Biocoop, précurseur du vrac et de l'éco distribution, innove avec Triballat.

Le 29 novembre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les yaourts véhiculent une image de dessert sain et font de plus en plus d’émules. L’offre s’étoffe, en GMS comme en RHD.
Mais la problématique environnementale pèse, les emballages individuels allant à l’encontre des politiques de développement durable.

Concentré de gourmandise et de bien-être, le yaourt a de plus en plus d’adeptes.

Conscients de ses bienfaits sur le capital osseux ou sur le système digestif, les Français consomment quotidiennement du yaourt : 170 pots dégustés par an et par habitant, avec une progression de 20 % en 10 ans...

Selon un baromètre CSA d'image des produits laitiers, 77% des Français croient le yaourt bon pour la santé et 70% qu'il offre un bon équilibre entre plaisir et nutrition.

Le yaourt, une tendance qui inspire la restauration rapide

À l'étranger, les bars à yaourts ne sont pas une nouveauté. Aux États-Unis, les bars à yaourts glacés ont été lancés il y a plus de trente ans. TCBY, le leader du marché, a ouvert sa première boutique en 1981 et possède aujourd’hui 450 boutiques dans le pays.

En Espagne, Danone a ouvert, depuis 2009, neuf établissements sous le nom de «Yoghourteria».

activiaEn France, quelques enseignes, comme MÿBerry, se sont lancées à Paris. It Mylk a ouvert sa première boutique en avril 2010 dans le VIème arrondissement. Danone a reçu le Grand Prix de l’innovation Sirha 2009 pour « Mon Activia », un distributeur de yaourt permettant au convive de se servir une portion de yaourt et de la personnaliser ensuite grâce à différents topping.

 

 

GMS : de la diminution des emballages à leur suppression…

La réduction des emballages sur l’ultra-frais est déjà bien amorcée.

Les différents acteurs (Danone, Yoplait,  Auchan, Monoprix……..) souhaitent réduire leur empreinte carbone.  En 2010, les «cartonettes» des packs de quatre Activia et Taillefine ont été supprimées. En 2011, ce sont les gros formats qui ont réduit la quantité de carton.

Et pourquoi ne pas supprimer complètement ces emballages ?

L’offre en vrac offre une réponse à la surconsommation d’emballage.

Les producteurs de lait ont tenté l’expérience avec les distributeurs de lait cru et entier. Mais les consommateurs (et leur système digestif) sont plus accoutumés au lait UHT demi-écrémé...

YaourterieCôté Yaourt, la consommation est déjà bien installée. Dans ce contexte, Triballat, en partenariat avec BTCI, lance le premier yaourt en vrac. Depuis le 14 septembre, les magasins Biocoop de Rennes (35), de Lorient (29) et du Mans (72) proposent la  Yaourterie. Ce distributeur propose deux références : yaourt brassé nature, de la marque Tante Hélène, et spécialité au soja nature de la marque Sojade.

Biocoop et Triballat - Noyal s'engagent ainsi pour le développement d'une consommation responsable. Le vrac est une façon:

  • de réduire ses déchets,
  • de faire des économies (moins d'emballage donc moins de coût de fabrication et de transport,
  • et d’éviter le gaspillage (on prend la quantité dont on a besoin).

Un seul bémol : il est indispensable de revenir à chaque passage avec son récipient.

Cette initiative est donc à suivre, afin de voir si ce mode de distribution  trouvera sa place dans les habitudes de consommation…

A lire également

Peligourmet, le nouveau BlaBlaCar de la distribution alimentaire

Le 13/02/2018

A l’heure où la distribution alimentaire cherche son nouveau visage, Peligourmet mise sur une dimension communautaire et collaborative à travers une plateforme de "co-voiturage alimentaire". Une sorte de "BlaBlaCar" de la distribution alimentaire… !

Les nouveaux outils promotionnels : au lieu d'offrir du prix, offrons des solutions…

Le 08/02/2018

Les enseignes utilisent souvent le levier de la promotion ponctuelle pour se démarquer de leurs concurrents, avec des remises faisant parfois grand bruit… En anticipation du projet de loi limitant les promotions sur les produits alimentaires, certaines marques avaient déjà imaginé de nouvelles façons de présenter les promotions.

Viande : retour en force des bas-morceaux ?

Le 06/02/2018

Au premier abord péjoratif, le terme bas-morceau désigne des morceaux de deuxième et de troisième catégorie (à braiser et à bouillir), qui ne sont pas considérés comme des morceaux "nobles" de la viande. Et pourtant, ils collent parfaitement aux tendances : anti-gaspillage, tradition culinaire, saveurs d'antan...