Si mers et océans sont immenses, le poisson se fait de plus en plus local.

Le 16 avril 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La tendance à l’approvisionnement local inspire les marques qui en font un axe de communication majeur. Les ressources halieutiques ne coupent pas à cette vague de proximité.

 

 

 

 

 

 

Poisson local ArmoricEn direct des ports bretons d’Armoric

  • 2 références de poisson fumé : le lieu jaune et le merlu
  • Poisson débarqué dans le Finistère : Concarneau, Audierne ou Le Guilvinec
  • Poisson fumé et tranché à Quimper
  • La localisation est l’information la plus visible sur le packaging
  • Argumentation sur l’emploi local et la réduction du transport sur le dos du packaging

Poisson local Lulu le Merlu

Lulu : le Merlu fabriqué à Lorient d’Halieutis

  • 2 références de poissons panés surgelés : un pané pour enfants et un pané pour adultes
  • Préparation chez un mareyeur local
  • Fabrication finale à Lorient dans les usines d’Halieutis
  • Mentions « 100% pêche bretonne » et « préparé à Lorient » sur le devant du packaging

Poisson local CroustibatLe Croustibat « Made in Boulogne sur Mer » de Findus

  • Campagne de presse et d’affichage
  • 100% des poissons panés sont fabriqués à Boulogne sur Mer (les poissons étant pêchés dans des eaux plus lointaines)
  • Mise en avant des salariés du l’usine sur le visuel
  • Rappel fier des engagements de Findus sur l’affiche

 

Le poisson redevient humain …

Les mers et océans, immenses par leur taille, attirent par la liberté des déplacements et des échanges qu’ils permettent et, en même temps, symbolisent l’aspect anonyme et sans attache qui effraie. Comment ne pas se noyer dans leur immensité ?

Depuis des temps lointains, le marin a toujours eu besoin de revenir dans son port d’attache. Heureux de son retour au pays où l’attendaient ses proches et ses racines, après avoir exploré le monde.

A notre époque plus « moderne », le monde a des échos de mondialisation et inquiète sur la perte d’identité, et le sacrifice des valeurs humaines sur l’autel de la compétition acharnée.

En se rapprochant de son port de destination, la pêche redevient identitaire. Le poisson est affecté à une zone de taille plus humaine. Le « consommer local » est devenu, pour le consommateur, la manière de vivre autrement dans un monde qui aspire au changement. Les marques surfent sur ces nouvelles aspirations en remettant le lien humain – l’emploi notamment – au cœur de l’acte d’achat.

A lire également

RE-BELLES, RE-GRAINED… : les produits "100% récup" ont vraiment leur mot à dire…

Le 10/01/2018

S’intéresser à l'anti-gaspi, c’est s’intéresser à chaque maillon de la chaîne de valeur : sélection de la matière première et des emballages, gestion et traitement des déchets... L’audace et l’inventivité sont nécessaires dans un contexte devenu favorable où le consommateur est demandeur et l’impact "image" si puissant… !

Tremplin, un jus issu de pommes dont les vergers sont en conversion vers le bio.

Le 08/01/2018

Avec plus de 7 milliards d'euros de chiffre d'affaire en 2016 et des ventes en croissance de 20% le marché du bio performe et n'arrive pas toujours à répondre à la demande. L’accompagnement de la conversion reste une priorité pour certains distributeurs comme Biocoop, afin de développer l’agriculture biologique en France. Exemple du jus Tremplin…

Le "gender marketing" en alimentaire mise sur la taille de la portion.

Le 19/12/2017

A l'heure où le "gender marketing" bat son plein dans les rayons jouets, certaines initiatives se démarquent en alimentaire. Non sans rappeler Charal et sa gamme "petit Appétit", les burgers genrés de Spar en Autriche misent sur le format pour créer des besoins différenciés entre hommes et femmes et donc multiplier les intentions d’achat.