS : 3.69 euros la portion de 320 g.

 

 

Groupe « Tart’Ancienne » : la tarte aux légumes d’antan, à la marocaine.

 

 

Givaudan 4

 Givaudan 5

  • Prix Marketing.
  • Crumble aux amandes, poulet mariné, potiron, carottes jaunes et d’une compotée d’oignons et panais, saupoudré d’épices marocaines invitant au voyage.
  • Réchauffage 30 minutes au four traditionnel.
  • Positionnement santé alliant allégations phares : « pauvre en sodium » et «  teneur réduite en matières grasses ».
  • Prix de vente conseillé en freezers centers : 2.99 euros  la portion de 300g.

Groupe Icône : Dély’cone

 

 

Givaudan 6 bis

 Givaudan 7

  • Prix R&D 
  • Pizza-cône garnie d’une purée à base de potimarron et panais, accompagnée de poulet et d’une sauce fromagère.
  • Réchauffage dans son emballage au micro-onde, en position verticale.
  • Positionnement street food : les légumes anciens investissent le snacking.
  • Prix de vente conseillé en GMS : 1.70 euros la portion de 200g.

Groupe Picard : mille-feuilles croquant

 

Givaudan 8

 Givaudan 9

  • Velouté du beurre de cacahuète, joue de bœuf et rutabaga, aux propriétés nutritionnelles très intéressantes (richesse en vitamine C, même cuit !)
  • Réchauffage au micro-ondes
  • Positionnement premium, plaisir par l’alliance de textures contrastées. Cœur de cible : les séniors.
  • Prix de vente en freezers centers : 4,99 euros la portion de 340 g.
Auteur(s)

Sylvie Gautron

A lire également

Agrilait confirme son ancrage local et personnalise la relation entre le consommateur et SA région.

Le 18/01/2018

Sur un marché du lait longue conservation à la peine, le local est l’une des valeurs refuge. Pour preuve, "Le Lait d’Ici", "En direct des Éleveurs" ou "C’est qui le Patron" remportent les faveurs des consommateurs. Agrial, via sa filiale Agrilait, va plus loin dans sa communication en tissant un lien fort entre le consommateur et sa région…

Le "gender marketing" en alimentaire ne mise pas que sur la taille de la portion.

Le 19/12/2017

A l'heure où le "gender marketing" bat son plein dans les rayons jouets, certaines initiatives se démarquent en alimentaire. Non sans rappeler Charal et sa gamme "petit Appétit", les burgers genrés de Spar en Autriche misent sur le format pour créer des besoins différenciés entre hommes et femmes et donc multiplier les intentions d’achat.

Si le végétal gagne du terrain, les Français restent attachés à la consommation de produits carnés. Les chiffres en faveur du flexitarisme…

Le 14/12/2017

En 2016, le Petit Robert intégrait dans ses pages le mot "vegan". En 2017, c'est le mot "flexitarisme" qui a fait son arrivée dans les dictionnaires de la langue française. Ce terme bénéficie ce jour d’une forte notoriété auprès des médias, sur les réseaux sociaux et, par conséquent, dans la stratégie des marques.