Avec Pic&Nic Daunat fait manger des sandwichs aux enfants

Le 05 mars 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les menus enfants sont de mise dans l’univers de la restauration rapide : burgers et nuggets chez Quick ou Mac Donald, petits sandwichs chez Brioche Dorée ou La Croissanterie… Qu’en est-il de l’offre en GMS ?

Le sandwich a encore de beaux jours devant lui.

Lors du Sandwich & Snack Show 21012, Bernard Boutboul, directeur général de Gira Conseil, précisait "qu’avec plus deux milliards d'unités vendues en 2011, tous circuits confondus, le sandwich est ébranlé par les autres offres, mais certainement pas détrôné". Avec une croissance qui ralentit (+ 0,8 % en volume en 2011 vs + 2.5 % en 2010 et + 8.88 % en 2009), l'innovation s'avère nécessaire pour compter dans les linéaires disputés du snacking : les recettes se font donc de plus en plus élaboréesl’offre se segmente de plus en plus. 

Chez Daunat, la machine est lancée...


"Nos produits couvrent tous les segments et nous nous adaptons aux nouveaux usages tels les wraps", précise Sébastien Chalmeau, chef de groupe Daunat.

Acteur majeur sur le marché du sandwich en GMS, Daunat mise sur l’hyper-segmentation pour enrayer le ralentissement de croissance. Au delà de la richesse de leur gamme actuelle (*), l’entreprise costarmoricaine cible, à partir d’avril, un nouveau segment de marché, encore peu exploité par la catégorie sandwichs en GMS : les enfants.

Pour les deux références de Pic&Nic, de nombreux leviers sont activés pour séduire la cible :

  • Un packaging amusant aux couleurs vives,
  • Deux pains mascottes,
  • Un format adapté : pack sécable, 2x65g,
  • Une garniture simple : jambon-fromage frais ou jambon-beurre (le préféré des Français),
  • Deux types de pain : navette ou pain de mie, sans croute bien-sûr (le préféré des bambins),
  • Des cartes à collectionner

Pic&Nic Daunat 2

Cette innovation « snacking-repas » va-t-elle rencontrer sa cible ?

En GMS, les consommateurs peuvent acheter leur repas :

  • soit pour le consommer spontanément, sur leur pause déjeuner.
  • soit an anticipation, pour les repas snacking de la semaine, grâce à une offre à DLC plus longue. 

Le déjeuner des bambins est par principe plus structuré que celui des actifs. A la cantine, il s'organise autour du tryptique entrée/plat/dessert. A la maison, les mamans restent soucieuses de préparer un repas équilibré à leurs bambins (même si elles ne s'appliquent pas la même discipline).

En ciblant l’enfant, Daunat vise plutôt une consommation différée. Un pique nique en prévision, une sortie scolaire, voire un plateau repas le dimanche soir. Les occasions de consommation de sandwichs par nos chérubins seront-elles suffisamment fréquentes pour assurer de bonnes rotations ? A moins que le sandwich ne parvienne à se substituer aux croque-monsieur, pizzas, quiches et autres tartes salées...

 

(*) La gamme Daunat est particulièrement riche : du "responsable" avec sa gamme Daunature, du "chaud-pratique" avec les Tou'cho, du "généreux" avec les formats XXL (ciblant davantage les hommes au plus gros appétit), de "l’allégé" avec la licence Weight Watcher, du "halal" pour respecter certaines traditions.

A lire également

Marché du sushi : la GMS se différencie par une offre version DIY.

Le 18/12/2017

La France est devenue le plus gros consommateur de sushis en Europe… Depuis quelques années, ce mets japonais a pris son envol. Et l'offre ne se résume plus aux chaines de restaurants. La GMS a su se positionner avec des corners dédiés tandis que les industriels proposent des solutions pour réaliser ses propres sushis de façon simple et esthétique.

TeaBrewer : une expérience de thé gastronomique avec la praticité d’un sachet de thé

Le 12/12/2017

Les innovations issues de l’expérience utilisateur, offrant une réponse à une problématique de consommation sont souvent l’objet de projets d’innovation réussis... Inspiré du CoffeeBrewer, Ulrik Skovgaard Rasmussen a donné naissance au TeaBrewer, offrant une réponse à la consommation d’un thé de qualité en toutes circonstances !


[...]

Nouveaux instants de consommation : y’aura-t-il du cochon à Noël ?

Le 05/12/2017

Créée en 1954 à Mordelles en Bretagne, la charcuterie Brient lance un jambon de Noël avec un sachet d’épices. Alors qu’il était considéré comme un met d’exception à l’époque de l’empire romain, servir du cochon pour les grandes occasions était passé de mode ! Une initiative qui fait remonter le temps et décloisonne le jambon du quotidien...