Des voitures thermiques plus électriques

Le 15 décembre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

L’électrification des véhicules thermiques est une tendance de fond initiée depuis plusieurs années. L’électrification des fonctions permet en effet plusieurs avantages : Amélioration du confort de conduite (meilleur paramétrage des consignes de pilotage), réduction de la consommation (meilleurs rendements par exemple par rapport aux systèmes hydrauliques), gain de poids et de complexité (par rapport aussi aux systèmes hydrauliques). La direction électrique à assistance variable maintenant généralisée en est un exemple. La pression sur l’allègement et la réduction des consommations tout en maintenant les niveaux de prestations vont accélérer cette tendance. L’arrivée du véhicule tout électrique renforce évidemment ce besoin d’électrification des fonctions, et les innovations dans le véhicule électrique auront sans nul doute des déclinaisons pour les véhicules thermiques.

L’électrification des fonctions augmente les besoins d’énergie électrique au sein du véhicule et par conséquent le recours aux technologies de stockage et de récupération d’énergie (cinétique essentiellement). Deux récentes annonces s’inscrivent dans cette dynamique :

 

Le système i-ELOOP de Mazda.

Mazda doit équiper ses premiers modèles de cette technologie dès 2012. Le principe repose sur l’utilisation de super-capacités couplées à l’alternateur permettant de récupérer l’énergie cinétique des phases de décélérations. C’est le principe du Stop-Start couplé à la batterie, mais les super-capacités ont une capacité de charge plus rapide que les batteries classiques et résistent mieux aux charges-décharges prolongées. Ce système permet donc de récupérer une plus grande quantité d’énergie. Celle-ci est ensuite restituée aux accessoires, à l’alterno-démarreur ou à la batterie. Mazda indique un gain d’environ 10% sur la consommation. Il faut noter que le Stop&Start de PSA fait appel à cette technologie des super-capacités, mais celles-ci ne sont utilisées que pour alimenter l’alterno-démarreur.

 

La technologie VTES de compresseur électrique de Valéo

L’équipementier vient en effet d’acquérir la branche VTES (Variable Torque Enhancement System) à l’entreprise britannique CPT (Control Powered Technologies). VTES a développé une technologie de compresseur de suralimentation électrique. CPT et Valeo ont travaillé conjointement 3 ans à ce projet qui se solde finalement par un rachat pour Valéo. Classiquement entrainé par les gaz d’échappement, l’utilisation d’un moteur électrique à très faible inertie pour entrainer le compresseur permet de réduire les temps de réponse. Plus efficace à bas régime, cette technologie permet de réduire la cylindrée des moteurs. Couplée à son système de récupération d’énergie (e-HDI), Valeo annonce une économie de carburant de l’ordre de 20% en cycle normalisé. Une solution technologique qui permet des économies presque équivalentes aux systèmes hybrides classiques, et par conséquent sans doute une solution concurrente.

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 23/06/17

Le 23/06/2017

Vélo, Voiture électrique, Boîtier connecté, Batterie, Pneu, Assurance

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 16/06/17

Le 16/06/2017

Covoiturage, Big Data, Stockage batteries, Bornes recharges, Véhicule autonome, Route du futur, Chine

See You Sun

Infrastructures de recharge : vers une nouvelle vague ?

Le 16/06/2017

Emergence d'une nouvelle offre globale d'infrastructures de recharge pour la mobilité électrique