Mobilité décarbonée : Impact sur les emplois et les compétences – Note finale de l’étude du Codespar

Le 13 avril 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Cette synthèse est issue de la démarche menée en 2011 par le Codespar (Conseil de développement économique et social du pays et de l’agglomération de Rennes) sur l’étude des impacts en terme d’emplois et de compétences de la mobilité décarbonée. L’étude propose un diagnostic pour 6 activités de la filière sélectionnée au sein de la chaîne de valeur de la mobilité décarbonée.

Pour chaque activité l’étude propose les facteurs d’influence, les emplois concernés et leur dynamique d’évolution selon 3 scénarii prospectifs d'ici 2020, l’évolution des compétences, un avis sur la formation et des préconisations.

 

Quelques éclairages sur ces 6 activités issues de cette étude téléchargeable :

La maintenance automobile

Les véhicules thermiques vont rester la norme mais véhicules hybrides et électriques vont apparaître en imposant des nouvelles compétences à la filière. Si le véhicule électrique est d'une architecture plus simple, c'est globalement une complexification du métier qui se profile, compte-tenu de la diversité de l'offre et des technologies, de véhicules "multimatériaux", de véhicules connectés disposant d'outils de diagnostic.

La vente automobile

La vente automobile sera impactée par la libéralisation de la distribution automobile, le développement des ventes sur Internet dans un marché global de renouvellement sans croissance. La multiplication des offres produits représente des nouvelles opportunités mais également les nouvelles offres de mobilité sur lesquels les MRA (Mécaniciens et Réparateurs Automobiles) pourraient se positionner comme acteurs de proximité.

Le recyclage des véhicules hors d’usage

La réglementation européenne impose des objectifs de valorisation de 95% en 2015 à l'ensemble de la filière contrainte à se structurer. Cette structuration va favoriser l'utilisation de pièces de réemploi dans la réparation et stimuler la R&D pour développer les nouvelles méthodes de valorisation, en particulier pour les nouveaux équipements (batteries, composites...).

Les infrastructures de recharge

C'est un marché émergent, potentiellement porteur d'un nombre important d'emplois, stimulé par le plan national de déploiement des infrastructures de recharges (4 millions de bornes en 2020). La capacité à mettre en place des réseaux intelligents va devenir une compétence essentielle. Les smartgrids permettront en effet de lisser la charge du réseau.

La logistique urbaine

L'essor du e-commerce et le renouveau de la distribution de proximité dans les centres-villes va imposer d'autres pratiques de logistique dernier kilomètre. Il ne s'agira probablement pas de nouveaux emplois mais d'une évolution des emplois et des compétences (pour les métiers de chauffeurs-livreurs et logisticiens) avec l'emploi de nouveaux véhicules.

Les Technologies de l’Information de la Communication 

La mobilité décarbonée va favoriser l'imbrication entre mobilité et TIC. Dans un scénario de durcissement des contraintes sur l'automobile le potentiel de développement pourra être très important pour le territoire et devra s'appuyer sur des passerelles entre les filières. 

 

L'étude complète : Emploi et compétences de la mobilité décarbonée : diagnostic et préconisations

A lire également

Concours Crisalide Numérique : les mobilités bien représentées !

Le 13/10/2017

Le concours Crisalide Numérique a pour objectif d’identifier des entreprises bretonnes qui ont su se développer ou se différencier en intégrant des usages innovants du numérique dans leur organisation et sur leurs marchés; et de valoriser ces usages exemplaires auprès des entreprises bretonnes et des acteurs du territoire.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.