Algopack : substitut de plastiques à base d'algues bretonnes

Le 27 janvier 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La start-up Algopack lance sur le marché le premier matériau rigide à base de dérivés d'algues bretonnes. Son process de fabrication exclut toute utilisation de produit dérivé du pétrole. Rigide et imprimable, ce matériau offre une palette infinie d'applications : signalétique, plv, décoration, objet publicitaire, packaging...

Lauréat au concours Crisalide Eco-activités* de 2011 dans la catégorie "création et jeune entreprise", le dirigeant d'Algopack, Rémy Lucas, a bien voulu répondre à nos questions concernant son activité.

Pouvez-vous nous décrire votre activité?

La chimie du végétal contribue à la réduction de la vulnérabilité de l'industrie chimique "classique" aux ressources fossiles. C'est une filière naissante qui inclut l'ensemble des acteurs intervenant dans l'élaboration de produits biosourcés : de la production de la biomasse à la distribution du produit fini, en passant par toutes les étapes intermédiaires de transformation réalisée par les agro-industriels, les chimistes, les plasturgistes...
    feuille de route R&D de la filière Chimie du végétal, ADEME

"Nous nous situons dans un mouvement international en pleine croissance appelé la chimie du végétal. Elle vise à réduire notre dépendance aux matériaux pétro-sourcés. Algo Pack a développé le 1er matériau 100% végétal à base d’algues, c’est un procédé unique au monde ! C’est un parfait substitut aux matériaux plastiques."

Comment se développe votre activité ?

"Au regard de la montée en puissance du projet, nous avons décidé de nous installer sur un nouveau site de fabrication situé à St Malo. Et à cette occasion, nous avons renforcé notre équipe en recrutant pour les départements production et recherche et développement.  Nous avons également conclu un accord de distribution national avec Stylpack (40 commerciaux, un portefeuille de 6500 clients) qui proposent nos produits à leur clients utilisateurs de support promotionnels et PLV (ndlr : publicité sur le lieu de vente). En connaissant les besoins des clients finaux, ils nous permettent de mieux affiner notre offre : nous avons créé 7 produits disponibles à la vente. Enfin, nous avons procédé fin 2011 à l’extension internationale de notre brevet."

Quels sont les clients que vous visez ?

"Algopack reste avant tout un fabricant de matériaux. Avec notre distributeur StylPack nous avons accès à un portefeuille de 6500 clients. Nos produits leurs sont destinés : support promotionnels, PLV… Au-delà du bénéfice en terme d’image pour le client, nous restons cohérent par rapport au prix du marché."

Comment définiriez-vous vos atouts sur ce marché ?

"Le produit AlgoPack est un parfait substitut du plastique. Il a les mêmes formes, les mêmes tolérances et peut être imprimé avec les mêmes technologies, ce qui ne nécessite pas de modification des procédés d’impression existants."

 

* Information Crisalide : Vous avez jusqu'au 14 Février 2012 pour vous inscrire au concours Crisalide Eco-activités

A lire également

La transition énergétique pourrait elle aussi bénéficier du crowdfunding

Le 08/04/2014

Le crowdfunding, outil de financement grand public rend le financement plus accessible aux PME et aux jeunes entreprises éco-innovantes. Les start-ups de la transition énergétique pourraient y trouver un nouveau véhicule de financement.

Vivapolis : Entrez dans l'offre intégrée de la ville durable pour prospecter les marchés internationaux

Le 22/10/2013

La ville durable dispose d'une marque "Vivapolis", pensée comme un nouveau modèle économique. Cette marque va permettre d'exporter un savoir-faire à la française du génie urbain.
Les entreprises de la ville durable se positionnent sur des marchés de niche à fort potentiel de développement international .

En quoi le capital naturel est-il une composante avérée de la stratégie des entreprises ?

Le 18/10/2013

Les entreprises interagissent au quotidien avec le capital naturel, que ce soit en amont de la chaîne de valeur, avec les fournisseurs ou en aval avec leurs clients. Comment prendre en compte ce capital dans la stratégie de l'entreprise ?