Avec Pic&Nic Daunat fait manger des sandwichs aux enfants

Le 05 mars 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les menus enfants sont de mise dans l’univers de la restauration rapide : burgers et nuggets chez Quick ou Mac Donald, petits sandwichs chez Brioche Dorée ou La Croissanterie… Qu’en est-il de l’offre en GMS ?

Le sandwich a encore de beaux jours devant lui.

Lors du Sandwich & Snack Show 21012, Bernard Boutboul, directeur général de Gira Conseil, précisait "qu’avec plus deux milliards d'unités vendues en 2011, tous circuits confondus, le sandwich est ébranlé par les autres offres, mais certainement pas détrôné". Avec une croissance qui ralentit (+ 0,8 % en volume en 2011 vs + 2.5 % en 2010 et + 8.88 % en 2009), l'innovation s'avère nécessaire pour compter dans les linéaires disputés du snacking : les recettes se font donc de plus en plus élaboréesl’offre se segmente de plus en plus. 

Chez Daunat, la machine est lancée...


"Nos produits couvrent tous les segments et nous nous adaptons aux nouveaux usages tels les wraps", précise Sébastien Chalmeau, chef de groupe Daunat.

Acteur majeur sur le marché du sandwich en GMS, Daunat mise sur l’hyper-segmentation pour enrayer le ralentissement de croissance. Au delà de la richesse de leur gamme actuelle (*), l’entreprise costarmoricaine cible, à partir d’avril, un nouveau segment de marché, encore peu exploité par la catégorie sandwichs en GMS : les enfants.

Pour les deux références de Pic&Nic, de nombreux leviers sont activés pour séduire la cible :

  • Un packaging amusant aux couleurs vives,
  • Deux pains mascottes,
  • Un format adapté : pack sécable, 2x65g,
  • Une garniture simple : jambon-fromage frais ou jambon-beurre (le préféré des Français),
  • Deux types de pain : navette ou pain de mie, sans croute bien-sûr (le préféré des bambins),
  • Des cartes à collectionner

Pic&Nic Daunat 2

Cette innovation « snacking-repas » va-t-elle rencontrer sa cible ?

En GMS, les consommateurs peuvent acheter leur repas :

  • soit pour le consommer spontanément, sur leur pause déjeuner.
  • soit an anticipation, pour les repas snacking de la semaine, grâce à une offre à DLC plus longue. 

Le déjeuner des bambins est par principe plus structuré que celui des actifs. A la cantine, il s'organise autour du tryptique entrée/plat/dessert. A la maison, les mamans restent soucieuses de préparer un repas équilibré à leurs bambins (même si elles ne s'appliquent pas la même discipline).

En ciblant l’enfant, Daunat vise plutôt une consommation différée. Un pique nique en prévision, une sortie scolaire, voire un plateau repas le dimanche soir. Les occasions de consommation de sandwichs par nos chérubins seront-elles suffisamment fréquentes pour assurer de bonnes rotations ? A moins que le sandwich ne parvienne à se substituer aux croque-monsieur, pizzas, quiches et autres tartes salées...

 

(*) La gamme Daunat est particulièrement riche : du "responsable" avec sa gamme Daunature, du "chaud-pratique" avec les Tou'cho, du "généreux" avec les formats XXL (ciblant davantage les hommes au plus gros appétit), de "l’allégé" avec la licence Weight Watcher, du "halal" pour respecter certaines traditions.

A lire également

Le petit-déjeuner : un moment de consommation propice à l'innovation...

Le 23/05/2017

Depuis quelques temps, les pays anglo-saxons revisitent l'offre de produits dédiés au petit-déjeuner. Exit les tartines au beurre, les plats considérés comme cœur de repas ont trouvé un relai de croissance au travers d'un nouvel instant de consommation : pizzas, wraps et burgers s'invitent sur le petit-déjeuner pour réveiller nos papilles…

Les solutions repas Feed "all in one" ou l'apologie de la pause déjeuner au format XS

Le 17/05/2017

Repas simplifiés, raccourcis, grignotés en solo, abandon de la table au profit de produits nomades, à manger sur le pouce... L’arrivée remarquée de Feed, smart food "all in one" en réponse à ces nouveaux rythmes interpelle à l’heure où une récente enquête du CREDOC annonce qu’en France,en 2016, la désinstitutionnalisation des repas s’essouffle… [...]

L'art de découper les légumes : un atout pour des innovations de rupture ?

Le 15/05/2017

Le consommateur recherche la facilité et privilégie le prêt à cuisiner voire le prêt à manger. Si l'art de la découpe est mis à l'honneur au rayon boucherie et est source d'innovation, il est peu valorisé sur les fruits et légumes. Et si ré-enchanter la consommation de légumes passait par la manière de les découper à la façon "vegetable butcher" ?