TVA sur les produits alimentaires : 7 % ou 5,5 % ?

Le 23 janvier 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le nouveau taux de TVA, décidé le 7 novembre dans le cadre du deuxième plan de rigueur du gouvernement, s'applique depuis le 1er janvier à un grand nombre de produits et services. Quid des produits alimentaires ?

Depuis le 1er janvier 2012, le taux réduit de TVA, fixé jusqu'à présent à 5,5 % a été augmenté à 7 %. Les produits alimentaires (eau, boissons non alcooliques et produits destinés à l'alimentation humaine) restent soumis au taux de 5,5 %, sauf s'ils sont destinés à une consommation immédiate, à emporter ou livrés. Dans ce cas, leur vente est soumise au taux de 7 %.

A noter que les confiseries, les chocolats et produits composés contenant du chocolat ou du cacao, les margarines et graisses végétales ainsi que le caviar demeurent soumis au taux de 19,6 %.

L'administration fiscale vient d'apporter quelques précisions utiles, spécialement au sujet des ventes à emporter…

L'application de cette nouvelle TVA à des taux différents, tourne au capharnaüm pour nombre de professionnels : restaurateurs, boulangers, charcutiers-traiteurs, cantines d'entreprises, entreprises de restauration rapide...

Quelques exemples…

En boulangerie, le pain, les viennoiseries et les pâtisseries resteront soumis au taux de TVA de 5,5% tandis que les sandwichs et les produits servis chauds (quiches, pizzas...) seront soumis au taux de 7%.

Les salades subiront la hausse de la taxe lorsqu'elles seront vendues avec des couverts et de la vinaigrette, même si le consommateur n’a pas l'intention de consommer ces produits immédiatement après les avoir achetés…

Du côté des boissons, il vaudra mieux acheter une canette, une brique ou une bouteille de soda, qui resteront à une TVA de 5,5%, plutôt que de boire son soda dans un gobelet, un verre en plastique ou une tasse en carton.

Quant aux yaourts, ils resteront taxés à 5,5%, même lorsqu'ils sont vendus avec une cuillère. Les fruits sont aussi épargnés.

Enfin, si l’établissement propose un micro-onde et un "mange-debout", ses produits, même emballés ou surgelés, se verront taxés à 7%. C'est l'un des sujets de discussion soulevé par la Fédération du Commerce et de la Distribution.

Les professionnels avaient jusqu'au 13 janvier pour adresser leurs remarques à Bercy. L'instruction définitive devrait être publiée prochainement.

L'administration a mis en ligne une liste et un tableau récapitulatif du taux applicable en fonction des produits.

Source : article 13 de la loi n° 2011-1978 du 28 décembre 2011 de finances rectificative pour 2011, Annexe 3.

TAUX APPLICABLE AUX VENTES A EMPORTER OU A LIVRER

Produits

Taux

Commentaire

Repas servi dans un restaurant traditionnel.

7 %

Visé par le m de l’article 279 du CGI.

Plats servis dans une brasserie, une cafeteria, un bar, un café, etc…

7 %

Restauration sur place dans un fast-food.

7 %

Consommation à emporter dans un fast-food.

7 %

Sauf les boissons non alcooliques dont le conditionnement permet la conservation.

Sandwichs et salades salées ou sucrées avec assaisonnement ou couverts quels que soient leur emballage et le lieu de vente.

7 %

Ventes à emporter, sauf lorsqu’ils sont vendus surgelés (taux de 5,5 %).

Frites, sushis, pizzas, quiches, etc. destinés à une consommation immédiate et quel que soit le lieu de vente.

7 %

Ventes à emporter.

Frites, sushis, pizzas, quiches, etc... non destinés à une consommation immédiate et quel que soit le lieu de vente.

5,5 %

Produits pouvant être conservés du fait de leur conditionnement.

Produits surgelés ou plats cuisinés effectivement consommés immédiatement dans les locaux de l’enseigne de distribution alimentaire.

7 %

Grâce à la mise en disposition de couverts, de fours à micro-ondes et de tables / chaises / comptoirs.

Sachets de chips, yaourts vendus avec ou sans cuillère, fruits (même vendus à l’unité).

5,5 %

Ces produits n’ont pas vocation à être consommés immédiatement.

Viennoiseries et pâtisseries sucrées.

5,5 %

Ces produits n’ont pas vocation à être consommés immédiatement.

Glaces destinées à une consommation immédiate (vendues à l’unité non conditionnées en cornet, en pot individuel, glaces dites « italiennes », esquimaux).

7 %

Quel que soit le lieu de vente (par exemple vendeur ambulant).

Glaces non destinées à une consommation immédiate.

5,5 %

Vendues par des commerces alimentaires.

Produits livrés destinés à une consommation immédiate.

7 %

Dès lors que la préparation, la vente et la livraison se suivent immédiatement (pizzas livrées chaudes, sushis, etc.). A défaut, taux de 5,5 % selon le régime habituel des produits alimentaires.

Produits préparés chez le charcutier-traiteur vendus à emporter ou à livrer.

5,5 %

Ces produits n’ont pas vocation à être consommés immédiatement, à l’exclusion des sandwichs, pizzas, quiches, sushis, salades sucrées ou salées avec assaisonnement et/ou couverts, etc. cf. 47 et 48.

Produits vendus par un charcutier-traiteur en association avec un service (fourniture de salle, de matériel, de personnel, etc., liée à la vente de la nourriture, par exemple pour des fêtes familiales).

7 %

L’ensemble est considéré comme un service de restauration sur place (m du 279 CGI).

Boissons non alcooliques vendues dans des contenants ne permettant pas leur conservation (gobelet, verre en plastique, tasse en carton, etc.).

7 %

Boissons destinées à la consommation immédiate.

Boissons non alcooliques vendues dans des contenants permettant leur conservation (bouteille, fût, brique, cannette, etc.).

5,5 %

Boissons pouvant être conservées du fait de leur conditionnement.

Boissons alcooliques

19,6 %

 

Ventes à emporter de produits alimentaires au taux normal

19,6 %

Ex. confiseries, certains types de chocolat… relevant du taux normal de TVA.

 

A lire également

Tendances alimentaires émergentes à l’horizon 2030

Le 30/11/2016

Publiée par AlimAvenir avec Futuribles, l’étude Vigie Alimentation 2016-2017 vient de paraître. Elle analyse 10 principales tendances alimentaires et les projette à horizon 2030. Auront-elles modifié la chaîne alimentaire ? Cette étude est le fruit d’un croisement de données et de visions d’experts. Retour sur ces dernières…

Les tendances Food & Drink 2017 selon la société d'études de marché Mintel.

Le 29/11/2016

Mintel, société d'études de marché et gestionnaire de GNPD, base de données mondiale de l'innovation, dévoile ses prédictions pour 2017 en matière de tendances alimentaires. Jenny Zegler, Global Food & Drink Analyst, propose une vision à l'échelle mondiale qui repose sur des attentes fortes en matière de santé, de praticité et de confiance.

Gourming : une market place Food b2b pour exporter

Le 20/10/2016

Le groupe Le Duff vient de lancer une place de marché alimentaire pour mettre en relation directe des TPE et PME françaises de l’agro-alimentaire avec des professionnels de la gastronomie à l’étranger, métiers de bouche et distributeurs.