Un pas en arrière pour Tesco sur l’étiquetage de son empreinte carbone

Le 07 février 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Selon un rapport paru dans le magasine The Grocer, la responsable développement durable de Tesco, Helen Fielding a confirmé la remise en question de l’affichage de l’empreinte carbone sur tous les produits de la marque.

Deux raisons majeures sont avancées :

  • Le coût important de la démarche lié à une méthodologie complexe et longue développée par Carbon Trust en Angleterre,
  • Le faible impact relevé auprès des consommateurs.

En 2007, Tesco s’était engagé à étiqueter tous ses produits et aujourd’hui seulement  500 produits portent le logo alors que 1000 ont fait l’objet de recherches pour trouver les éléments nécessaires.

La volte face est embarrassante pour l’enseigne qui indique que rien n’est encore arrêté, restant sensible à son engagement de trouver la meilleure communication possible pour accompagner ses clients vers des achats plus verts. Au-delà de la communication vers le consommateur, Tesco réaffirme son engagement dans la réduction de son empreinte carbone et l’amélioration de ses pratiques d’années en années.

Trop précurseur ?

Tesco était-il trop en avance ? ou est-il aujourd’hui trop impatient ?

L’entreprise souligne, avec déception, que très peu de ses concurrents se sont investis dans cette démarche, ne permettant pas aux consommateurs de comparer et de faire des choix avertis.

En France, la GMS aussi, a souvent été à l’initiative d’informations environnementales auprès des consommateurs. Pour l’instant les initiatives se multiplient et se structurent dans une expérimentation soutenue par les pouvoirs publics.

Cependant, à l’heure où la France s’est engagée de manière volontariste dans l’affichage environnemental, le retrait d’un acteur majeur et précurseur de ce genre de démarche interpelle.

Dans la méthodologie préconisée par le gouvernement, l’impact CO2 n’est qu’un des critères retenus pour l’affichage environnemental. La multiplication des critères va donc encore apporter de la complexité à l’avancée des entreprises sur leurs expérimentations en cours.

Tesco Carbon FootprintLe succès de ces initiatives dépendra aussi de la capacité à disposer rapidement de bases de données fiables sur le maximum de productions et de secteurs alimentaires.

Quant au consommateur, l’avenir dira si sa sensibilité au développement durable ira jusqu’à son acte d’achat…

A lire également

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...

Changement d'appellation : lorsque les substituts de produits laitiers doivent revoir leur stratégie marketing.

Le 21/08/2017

Avec l’essor du flexitarisme, de nouveaux substituts font leur apparition quotidiennement dans les linéaires. Si jusqu'ici les produits animaux et leurs succédanés se partageaient les appellations, les choses vont changer… En effet, suite à l'action d'une association, la Cour de justice de l’UE a tranché : tout lait doit être d’origine animale.