Viande : Charal affine la segmentation de sa gamme.

Le 06 mars 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Charal lance une nouvelle gamme "Petit Appétit" pour répondre aux besoins spécifiques des femmes et des seniors.

La gamme Petit Appétit se compose de trois références :

  • Steak Haché 5% de matières grasses
  • Bifteck 
  • Faux-filet

Chaque morceau de viande aura un poids de 80 g et les trois offres seront vendues par 2 à des PVC de 2,50 € pour le steak haché, 3,50 € pour le bifteck et 4€ pour le faux filet.

La gamme arrivera dans les rayons à partir d’avril prochain.

Une solution pour maintenir la consommation sur un public peu demandeur ?

Les femmes sont plus sensibilisées que les hommes à l’aspect nutritionnel de leur alimentation. Volonté de varier les aliments, habitude de construire des repas équilibré pour les enfants, surveillance plus rigoureuse des apports caloriques…, les raisons sont nombreuses. Elles sont souvent enclines à remplacer la viande par le poisson,  à privilégier la consommation de légumes et à finir leur repas par un fuit ou un laitage. De plus, leur besoin calorique et donc leur appétit est moindre que celui des hommes. Les portions de viandes, souvent très généreuses, peuvent les freiner dans leur acte d’achat.

En ce qui concerne les seniors, l’importance de la consommation de viande est encore plus marquée. Avec l’âge, ils perdent du goût, de l’odorat et de l’appétit et ont tendance à moins manger, jusqu’au risque de carences (en protéines, fer, acides aminés, calcium et micro nutriments). Nombre de personnes âgées se contentent d’un potage  et d’un laitage le soir au grand dan des gérontologues qui insistent sur la nécessité d’apports protéinés conséquents pour le grand âge.

La consommation de viande de boucherie (bœuf, porc, agneau, veau, cheval) a  baissé depuis 10 ans.

Charal Consommation de viande

Évolution de la consommation de viande en France © CIV (extrait du site jemesensbien.com)

 

Pourtant, les atouts nutritionnels de la viande sont variés :

  • Riche en protéines avec une moyenne de 17 à 23 g pour 100 g,
  • Riche en acides aminés bien assimilés par l’organisme,
  • Riche en vitamine B12
  • Riche en fer, zinc et sélénium.

Le PNNS préconise environ 100g par portion de viande, une à deux fois par jour. Avec ces steaks à 80 g, Charal s’approche des quantités attendues.

Au-delà de l’aspect marketing de l’hyper segmentation adaptée à l’usage, peut-être est-ce là une manière de préserver la consommation de viande nécessaire à la santé sans créer un rejet de la part de cette population cible, peu encline à consommer beaucoup de protéines animales.

A lire également

Le petit-déjeuner : un moment de consommation propice à l'innovation...

Le 23/05/2017

Depuis quelques temps, les pays anglo-saxons revisitent l'offre de produits dédiés au petit-déjeuner. Exit les tartines au beurre, les plats considérés comme cœur de repas ont trouvé un relai de croissance au travers d'un nouvel instant de consommation : pizzas, wraps et burgers s'invitent sur le petit-déjeuner pour réveiller nos papilles…

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...

L'art de découper les légumes : un atout pour des innovations de rupture ?

Le 15/05/2017

Le consommateur recherche la facilité et privilégie le prêt à cuisiner voire le prêt à manger. Si l'art de la découpe est mis à l'honneur au rayon boucherie et est source d'innovation, il est peu valorisé sur les fruits et légumes. Et si ré-enchanter la consommation de légumes passait par la manière de les découper à la façon "vegetable butcher" ?