Yoplait : réaliser une ACV (Analyse du cycle de vie) et en faire un argument de vente

Le 16 décembre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Yoplait vient de repackager son pot de yaourt Saveurs d’Autrefois pour remplacer son pot en grès historique par un pot de verre laqué.

Sur son site Internet Yoplait détaille comment son engagement à limiter ses impacts environnementaux a conduit à la mise en place d’une démarche d’éco-conception et d’analyse de cycle de vie.

En partenariat avec la société INDDIGO courant 2010 et complétée par des analyses de cycle de vie SIMAPRO en 2011, cette démarche a abouti à l’abandon du pot en grès considéré comme trop impactant pour l’environnement du fait de sa non recyclabilité.

Depuis Octobre 2011, toute la gamme est donc repackagée en pot en verre laqué recyclable et intégrable dans une filière de collecte et de tri existante.

Le verre a été laqué extérieurement d’une couleur ocre pour se rapprocher au maximum de l’identité visuelle connue par les consommateurs. Cette couleur terre conserve l’aspect traditionnel et premium qu’apportait le grès et reste ainsi en accord avec l’image d’un produit haut de gamme, qualitatif et savoureux.

Savoir faire et faire savoir

Les marques s’engagent de plus en plus dans des actions en faveur du développement durable.  Démarrer une ACV est une démarche qui peut parfois paraître lourde et complexe pour une entreprise.

En effet, l’approche ACV va mesurer l’impact d’un produit, d’une gamme de produits ou d’un process. L’analyse va se faire de la semence à l’assiette et peut couvrir jusqu’à 40 indicateurs : émission de gaz, eutrophisation, toxicité aquatique, pollution atmosphérique, acidification des eaux, biodiversité, changement climatique… Mettre en place une démarche d’ACV réclame donc un engagement fort de l’entreprise qui va y consacrer de l’énergie, du temps et des ressources.

Yoplait AfficheIl existe de nombreuses raisons pour s’impliquer dans ce genre de démarche et la communication commerciale en est une. Dans cet exemple, le résultat offre une vision claire au consommateur des efforts consentis par la marque. Autant le faire savoir avec tous les outils de communication qui s’offrent aujourd’hui au chef d’entreprise : emballage, affichage en magasin, sites Internet, QR codes …

Avec une sensibilisation de plus en plus marquée du consommateur sur ces thématiques ces « différenciations éco-citoyennes » pourraient devenir des leviers de croissance à ne pas négliger.

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...