Les systèmes d’aide à la conduite – Au service du conducteur et de son environnement par Isabelle Dussutour d'ITS Bretagne

Le 11 avril 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

La journée technique du 21 mars organisée à Rennes par ID4car en partenariat avec Creativ, Telecom Bretagne, Avere et Cap’tronic avait pour objectif d’appréhender les enjeux liés à la gestion de l’énergie électrique embarquée dans les véhicules. Isabelle Dussutour d'ITS Bretagne a dressé un panorama des systèmes d'aide à la conduite.

Lieu d’échanges et de réflexions, l’association ITS Bretagne anime, coordonne et soutient les acteurs et les initiatives en matière de recherche et d’innovation dans les domaines relatifs au Systèmes de Transports Intelligents (ITS).

 

 

 

Pour répondre aux enjeux de mobilité, le véhicule électrique sera également « connecté » et intégré dans un système de mobilité devant répondre à un ensemble d’enjeux : de sécurité, environnementaux, de confort, d’intermodalité et de gestion de l’information. Du point de vue de ces enjeux, le modèle actuel de mobilité « Mobility 1.0», centré autour du véhicule thermique, ne fonctionne plus, entrainant  des coûts de plus en plus élevés, une empreinte écologique insoutenable, une saturation de l’espace. Au-delà des technologies véhicule, l’intégration des TIC dans le système de mobilité apparaît comme porteur de nouvelles approches.  Nous sommes à un moment de rupture, vers la « Mobility 2.0 », où le véhicule n’est plus le seul maillon mais s’intègre dans une « chaîne de mobilité intelligente » agrégeant :

  • Des nouveaux véhicules, plus électriques et plus connectés             Car 2.0
  • Une infrastructure routière adaptée pour le véhicule électrique         Road 2.0 
  • Des transports en commun plus complémentaires à l’automobile      Transport 2.0 
  • Des usagers qui doivent être plus accompagnés                             Traveller 2.0 

 

Panorama des technologies

Isabelle Dussutour a proposé dans son intervention un panorama global des technologies d’aides à la conduite en cours d’étude et correspondant à des programmes de recherche :

1.      Les technologies au service du conducteur, correspondant aux systèmes embarqués

Ces systèmes concernent l’aide au contrôle de la vitesse (LAVIA, BALI), les systèmes d’avertissement des dangers (SARI, DIVA), l’assistance (E-CALL), le maintien des distances et sur la bonne voie, les systèmes de navigation, les systèmes anticollision… Ils sont assez nombreux et questionnent la capacité des conducteurs à adhérer à ces systèmes qui donnent au véhicule plus de contrôle, en allant vers une automatisation croissante, la perspective étant par exemple la possibilité de faire rouler en ville des « brigades de véhicules ».

 

2.      Le véhicule communiquant, le lien entre le conducteur et son environnement

Ces systèmes coopératifs permettent un dialogue entre le véhicule et son environnement, avec d’autres véhicules ou avec la signalisation. Plusieurs nouveaux systèmes vont se développer :

  • Ceux permettant d’anticiper les dangers et d'aider le conducteur à réagir. Ils améliorent la sécurité. Les carrefours intelligents identifient les usagers vulnérables (piétons, 2 roues…) et via une communication véhicule/véhicule et véhicule/signalisation aident le conducteur en anticipant sa vision et en aidant sa réaction. Des systèmes de ce type fonctionnent au Japon et montrent qu’ils apportent des bénéfices à partir de 30 % de taux d’équipement des véhicules. C’est de ce fait un argument de vente exploitable pour les constructeurs et les réseaux de vente.
  • Les systèmes permettant une meilleure information du conducteur grâce aux communications GSM et satellitaires. Les informations recueillies vont être disponibles en grande quantité (trafic, positionnement stations de recharge, places de parking disponibles, horaires des transports…). La problématique principale est la graduation des quantités d’informations fournies au conducteur et leur séquençage en fonction des situations de roulage.
  • Enfin les systèmes complets d’ITS (Infrastructures de Transport Intelligentes) qui intègrent informations, assistance, guidage au service des conducteurs et des usagers des transports en commun.

 

3.      Les technologies « économes »

Elles concernent à la fois l’aide à l’éco-conduite, l’information pour faciliter l’intermodalité, et des technologies spécifiques au véhicule électrique et aux modes doux.

 

Des freins au déploiement de ces technologies plus organisationnels que techniques

Isabelle Dussutour est revenue sur un ensemble de freins à surmonter pour accélérer le déploiement de ces technologies :

  • Des problématiques de gouvernance compte-tenu du nombre d’acteurs impliqués : Europe, Etat, Collectivités locales, entreprises, usagers
  • Des problématiques liées à la vitesse d’évolution des technologies et de leur standardisation. Cela ne facilite pas le choix des décideurs et favorise des comportements qui consistent à attendre la nouvelle technologie toujours meilleure que la précédente.
  • La nécessité de faire collaborer des métiers aujourd’hui encore assez cloisonnés : intégrateurs de technologies, gestionnaires d’infrastructures, maintenance automobile, collectivités…

 

Vers un système unique intégré à expérimenter

L’expérimentation, la possibilité de bénéficier de sites de test est aujourd’hui selon Isabelle Dussutour le chaînon manquant afin de lever ces freins et engager le déploiement des ITS. Le programme BMA (Bretagne Mobilité Augmentée) dont ITS est partenaire, retenu par l’AMI Mobilité de l’ADEME pourra contribuer à concevoir et expérimenter la mobilité dans un système unique, en testant également des actions incitatives pour accompagner les usagers.

 

Pour conclure, Isabelle Dussutour fournit sa vision d’un système de mobilité « intégré, standardisé mais personnalisable » par chacun, en particulier de nouvelles cibles d’usagers comme les seniors : « La SmartCity ».

A lire également

Quelles évolutions impactantes pour la mobilité de demain ?

Le 13/01/2017

A partir de l’étude prospective du ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique sur les technologies clés 2020, nous vous proposons d’aller dans le futur de la mobilité.

Bio méthane carburant : Avenir de la méthanisation ?

Le 06/01/2017

Les épisodes récents de pollution urbaine et de restriction de la circulation nous rappellent à quel point la question de la transition écologique du transport est une question d’anticipation du dérèglement climatique (lié au CO2) mais aussi de santé publique (lié aux autres polluants de la combustion des hydrocarbures).

L'année 2016 véhicules et mobilités : votre TOP 10 !

Le 16/12/2016

En cette fin d'année 2016, nous vous proposons le top 10 des articles de l'année les plus lus. Ils parlent de voitures autonomes et connectées, de routes intelligentes, de nouveaux usages de la mobilité, du prix du pétrole et des batteries !