La Vache qui vote de Michel & Augustin : marketing et politique ne font pas toujours bon ménage

Le 23 avril 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Toujours dans la lignée de sa communication décalée, la marque Michel & Augustin avait lancé "La vache qui vote", une gamme de yaourts à boire et de biscuits à l’effigie humoristique des candidats à l’élection présidentielle 2012. Plusieurs réactions négatives ont entraîné le retrait des produits.

 

Pour surfer sur la dynamique créée par l’élection présidentielle, la marque avait transformé son logo La Vache à boire en La Vache qui vote.

Chaque produit était orné de petits personnages illustrant les différents candidats à l’élection présidentielle ainsi que leurs compagnes. Au dos des packagings, le début d’une petite biographie humoristique et quelque peu irrévérencieuse, que l’on peut retrouver dans sa globalité sur le site de la marque.

 

M&A
 Biographie

On pouvait donc retrouver 10 « Super héros » différents sur les produits :

  • Carla et Nicolas,
  • Valérie et François,
  • Louis et Marine,
  • Jean Luc,
  • Babeth et François,
  • Eva,
  • Valérie et Nicolas,
  • Philippe et sa compagne secrète,
  • Jacques et personne,
  • Nathalie toute seule.

"La Vache qui vote" ne fait pas rire tout le monde

Face à des réactions parfois violentes de consommateurs en magasin (projection des produits contre les murs, scandales…), M&A a décidé, le 16 avril, de retirer les produits des rayons, tout en communiquant ses excuses auprès de leurs consommateurs sur le site de la marque.

Mais, toujours prête à un petit clin d’œil final, la marque a décidé de faire livrer tous les produits fabriqués restants aux QG de campagne de chaque candidat.

M&A PersonnagesEn France, la politique, « c’est du sérieux ! » et on ne peut manifestement pas rire de tout comme vient de l’expérimenter M&A.

Depuis son lancement, la marque a souvent été prise en exemple pour son marketing novateur, cassant les codes  et créant du buzz à chacune de ses initiatives. Mais l’humour décalé peut vite déraper, devenir contreproductif et nuire à l’image de la marque. M&A l’a bien compris, préférant agir rapidement pour arrêter les multiples réactions négatives de ses consommateurs sur les réseaux sociaux.

A manier avec précaution donc…

A lire également

Les nouveaux outils promotionnels : au lieu d'offrir du prix, offrons des solutions…

Le 08/02/2018

Les enseignes utilisent souvent le levier de la promotion ponctuelle pour se démarquer de leurs concurrents, avec des remises faisant parfois grand bruit… En anticipation du projet de loi limitant les promotions sur les produits alimentaires, certaines marques avaient déjà imaginé de nouvelles façons de présenter les promotions.

Viande : retour en force des bas-morceaux ?

Le 06/02/2018

Au premier abord péjoratif, le terme bas-morceau désigne des morceaux de deuxième et de troisième catégorie (à braiser et à bouillir), qui ne sont pas considérés comme des morceaux "nobles" de la viande. Et pourtant, ils collent parfaitement aux tendances : anti-gaspillage, tradition culinaire, saveurs d'antan...

Boucherie, fruits et légumes : une segmentation de l'offre de plus en plus poussée.

Le 06/02/2018

Après les labels ou les mentions d'origine, la qualification de l'offre se précise. De la race à viande pour les hachés à la variété du fruit pour les jus, les desserts frais ou les purées, l'exigence accrue de qualification des ingrédients ainsi que la quête de qualité poussent les industriels vers une hyper-segmentation de l'offre.