Chiffres clefs de la consommation de produits biologiques en France en 2011

Le 23 février 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
L’Agence BIO vient de publier son baromètre 2011 sur l’évolution de la consommation du bio en France et la perception des Français face au bio. Principaux enseignements ...

 

 

L'année 2011 a vu l'attitude et la consommation de produits biologiques évoluer de manière conséquente.

  • D'un côté, le Bio a attiré moins de nouveaux consommateurs,
  • D'un autre côté, les "déjà" consommateurs de Bio confirment leur engagement et élargissent leur consommation.

 

 

Ralentissement de l’élargissement de la cible en 2011

En 2011, le Bio a attiré moins de nouveaux consommateurs. En effet, les nouveaux consommateurs (ancienneté 1 an et moins) étaient de 10 % en 2009 et 2010 et ne sont plus que de 4% en 2011.

Bio Nouveaux consommateurs

L’ancienneté moyenne des consommateurs de produits biologiques s’établit à 9 ans aujourd’hui.

Profil type du consommateur Bio

Bio Profil du consommateurUne femme

CSP +

De la région parisienne

 A noter que les jeunes 15-24 ans sont très peu consommateurs de Bio.

Les types de produits consommés

Pratiquement toutes les catégories sont en progressions. Les fruits et légumes restent les produits les plus consommés et en progression de + 9 points. Les produits laitiers et l’épicerie sont stables alors que les œufs, le vin, la viande et le poisson ont notablement progressé.

Bio Type de produits consommés

A noter le bas de classement pour les petits pots de bébé  qui régressent de 6 % en 2010 à 3 % en 2011.

Le nombre moyen de familles de produits biologiques consommés en 2011 est de 6,8 versus 6,2 en 2010.

Fréquence de consommation

Bio Fréquence de consommation

La consommation régulière se tasse un peu avec 40 % des Français qui consomment au moins une fois par mois, contre 43 % en 2010 et 46 % en 2009.

Les lieux d’achat privilégiés

Bio Lieux d'achat

Les consommateurs privilégient des circuits différents en fonction des produits :

  • Fruits et légumes et fromages sur les marchés,
  • Lait, œufs, fromages, poissons et jus de fruits en GMS,
  • Volailles à la ferme,
  • Autres viandes chez les artisans bouchers,
  • Le pain se répartit entre les magasins spécialisés et les artisans boulangers,
  • A noter que les produits d’épicerie (pâtes, riz, céréales) sont achetés principalement en GMS 58% mais en forte baisse (71 % en 2010) au profit des magasins spécialisés qui passent de 27 % en 2010 à 41 % en 2011.

Motivations d’achat

Les produits issus de l’agriculture biologique sont globalement bien perçus par les Français et sont associés prioritairement à la préservation de l’environnement (83%) et à la naturalité (82%).

Pourtant, il faut noter que de nombreux critères proposés, une baisse de la « perception positive » est observée par rapport à 2010.

Les motivations principales de consommer Bio restent centrées sur l’individu plutôt que sur le collectif mais les raisons altruistes de consommer Bio progressent avec une plus grande prise en compte de l’environnement et une très forte progression des préoccupations sur le bien-être animal.

Bio Motivations d'achat

Les freins à l’achat du Bio

Le principal frein à l’achat de produits biologiques reste encore le prix (77%) pour les non acheteurs puis le fait de ne pas avoir le réflexe d’en acheter (61%) et le manque de promotions et de programmes de fidélité (36%).

Pourtant 36% des Français trouvent qu’il est normal de payer plus cher un produit biologique (56% en ce qui concerne les consommateurs/acheteurs de produits Bio).

L’information du consommateur

Bio Logo ABLa proportion de Français estimant être bien informés sur les produits biologiques continue sa progression depuis 2005. Ils sont 54 % à considérer être bien informés contre 40 % il y a 6 ans. A noter que ce sont les 50-64 ans qui s’estiment les mieux informés et les 15-24 ans les moins bien informés.

Bio Logo EuropéenC’est le logo AB qui possède toujours la notoriété la plus élevée 89 % en stabilisation par rapport à 2010. La reconnaissance par les Français du nouveau logo européen en place depuis juillet 2010, fait un bon spectaculaire de 13 % en 2010 à 38 % en 2011.

Une nouvelle question intégrée au baromètre 2011 montre que la première information que les Français souhaitent avoir en ce qui concerne les produits biologiques est l’origine des produits (55%), loin devant les qualités nutritionnelles (45%), le mode de transport (26%) ou la recyclabilité de l’emballage (25%). A noter que ce souhait concernant l’origine des produits est particulièrement prégnant dans l’Ouest de la France.

Cette information est souhaitée prioritairement sur le lieu de vente (70%) loin devant Internet (23%) par exemple.

Particularismes régionaux

La région parisienne est la plus grosse consommatrice de produits Bio. L’Ouest se trouve dans la moyenne nationale alors qu’à l’inverse l’Est de la France affiche un écart significatif (en négatif) par rapports à la moyenne.

Bio Carte de France

Impacts secondaires de la place du bio dans les esprits

Concernant les Français en général, la consommation bio se développe sur d’autres segments que l’alimentaire : entretien ménager (35 %), produits cosmétiques et d’hygiène (27 %), textile (9 %), et particulièrement les produits de jardinage en forte hausse (17 % au lieu de 13 % en 2010).

Les chiffres montent si on ne s’intéresse qu’aux consommateurs de produits bio.

Bio Hors alimentaire

36 % des acheteurs bio affirme que ce mode de consommation les a amenés à changer leurs habitudes de consommation (-1% par rapport à 2010).

  • plus de produits frais pour 93 % (89 % en 2010),
  • moins de gaspillages pour 91 % (83 % en 2010),
  • plus de produits de saison pour 90 % d’entre eux (93 % en 2010),
  • augmentation des dépenses alimentaires pour 71 % (61 % en 2010),
  • diversification des lieux d’achat pour 65 % (67 % en 2010),
  • davantage de cuisine pour 63 % (59 % en 2010)
  • Enfin, 64 % déclarent acheter plus de produits en vrac.

Perspectives d’avenir

La grande majorité des consommateurs de produits biologiques prévoient de maintenir leur consommation en 2011. 18 % pensent l’augmenter. La première raison qui pourrait inciter les consommateurs à augmenter leurs achats est la baisse de prix (91%) puis le fait que les produits soient locaux (88%). A noter une forte progression d’items comme Informations sur les conditions de fabrication des produits (de 68 à 77 % entre 2010 et 2011) ainsi que des Informations sur l’empreinte carbone des produits (de 46 à 68 % entre 2010 et 2011).

Source : les chiffres et graphiques sont extraits ou reconstitués à partir du « Baromètre de consommation et de perception des produits biologiques en France »  Edition 2011 de l’Agence Bio.

A lire également

Le "sans traitements", une réponse alternative à mi-chemin entre le conventionnel et le bio. Démarche opportuniste ou durable ?

Le 24/05/2017

A mi chemin entre le bio et le conventionnel, l’arrivée d’une voie "sans traitement" semble représenter une réponse aux consommateurs alternatifs, pas encore bio-convertis… Cette nouvelle filière saura-t-elle néanmoins séduire durablement les influentes générations Y et Z, dites "sans concessions" à l'égard de leur responsabilité sociétale ?
[...]

Restauration collective : les derniers chiffres clés 2016 et les tendances à venir

Le 09/05/2017

La restauration collective représente 23.8 % de la RHD, avec 20 milliards d'euros de CA. Population scolaire en augmentation, vieillissement de la population, durées de séjour diminuées, dynamique du trafic aérien, mais aussi évolution des habitudes de consommation offrent de nouvelles perspectives à la restauration collective.

Chiche! L'apéro, un nouvel usage pour les légumineuses

Le 05/05/2017

Des légumineuses à l’apéro : la marque Chiche! offre une nouvelle place aux légumineuses. Souvent positionnées sur l’axe santé, les légumineuses ne sont pas synonyme de plaisir. Et pourtant, une start-up incubée par l’Isara de Lyon, mise sur un instant de consommation inattendu et un marketing plutôt fun pour ces légumes secs.