Réduction des émissions de Co2 : une solution à portée de pied

Le 20 janvier 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Un fort potentiel en matière de réduction des émissions de CO2 réside peut être dans la version moderne d’un prototype datant du 18ème siècle : le vélo! C’est ce que nous montre une étude de Novembre 2011 réalisée par la Fédération Européenne des Cyclistes (ECF).

Une solution vieille comme le monde…

L’UE s’est fixée des objectifs de réduction de gaz à effet de serre (GES) de 20% à l’horizon 2020 par rapport au niveau de 1990. L’objectif fixé pour 2050 étant 50% de réduction de ses émissions, avec 60% visés pour le seul volet transport. L’efficacité de certaines mesures conjuguée au ralentissement de l’activité économique, concourent déjà à une réduction observée des émissions de GES (-15.5% depuis 1990) même si elle reste nuancée

Mais dans le domaine des transports, la recherche de solutions strictement technologiques ne peut suffire à atteindre l’ambitieux objectif de 60% des réductions. La généralisation de solutions simples déjà existantes et ayant prouvé leur efficacité peut contribuer au moins autant à la réduction des GES.

C’est ce que nous montre une étude de Novembre 2011 réalisée par la Fédération Européenne des Cyclistes (ECF).L'étude est téléchargeable en bas de page.

Il n’est pas besoin de rappeler que le bilan carbone du vélo est quasi nul à l’usage (comme l’affichent fièrement les VéloStar rennais sur leurs bornes). Quand bien même on intégrerait la production et l’entretien, le surplus d’efforts physiques fournis par le cycliste et le bilan carbone de la nourriture conséquente à ingérer, le bilan total serait de 16g de CO2 par kilomètre.
Le même calcul complet a été réalisé pour les voitures (ne comptant pas uniquement les émissions "sortie de pot d'échappement" mais intégrant aussi l'entretien et les conditions de circulation) et pour le bus (prenant en compte le taux d'occupation moyen des bus pour définir le rapport "par kilomètre et par passager")  

Schéma Vélo Site

Basé sur les objectifs de l'UE en matière d'émission de CO2 dans le secteur des transports pour 2050 
dans les 27 pays membres (308 millions de tonnes comparés aux 771millions de tonnes de 1990).
A technologie constante.  

 

2.6 km par jour

L’ECF a évalué quelle pouvait être la contribution du vélo aux réductions des GES, comparée à la voiture, au bus, et au vélo à assistance électrique.

Si tous les citoyens de l’UE pratiquaient le vélo au même niveau que celui des Danois en 2000 (936km/an/personne – source : Eurostat), un quart de l’objectif de réduction des émissions pour le secteur du transport serait atteint (26%). Autre argument, l’UE réduirait ainsi ses importations de pétrole brut – actuellement de 955 millions de barils par an – de près de 10%.

Benoît Blondel, Responsable Environnement et Santé de l’ECF conclut : « Une pratique du vélo à hauteur de 5 km par jour nous permettrait de remplir 50% de notre objectif […] le potentiel d’accomplissement de ces objectifs grâce au vélo est immense. »  Les résultats de l’analyse sont encourageants de par leur simplicité et surtout l’immédiateté de son applicabilité. La solution technique existe déjà, a prouvé sa pertinence pour les trajets de courte et moyenne distance, et les gains apportés sont déjà connus (le réel bilan carbone du véhicule électrique, lui, est encore incertain).

Concernant le vélo électrique, ses émissions de CO2 par kilomètre sont du même ordre que celles des vélos ordinaires (22g vs 16g). Il se substitue même à la voiture pour 39% des trajets : son potentiel de réduction supplémentaire des émissions dues au transport est immense, même si son coût et la fiabilité des batteries reste encore un frein à son développement.

L’étude revient également sur le vélopartage, citant le VéloStar de Rennes et les programmes d’autres villes européennes.

VéloSTAR Stats Site

On remarque que les possesseurs de vélo ne migrent pas vers le VéloStar, mais que celui-ci au contraire séduit 
des personnes n’ayant peut être pas l’habitude d’en utiliser. Il conduit donc à un  changement culturel des pratiques. En revanche, et du fait notamment de la multimodalité de la carte Korrigo, près de la moitié des
utilisateurs de VéloStar utilisaient auparavant les transports en commun.Enfin 20% des utilisateurs
ont abandonné la voiture au profit du vélo (ce qui reste un chiffre non négligeable pour
un nouveau service).

 

Effet rebond et gestion de l’offre de transport

Sur la base du « Eviter, Remplacer, Améliorer », et reprenant des résultats publiés par l’Agence Européenne pour l’Environnement (AEE), l’ECF présente le mix des modes de déplacements optimums en fonction des usages.

«Il ne s’agit pas de nous déplacer moins, mais de revoir la manière dont nous nous déplaçons, ainsi que les choix offerts par les gouvernements en matière de transport. » continue Benoît Blondel.

En effet, comme le souligne l’AEE, tout gain en matière d’environnement dans les transports est aussitôt annihilé par la hausse de la demande de transport. Ainsi, la courbe ci-dessous qui montre que la hausse de la demande de voitures, conjuguée à la fréquence d’utilisation, annule les effets des améliorations des performances énergétiques des véhicules.

Schéma Carburants Site

Cet effet pervers bien connu pourrait également limiter les bénéfices d’une hausse de l'usage du vélo : la décongestion des routes pourrait inciter des automobilistes repentis à reprendre le volant, ou encore les nouveaux utilisateurs de vélo pourraient n’être que d’anciens piétons au bilan carbone déjà nul.

Aussi l’ECF préconise une intervention volontariste des pouvoirs publics que ce soit en limitant l’offre de mobilité polluante (système de péages urbains ou coût à l’accession, intégration des coûts externes liés à l’usage de la voiture) ou en favorisant le déploiement de l’offre faiblement émettrice de CO2 (infrastructures, parcs à vélos, pistes cyclables..)

Comme le confirme l’AEE, le secteur des transports doit être plus ambitieux s’il veut atteindre les objectifs fixés par l’UE.

A lire également

La PPE : Pourquoi Pas moins d'Energie carbonée pour nous déplacer ?

Le 07/12/2016

La loi de Programmation Pluriannuelle de l'Energie est un exercice de transcription en droit français des engagements, ambitions et outils au service d'une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). La PPE coordonne la politique française sur les questions d'énergie avec les Accords de Paris et autres engagements européens.

Véhicules et Mobilités 2017 : vos retours et vos attentes

Le 29/11/2016

Pendant ce dernier trimestre 2016, nous vous avons interrogé sur votre niveau de satisfaction, vos avis et vos attentes pour Véhicules et Mobilités : le site Web, la newsletter, Twitter et autres. Comme promis, voici un retour des résultats de cette enquête et nos axes de développement pour 2017 !

Open source : avenir ou concurrence de l'industrie automobile ?

Le 22/11/2016

Comment l’open source, le partage permettent d’arriver différemment à la construction d’une voiture ? Mais ces véhicules open source sont-ils réservés aux makers ou influencent-ils les pratiques de l'industrie automobile ? Quels sont les impacts des véhicules open source sur la chaîne de valeur, notamment la distribution des véhicules ?