Etiquetage : clarification de la mention sans OGM pour les produits d’origine animale

Le 03 février 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le 31 janvier a été publié au Journal Officiel le décret précisant les allégations possibles concernant l’affichage de la mention "sans OGM" ou "nourris sans OGM" sur les emballages.

Depuis 1997, il était obligatoire d’indiquer la présence d’OGM dans les produits alimentaires. Par contre, rien n’était imposé concernant les produits issus d’animaux ayant été nourris avec des OGM : lait, œufs, viande…

Il existera désormais des possibilités d’étiqueter "Nourri sans OGM" ou "Issus d’animaux nourris sans OGM" sur les emballages de produits d’élevage.

Le texte prévoit des mentions distinctes selon que les animaux sont nourris avec des aliments contenant moins de 0,1 % ou moins de 0,9% d'OGM.

 

Le nouveau texte prévoit donc 3 mentions différentes :

  • Les ingrédients d’origine végétale (farine, amidon…) pourront porter la mention "sans OGM" s’ils sont issus de matières premières contenant au maximum 0,1% d’OGM,
  • L’étiquetage des produits d’origine animale (lait, viande, poisson, œufs) précisera "nourri sans OGM (<0,1%) » ou « nourri sans OGM (<0,9%)",
  • Les ingrédients d’origine apicole (miel…) pourront être étiquetés "sans OGM dans un rayon de 3 km".

La mention "sans OGM" ne pourra être apposée sur le devant de l’emballage que si l’ingrédient concerné représente plus de 95% du produit alimentaire.

Cette règle, facultative,  d’affichage s’appliquera à partir du 1er juillet prochain.

Pour en savoir plus : Décrêt publié sur Légifrance

A noter que le groupe Carrefour avait déjà devancé la législation en proposant un étiquetage dès la fin 2010.

A lire aussi : Carrefour sans OGM.

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...