Une année automobile 2012 probablement difficile

Le 06 janvier 2012

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le marché 2011 mieux que prévu en volume

Le marché français aura finalement terminé l’année avec une baisse du volume global de vente de VP de l’ordre de 2%, moins que les prévisions d’origine qui prévoyaient une chute de 8 à 10%. Les volumes ont été soutenus en début d’année par les ventes exceptionnelles de 2010 (fin de la prime à la casse) et les analystes notent des politiques commerciales très agressives de la part des constructeurs, y compris étrangers, en particulier en fin d’année pour supporter les ventes. Des niveaux de remise dépassant parfois 30 % ont été constatés, en particulier sur les petites citadines (Peugeot 207, Fiat Punto ou Volkswagen Polo par exemple), segment le plus touché par la chute des ventes et où les marges sont plus faibles. La clôture des comptes 2011 donnera les impacts en termes de résultats, mais PSA a déjà indiqué une forte dégradation de ceux de sa branche automobile en 2011.


Incertitudes pour 2012

Les dernières prévisions du BIPE apparaissent relativement optimistes en comparaison des déclarations récentes des dirigeants de PSA et de Renault. Le BIPE table en effet sur un marché français de l’ordre de 2,05 millions de véhicules, en retrait de 6% par rapport à 2011, notamment soutenu par l’impact favorable du renouvellement de véhicules à fort volume (dont 208 et Clio). Le marché européen serait globalement en baisse de 2%, sous la barre de 13 millions de ventes. Mais il faut le rappeler, il était de l’ordre de 16 millions avant la crise. Le BIPE prévoit par ailleurs un retour à la croissance en 2013.

Comme l’indique Eric Champarnaud du BIPE, « les ménages se sont gavés de voitures neuves et le secteur ne peut plus compter sur eux pour soutenir le marché ». La baisse viendrait par conséquent essentiellement des achats des particuliers. Le BIPE, toujours, n’est pas optimiste sur l'évolution du pouvoir d’achat des français en 2012 : bas niveau de l’indice de confiance, augmentation des dépenses contraintes de 3% (à 36%) prévus en 2012, progression du chômage jusqu'à 11% induiront des arbitrages dans les dépenses, en particulier dans les dépenses de transport.

Evolution du pouvoir d'achat des ménages 2012

Evolution du pourvoir d'achat des ménages en France - BIPE




Les récentes déclarations de PSA et Renault n’incitent guère à l’enthousiasme. "Nous allons affronter une tempête" et le groupe sera amené à "prendre des mesures d’économies" a déclaré Carlos TAVARES, n°2 de Renault. De son côté, Philippe VARIN prévoit un marché automobile en "croissance négative", et a déjà pris des mesures de chômage partiel dans plusieurs usines.


Tension sur les marges et restructurations en vue

Dans ce contexte d’essoufflement de la demande, les surcapacités de production estimées de l’ordre de 20-25 % en Europe vont peser sur les marges et entraîner d’autres restructurations. Rappelons qu’en France, la production de voitures a baissé de plus du tiers entre 2007 et aujourd’hui : de 3 millions d’unités en 2007 à environ 1,9 millions.

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 13/11/17

Le 14/11/2017

Mobilité comme service - Voiture électrique - Livraison dernier kilomètre - Robot-taxi

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 27/10/17

Le 27/10/2017

Vélo partage - Start-up mobilité - Hyperloop - Bornes de recharge - Ventes de voitures électriques - Retrofit