Des constructeurs automobiles de plus en plus en interdépendants

Le 11 janvier 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Les constructeurs doivent répondre simultanément à plusieurs enjeux très consommateurs de ressources financières :

  • Répondre à la forte croissance des marchés dans les pays émergents,
  • Répondre à l’effort de recherche et développement sur les technologies « vertes » : optimisation des motorisations thermiques, nouvelles motorisations électriques, pile à combustible, nouveaux matériaux pour l’allègement…
  • Répondre à l’explosion des gammes (modèles et niveaux de gammes, du premium au low-cost),
  • Répondre aux évolutions de l’automobile vers plus de services de mobilité.

 

Ces enjeux sont autant de relais de croissance pour la filière mais doivent mettre en œuvre des efforts financiers considérables qui apparaissent de plus en plus mutualisés entre acteurs dans le cadre de stratégies de partenariats.

Des partenariats entre constructeurs toujours plus nombreux

Ces partenariats visent de multiples objectifs :

  • partager des efforts de R&D puis de fabrication sur une technologie (PSA/BMW),
  • dans le cadre d’échanges de savoir-faire (Toyota/BMW),
  • mutualiser des plateformes (Renault/Daimler),
  • pénétrer les marchés émergents (Chine).

Les dernières alliances annoncées concernent en particulier les technologies de propulsion électriques : BMW avec GM pour les piles à combustible, BMW avec Toyota sur les batteries.

 

Représentation des partenariats en cours

Partenariats entre constructeurs

Cette représentation n'est bien sûr pas exhaustive mais illustre l'interdépendance croissante des constructeurs et la construction progressive d'un réseau complexe dans lequel chacun tente de conserver un positionnement stratégique cohérent tout en partageant certaines "briques".

 

D'autres partenariats à l'oeuvre pour répondre à ces enjeux:

  • entre constructeurs et équipementiers (par exemple sur les technologies électriques ou composites – Daimler et Bosch),
  • entre constructeurs et énergéticiens (PSA et Iberdrola),
  • entre constructeurs et opérateurs de mobilité (Renault et Better Place – Citroën et Carbox – BMW et Sixt).

 

Il faut également signaler une nouvelle tendance à l'ouverture sur l’innovation venant de l’extérieur :

  • BMW a lancé un fonds d’investissement BMW i Venture doté de 100 M$ basée à New York chargé d’entrer au capital de sociétés positionnées sur les services de mobilité,
  • Le fonds Eco-mobilité Ventures a été créé en Novembre 2010 avec la participation de 4 acteurs PSA, Orange, Total et la SNCF, pour financer des jeunes entreprises innovantes dans le domaine des transports et de la mobilité.
  • Renault a scellé un partenariat avec l'association Paris Région Innovation Lab afin de créer un incubateur de jeunes entreprises innovantes sur le thème des "services connectés et technologies de l'information et de la communication pour la mobilité".
  • Les Openlabs de PSA constituent réseau de recherche extérieur en lien avec plusieurs laboratoires de recherche.

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 23/06/17

Le 23/06/2017

Vélo, Voiture électrique, Boîtier connecté, Batterie, Pneu, Assurance

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 16/06/17

Le 16/06/2017

Covoiturage, Big Data, Stockage batteries, Bornes recharges, Véhicule autonome, Route du futur, Chine

See You Sun

Infrastructures de recharge : vers une nouvelle vague ?

Le 16/06/2017

Emergence d'une nouvelle offre globale d'infrastructures de recharge pour la mobilité électrique