Viande : casser les codes couleur pour se démarquer en rayon.

Le 23 janvier 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les spécialistes du marketing cherchent à optimiser l'efficacité visuelle de leurs produits, pour gagner en visibilité. Pour attirer l'attention du consommateur en magasin, ils font varier les contrastes chromatiques. Une originalité dans l'univers des produits carnés...

Finesse de Veau a initié le changement en 2011.

finesse de veauPartant du constat que l’offre fond de rayon en viande manquait d’impact, Sobeval, filiale du groupe néerlandais VanDrie, a abandonné les barquettes blanches au profit du bleu marine. Assorties d’un logo rajeuni, ces barquettes sortent ainsi du lot et visent à capter une partie des achats d'impulsion. La marque étend d’ailleurs son offre de saucisserie dans la gamme de grillades estivales avec une barquette associant trois saucisses type chipos à trois merguez (pur viande de veau et boyau naturel).

Photo : source Linéaires


En Italie, Ambrosini Carni joue également la rupture visuelle.

AmbrosiniLa tranche de bœuf Black Angus, est conditionnée, sous vide, dans une barquette jaune, assortie d’un bandeau aux couleurs du drapeau américain, rappelant la promesse "100 % American Quality Beef ». La dominance de rouge vif et de jaune met en exergue le produit.

 

Dans les deux cas, le format d'étiquette permet une visualisation optimale des produits, offrant ainsi une grande transparence.

La couleur trouvera-t-elle son public ?

Dans un univers largement dominé par le blanc, symbole d’hygiène et de fraîcheur, les industriels sortent aujourd’hui des sentiers battus. Le noir a fait son apparition pour évoquer la "premiumisation". Bleu vif, jaune et rouge : des couleurs / mélanges de couleurs plus fun gagnent désormais les rayons.

Encore faut-il que le consommateur, parfois conservateur dans l’univers de la viande brute, adhèrent au changement.

La qualité perçue est déterminante dans l'acte d'achat…

L'emballage doit engendrer une qualité perçue, il détermine la valeur du contenu et peut influer davantage sur la décision d'achat que le contenu lui-même.

Ces couleurs, moins conventionnelles, seront-elles suffisamment rassurantes pour ne par perturber le consommateur ?

A lire également

Restauration hospitalière en mutation ? Une offre différente pour l'ambulatoire de l'Institut Gustave Roussy

Le 18/04/2017

L’institut Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe, s’est associé à Alexandre Bourdas, chef doublement étoilé du SaQuaNa, et à Elior, le numéro 1 français de la restauration collective, pour proposer une offre différente en service ambulatoire : plats froids, quantité réduite, goût du produit brut.

Des licornes et des dinosaures pour une offre de légumes funs et ludiques.

Le 27/03/2017

Lidl est en plein développement au Royaume-Uni. Et, pour conquérir une clientèle toujours plus nombreuse, le hard-discounter mise sur les produits frais avec des positionnements originaux. Il s'agit ici de jouer la carte du ludisme pour des gammes de légumes dédiés aux enfants.

Snacking sain : et si la solution passait par des offres personnalisées ?

Le 23/03/2017

Le snacking continue de performer et les préoccupations santé constituent un réel moteur d'innovation sur le segment. Alors que le sujet de la nutrition personnalisée apparait comme une solution prometteuse pour résoudre la difficile équation de la gestion du poids et autres paramètres de santé, l'offre snacking pourrait bien s'en inspirer….