Etiquetage : clarification de la mention sans OGM pour les produits d’origine animale

Le 03 février 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le 31 janvier a été publié au Journal Officiel le décret précisant les allégations possibles concernant l’affichage de la mention "sans OGM" ou "nourris sans OGM" sur les emballages.

Depuis 1997, il était obligatoire d’indiquer la présence d’OGM dans les produits alimentaires. Par contre, rien n’était imposé concernant les produits issus d’animaux ayant été nourris avec des OGM : lait, œufs, viande…

Il existera désormais des possibilités d’étiqueter "Nourri sans OGM" ou "Issus d’animaux nourris sans OGM" sur les emballages de produits d’élevage.

Le texte prévoit des mentions distinctes selon que les animaux sont nourris avec des aliments contenant moins de 0,1 % ou moins de 0,9% d'OGM.

 

Le nouveau texte prévoit donc 3 mentions différentes :

  • Les ingrédients d’origine végétale (farine, amidon…) pourront porter la mention "sans OGM" s’ils sont issus de matières premières contenant au maximum 0,1% d’OGM,
  • L’étiquetage des produits d’origine animale (lait, viande, poisson, œufs) précisera "nourri sans OGM (<0,1%) » ou « nourri sans OGM (<0,9%)",
  • Les ingrédients d’origine apicole (miel…) pourront être étiquetés "sans OGM dans un rayon de 3 km".

La mention "sans OGM" ne pourra être apposée sur le devant de l’emballage que si l’ingrédient concerné représente plus de 95% du produit alimentaire.

Cette règle, facultative,  d’affichage s’appliquera à partir du 1er juillet prochain.

Pour en savoir plus : Décrêt publié sur Légifrance

A noter que le groupe Carrefour avait déjà devancé la législation en proposant un étiquetage dès la fin 2010.

A lire aussi : Carrefour sans OGM.

A lire également

Les nouvelles recommandations Anses, des impacts en IAA ?

Le 27/04/2017

L'Anses a publié les nouvelles recommandations nutritionnelles en terme de santé publique. De nouvelles catégories d’aliments, des contaminants alimentaires repérés et des habitudes alimentaires observées déterminent des objectifs de fréquence et de portions de consommation. Ces nouveaux repères ne seront pas sans conséquence pour le foodservice.

Chiffres clefs 2016 de la consommation de produits biologiques en France

Le 22/03/2017

L’Agence BIO avec l'appui du CSA vient de publier son baromètre 2017 de consommation et de perception des produits biologiques en France. Principaux enseignements...

Le flexitarisme, un nouveau positionnement marketing ?

Le 06/03/2017

On assiste au développement de certaines craintes quant à l'impact sur la santé d'une consommation excessive de viande. Dans un même temps, les préoccupations éthiques, environnementales et budgétaires sont grandissantes. Place au flexitarisme qui s'affirme même dans le nom des produits, avec des accents tantôt fun, tantôt gourmands.